25/04/2012

Le TEMPS!

Un journaliste m'a posé une question dans le cadre d'un prochain article:

S’il n’y avait qu’une seule raison de voter pour vous, quelle serait-elle ?

L'expérience de la vie; Jalonnée de succès, de risque, d'échec, d'honnêteté, de souffrance, de bonheur. Toutes ces expériences qui ne s'apprennent pas sur les bancs d'école mais que seul le temps peut inculquer. Expériences qui font définitivement défaut aux premiers de classe qui n'ont jamais travaillé ou aux riches nantis d'une gauche caviar qui ne comprend plus les revendications du peuple.

22:05 Publié dans Mes commentaires | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | |

03/05/2007

Premier bilan du gouvernement de gauche depuis la guerre

Courrier des lecteurs "Lettre du Jour" envoyé le 14 décembre 2006

Quelle différence entre ce gouvernement et le précédent. En effet, outre la disparition des deux seules femmes qui siégeaient à l’Exécutif et l’arrivée d’un néo-vert aux finances, ce gouvernement n’est pas, fondamentalement différent de son prédécesseur.

.

Ce gouvernement de Gauche dont on sait pourtant qu’il ne laissera pas d’autres traces que son nom sur les tablettes commémoratives. Sur l’autre côté de l’échiquier, l’entente avec le renouveau radical ne passe définitivement pas par une prise de conscience des problèmes quotidien des citoyens de Genève.

.

En ce qui concerne les libéraux, tout le monde a compris qu’à force de « flinguer » la « Genève d’en bas » ils finiront par rater le train. A voir le peu de scrupules de certains libéraux, on peut même se demander si ce qui sert de tête à ce parti, sait encore ce qu’est le libéralisme ! Cet assemblage disparate montre aussi les limites du système de concordance. Beaucoup sont ceux qui, dans les Etats majors, ont oublié que concordance ne rime pas avec perte d’identité ou copinage.

.

La concordance est l’effort que met un Gouvernement à trouver des solutions rapides aux problèmes les plus urgents qui préoccupent le Souverain et d’installer une prospérité aussi générale que possible à moyen/long terme. C’est d’ailleurs l’objectif que c’est fixé le Peuple suisse dans son ensemble, puisque la dernière phrase du préambule de la Constitution fédérale rappelle que « la force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres ». Or que nous montre ce Conseil d’Etat ? Tout le contraire. A court terme il nie les problèmes que pose l’accaparement de la main d’œuvre extérieure qui envahi les places de travail que pourraient fort bien prendre des résidents genevois et, à plus long terme, ne prend aucune mesure réelle, autre qu’un aimable verbiage de fête de paroisse, pour mettre un terme à la très grave injustice qui frappe Genève dans la péréquation intercantonale.

.

En pareille situation il ne faut pas avoir peur de provoquer la rupture, c’est parfois un électrochoc salutaire ! Il est de plus en plus manifeste que le fossé entre ceux qui décident et ceux qui paient le prix de ces décisions, de cette insécurité, et en subissent les conséquences ne fait que s'élargir. Il convient de savoir si ce septuor recèle les qualités que l’on attend généralement d’une orientation à « gauche ». Si on prend le point de vue de la fonction publique, aucun doute, la réponse est OUI. Non seulement il ne la réduit pas mais il l’augmente ! Si on prend le point de vue de la défense de la qualité de vie des Genevois, la réponse est NON.

.

Ce conseil d’Etat a une vision méprisante des problèmes dont souffrent beaucoup de Genevois, notamment en matière d’emploi. Certains parle du MCG comme un parti de poujadiste et un parti éphémère, n'est-ce pas la le constat de l’échec politique des partis traditionnels ! Nul ne saurait douter que si leurs politique avait été à la hauteur de l'espérance, que nous, citoyens de Genève avions mise en eux, jamais le MCG n'aurait vu le jour..... L'existence même de notre mouvement citoyen, qui faut-il le vous le rappeler est né à peine trois mois avant les élections du Grand conseil, n'est-il pas la preuve par l'absolu que les citoyens de ce canton, veulent du changement.

.

On peut critiquer la manière dont le MCG communique, l'on peut également fustiger ses leaders, mais une chose est sûre ; depuis 14 mois que le MCG sièges au parlement ces députés ont accompli leurs devoirs et respecter leurs promesses électorales. Ce qui force est de constater n'est pas l'apanage des autres partis.

.

Le MCG en à peine un an à déposé 19 motions, 6 projet de loi pour les actions les plus importantes, et toujours dans le but d’améliorer la qualité de vie des citoyens. Le peuple en à Assez de ces emplâtres sur une jambe de bois, il est grand temps de s'attaquer de front aux vrais problèmes de Genève et des Genevois. Le MCG y veillera.

.

Éric Stauffer, député

00:11 Publié dans Mes commentaires | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | | | |