10/10/2008

Citoyens OUVREZ LES YEUX!

COMMUNIQUE DE PRESSE DU MCG

Après les subprime, les « prêts sous-marin »

.

Nouveau scandale aux SIG : un cadeau indécent de 74 millions de francs à Gaznat

.

Un nouveau scandale vient d’être découvert aux SIG. Suite au prêt déguisé de 100 millions de francs à la nébuleuse EOS, nous apprenons qu’un autre « cadeau » de 74 millions de francs a été octroyé à une autre nébuleuse, Gaznat. C’est le Conseil d’Etat qui fait cette révélation fracassante en répondant à une interpellation du député MCG Eric Stauffer (IUE 622-A, voir document joint):

.

« Tout comme EOS, Gaznat a fait l'objet d'un plan d'assainissement de la part de ses actionnaires. L'engagement actualisé des SIG envers Gaznat se montait, à fin 2000, à 74 millions de francs et, à fin 2007, à 35 millions de francs. »

.

Au moment où l’autorité cantonale retire 180 francs aux retraités OCPA, refuse de rénover l’hôpital des enfants qui se trouve dans un état délabré, prétend manquer de moyens financiers, des cadeaux à la hauteur de 174 millions de francs à des CONSTELLATIONS financières digne d’Enron relèvent de l’indécence et du scandale politique.

.

Le 19 septembre 2008, le député MCG Eric Stauffer a posé une question écrite au Gouvernement genevois (IUE 622a, voir annexe) en lui demandant une réponse complète ; « Combien, et pour quel montant, existe-t-il d’engagements « hors budget ou hors bilan » ou de paiements fournisseurs d’avances aux SIG, et qui en sont les bénéficiaires ? »

.

Le Conseil d’Etat  reconnaît que SIG, en plus des 100 millions donnés à EOS,  a délesté sa trésorerie de 74 millions supplémentaires en faveur de GAZNAT (fournisseur exclusif de gaz  pour les SIG). Le système totalement opaque et anti-démocratique a été utilisé par SIG avec l’accord du ministre de tutelle. En d’autres termes, SIG s’est départi de 174'000'000 (cent septante quatre millions) sans le moindre centime d’intérêts pour une durée allant de 15 à 30 ans soit  une perte d’intérêts de plus de 90 millions sur 15 ans (taux 3,69%) par année, sans le moindre contrôle extérieur autre que le blanc seing du ministre de tutelle.

.

Il faut savoir que dans le même temps, SIG a dû emprunter 500'000'000 (cinq cent millions) auprès de 2 banques (France et Autriche) à un taux moyen de 3,69%. C’est le même genre de gestion par les banquiers qui aujourd’hui conduit l’économie mondiale au bord du gouffre. Il est inadmissible qu’une entreprise d’utilité publique occulte ses bénéfices alors que l’Etat peine à boucler son budget. 

.

C’est d’autant plus incompréhensible que ce gouvernement est majoritairement de gauche et que ces manipulations comptables le contraignent à opérer des coupes sévères dans le secteur social. Cette situation est scandaleuse car les Genevois sont forcés et contraints d’acheter toutes leurs énergies à une entreprise monopolistique qui abuse manifestement de cette situation.

.

Les citoyens sont pris en otage par un monopole d’Etat, parce que le gouvernement instaure des taxes et autres impôts déguisés, sans passer par le contrôle démocratique du Souverain. Ainsi, on viole les droits les plus fondamentaux du Peuple !

.

LES BANQUIERS AMERICAINS ONT INVENTE LES SUBPRIMES, LE GOUVERNEMENT GENEVOIS CREE LES PRETS SOUS-MARINS, METHODE DIFFERENTE MEME RESULTAT : LES CITOYENS SONT LES DINDONS DE LA FARCE

.

Pour lire la réponse du Gouvernement: IUE00622A.pdf

.

Claude Jeanneret                       

Député MCG, Commission des Finances et Contrôle de Gestion          

Pascal Spuhler

Vice- Président du Mouvement Citoyens Genevois

17:16 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook | | | |

09/10/2008

LA GAUCHE SE DEBRANCHE DE LA BASE ET LA DROITE COUPE LE COURANT AVEC LES CITOYENS!

COMMUNIQUE DE PRESSE EN DIRECT DU GRAND CONSEIL

 

LA GAUCHE SE DEBRANCHE DE LA BASE ET LA DROITE COUPE LE COURANT AVEC LES CITOYENS
.
La gauche toute entière, alliée de circonstance de la droite la plus bourgeoise, a permis de refuser la discussion immédiate sur le projet de loi du MCG relatif aux économies d’énergies (voir annexes).

