25/09/2008

SIG le Mensonge d’Etat

SIG le Mensonge d’Etat

Les SIG ne disent pas la vérité !

Ils veulent faire croire que les genevois ont fait des économies sur les tarifs ! En réalité les citoyens se sont faits tondre comme des moutons !

Les zurichois (1,2 million de citoyens) paient la moitié de ce que paient les genevois ! Mais il est vrai qu’à Genève nous sommes dirigés par des visionnaires aveugles….

Le plus drôle réside dans le fait que les SIG (voir hier Léman Bleu) déclarent acheter l’électricité à EOS au prix coutant (mensonge !) alors qu’EOS va entrer en bourse ! Depuis quand une société, d’état de surcroit, qui ne fait pas de bénéfice en vendant au prix coutant est intéressante pour des spéculateurs en bourse ?!!!

Le président des SIG à dit dans le journal (Léman Bleu) les genevois bénéficierons jusqu'en 2015 de tarifs réduits, ce qu'il ne dit pas c'est que ces rabais (les tarifs réduits) sont pour rembourser le paiement de 100 millions de 2003!!! En réalité aucun rabais n'est à trouver ici, puisque les soi-disant rabais sont jusqu'à concurrence de 100 millions déjà payé! 

Cette affaire des 100 millions n’est de loin pas terminée, les citoyens ont le droit de savoir pourquoi ils paient si cher l’électricité !

La Revue de Presse du 24 septembre 2008

logo_ghi.gif

 

 

 

Les SIG ont-ils ouvert la porte à un mini-Enron? En accordant 100 millions de francs quasiment à fonds perdus à Electricité ouest suisse (EOS) en 2001, les SIG ont-ils pris un gros risque industriel? Un expert parle d’un système comparable à celui qui a provoqué la faillite du courtier en électricité américain Enron.

GHI en version PDF SIG_Mini_ENRON.pdf

logo.gifLes SIG justifient leur «prêt» à 100 millions 
ÉLECTRICITÉ 
L’entreprise publique rejette les accusations d’ Eric Stauffer.
MARC BRETTON 
Les Services Industriels
 (SIG) ont-ils «volé 100 millions aux Genevois» pour renflouer Energie Ouest Suisse (EOS)? Ont-ils rédigé des «faux bilans»? Le député MCG et administrateur des SIG, Eric Stauffer, l’affirme et a d’ailleurs alerté la Cour des comptes. Mais l’entreprise pu blique conteste. Pour répondre aux accusa tions, mais sans jamais nommer l’accusateur, son président, Daniel Mouchet, et son direc teur «finance et stratégie», Pierre Béguet, ont donné hier une conférence de presse. 


Le député Stauffer affirme que les SIG ont tenté de dissimuler un prêt de 100 millions à EOS en l’inscrivant dans une rubrique anodine. Votre réponse? 
Pierre Béguet. 
Il ne s’agissait pas d’un prêt, ni d’un investissement, il n’a donc pas à figurer au bilan.
Les dépenses ont été comptabilisées dans les budgets et les comptes sous la rubrique achat d’énergie avec une explication détaillée dans les annexes. L’ensemble a été visé par les autorités compétentes. En contrepartie, les actionnaires d’ EOS, dont les SIG, ont reçu un droit d’achat conditionnel au prix moyen de production, droit à faire valoir en fonction des prix du marché. 

A quoi devait servir cette contribution? 
Daniel Mouchet.
 A renflouer EOS, dont la faillite aurait été catastrophique. Comme les autres actionnaires, nous avons dû intervenir pour assainir cette entreprise qui se restructurait dans le cadre de la libéralisation du marché de l’énergie. 

Pourquoi ne pas avoir prélevé un intérêt sur la somme prêtée? 
PB.
 EOS était en difficulté, il s’agissait de l’aider, pas de la couler. 

En échange, les SIG ont reçu de l’énergie bon marché, qu’ils ont pu revendre. Qui en a profité? 
PB.
 Les consommateurs. Grâce à cette énergie bon marché et malgré la hausse des prix du marché, nous avons pu baisser nos tarifs de 220 millions de 2001 à 2007.

Pouvez-vous nous indiquer l’écart moyen entre les prix du marché de l’électricité et les prix que vous a facturés EOS entre 2001 et 2007?
 
DM.
 Sur cette période, la différence grosso modo est de 2 à 2,5 centimes. Nous aurions pu trouver de l’électricité moins chère sur le marché, notamment du nucléaire… 

La Cour des comptes a été saisie. Vous êtes inquiets? 
DM.
 Non. Il peut y avoir des débats d’école en matière de comptabilité, mais notre plan a été avalisé par les services financiers de cinq entreprises et par les cantons.

logo_lb.gif

emission_17.gifLe Journal

Présenté par : Denis Palma 

Invité(s) : Daniel Mouchet, président SIG 

Les actualités régionales du jour
Au sommaire: bilan police, SIG, fresque Chêne-Bougerie, rapport droit d'asile, centre commercial Thônex et convention Etat-Union des télécommunications.  

http://www.lemanbleu.ch/leman_bleu_archive_flv.php?new=true&filename=naxoo/2008/9/23/225-tj_23-09-2008_

 

emission_80.gifGenève à Chaud

Présenté par : Pascal Décaillet avec la collaboration de Laurent Keller 

Invité(s) : Michel Beguelin, ancien conseiller aux Etats PSS VD, Eric Stauffer, président MCG, Ivan Slatkine, député libéral, Jean-Charles Rielle, conseiller national PS GE, et François Garaï, rabbin communauté juive libérale 

Débat politique et citoyen 

http://www.lemanbleu.ch/leman_bleu_archive_flv.php?new=tr...

 

logo3_fr.jpg

Eric Stauffer restera aux SIG

«Nous n’allons pas demander la démission d’Eric Stauffer», a clairement affirmé mardi Daniel Mouchet.

1.jpg

Eric Stauffer persiste et signe. Le président du conseil d’administration (CA) des Services industriels (SIG) revenait sur les accusations lancées par le président du Mouvement Citoyens Genevois, membre du CA, au sujet d’un prêt de 100 millions de francs accordé à Energie Ouest Suisse (EOS) entre 2001 et 2004. «Versé en toute transparence, cet argent a permis d’assainir EOS, dont nous restons actionnaires. Jusqu’en 2007, la facture des Genevois a même pu être réduite de près de 220 millions», a précisé le patron, ravi du bon résultat de l’opération.

 

 

 

___________________________________________________________________________________

Si vous avez loupé le début:

logo_rsr_160x40.gif

 


logo_rsr_160x40.gif16 septembre 2008 Le SIG face aux scandales

 

Combien de temps le Conseil d'administration des Services industriels de Genève pourra-t-il faire face aux scandales révélés par Eric Stauffer ? Depuis qu'il a été nommé administrateur de cette régie publique, le député du Mouvement des citoyens genevois ne cesse de mettre à jour des pratiques peu orthodoxes au sein de cette entreprise. Par Bertrand Stämpfli.

 

 emission_80.gifGenève à Chaud du 15 septembre 2008

Présenté par : Pascal Décaillet avec la collaboration de Laurent Keller 

Invité(s) : Pierre Kunz, ancien député radical, François Gillet, président Commission enseignement Grand Conseil, Cardinal Georges Cottier, ancien théologien personnel de Jean-Paul II, et Ariane Dayer, rédactrice en chef Le Matin 

 

http://www.lemanbleu.ch/leman_bleu_archive_flv.php?new=tr...

07:59 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : sig, eos, robert cramer |  Facebook | | | |