.

Il apparaît désormais que le seul programme de cette alliance d’apothicaires est de ne pas entrer en matière sur les projets de loi du MCG pour le priver d’un bilan positif en fin de législature.

.

C’est sur la base de ce raisonnement, d’une intelligence inférieure à celle d’un poupon, que le Grand Conseil genevois, par 46 voix (PS/UDC/VERTS/Lib-Rad) contre 16 (MCG/PDC) et 3 abstentions, vient de renvoyer, aux calendes grecques l’urgent débat sur les économies d’énergies et le remboursement de plus de 20 millions extorqués aux Genevois grâce à une taxe illégale. Le MCG prend les Genevois à témoins pour constater que bien plus que les Institutions c’est l’état d’esprit sectaire des partis gouvernementaux qui paralyse tout progrès dans ce domaine à Genève.

.

Il est en particulier ahurissant que l’ensemble de la députation des Verts ait suivi un tel mot d’ordre. Cette attitude est non seulement irresponsable mais elle prouve que ce parti politique ne sait pas proposer autre chose que des atteintes aux libertés individuelles pour résorber le niveau excessif de consommation domestique d’électricité. Cela montre aussi que les Verts, comme tous les autres partis gouvernementaux, sont prêts à renoncer à toute considération éthique, dans le seul but de couvrir les irrégularités de l’un de leurs ministres.

.

Le MCG a totale confiance dans le jugement des Genevois qui savent très bien que la gauche n’est aujourd’hui tournée que vers le maintien des privilèges de ses dirigeants et que le courant démocratique ne passe plus du tout entre eux et la droite la plus conservatrice.

 

Eric Stauffer           Roger Golay

22:47 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

08/10/2008

SIG - La revue de Presse du 8 octobre 2008

GHI du 8 octobre 2008

Une_SIG_42_Millions_recherchés.pdf  

P3_SIG_42_Millions_Recherchés.pdf

 

TDG du 8 octobre 2008  

Nouvelle attaque d’Eric Stauffer contre les Services Industriels

ÉNERGIE | Eric Stauffer dénonce une malversation des Services Industriels de Genève (SIG), dont il est l’un des administrateurs.

 



© DR | Électricité. Les SIG auraient facturé illégalement une somme de 42 millions de francs sous la forme d’un timbre d’acheminement, ou de distribution.

Antoine Grosjean | 07.10.2008 | 21:15

Décidément, le remuant président du MCG ne se lasse pas de tirer sur sa cible favorite. Eric Stauffer dénonce une malversation des Services Industriels de Genève (SIG), dont il est l’un des administrateurs. Objet de ce nouveau courroux : une somme de 42 millions de francs que les SIG auraient illégalement facturée aux Genevois, sous la forme d’un timbre d’acheminement, ou de distribution. Le député MCG affirme que la Confédération avait ordonné en 2005 de rembourser ce montant aux usagers genevois. Or, un arrêté du Conseil d’Etat montre que seule la moitié de la somme a été rétrocédée. Les 21 autres millions ont été alloués aux SIG pour financer le programme Eco21 d’économies d’énergie.

Eric Stauffer estime que cela constitue un impôt déguisé et illégal de surcroît, car approuvé ni par le peuple ni par le Grand Conseil. Par le biais d’un projet de loi, il demande donc que les clients des SIG soient indirectement remboursés avec la distribution gratuite de cinq ampoules à basse consommation d’énergie par ménage. Et de joindre le geste à la parole : demain, jeudi, à la place du Molard, il va offrir des ampoules économiques aux passants. Son projet de loi exige également l’interdiction des traditionnelles ampoules à filament, trop voraces en électricité.

Les SIG rétorquent qu’il n’y a rien d’illégal là-dedans. « Le timbre de distribution fait partie intégrante de la facture d’électricité, et représente actuellement 33% du prix du kilowattheure, précise la porte-parole des SIG, Isabelle Dupont. Simplement, le Monsieur Prix de la Confédération nous avait demandé de baisser le montant du timbre, trop élevé en comparaison intercantonale. » Et d’ajouter que le Conseil d’Etat a autorité en ce qui concerne les tarifs, ce qui signifie qu’il n’avait pas besoin de l’aval du Grand Conseil ou du peuple. Quant aux ampoules à filament, conclut Isabelle Dupont, elles ne pourraient pas être interdites sans modifier la législation fédérale qui considère une telle mesure comme une atteinte à la liberté de commerce.

Antoine Grosjean

07:05 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |