20/06/2010

TVSR - Kadhafi/Guy Mettan: Démission!

Logo_MCG.gifCOMMUNIQUE DE PRESSE

DU MOUVEMENT CITOYENS GENEVOIS

 

 

 

Emission Mise au Point

Révélations sur la TV romande : un élu UDC a assuré la protection des Kadhafi !

Le MCG demande la démission du président du Grand Conseil Guy Mettan.

Guy Mettan, président du Grand Conseil, s’est exprimé au nom du Parlement sans en avoir l’autorisation, affirmant que « Genève a commis des erreurs ». A la TV romande, il s’est posé en juge condamnant Genève dans l’affaire Kadhafi, tout en critiquant le MCG, ce qui est indigne de la fonction qu’il occupe.

Nous apprenons également qu’un élu UDC, Stéphane Valente, avait reçu mandat pour assurer la protection du couple Kadhafi à Genève.

Lors de l’émission Mise au Point de la TV romande, le 20 juin, le président du Grand Conseil a outrepassé ses fonctions, en déclarant Genève coupable dans l’arrestation d’Hannibal Kadhafi. Il convient de rappeler qu’à l’époque des faits c’était une élue de son propre parti, la députée PDC Anne-Marie Von Arx qui a dénoncé les agissements du fils Kadhafi et félicité la police ainsi que la justice pour leur intervention. Une fois de plus, le PDC joue à la fois au pyromane et au pompier.

En revanche, la gravité des déclarations de Guy Mettan, présenté comme président du Grand Conseil et s’exprimant comme tel, est apparue clairement lors de l’émission de télévision. Le Bureau du Grand Conseil, où siège l’un des deux signataires de ce communiqué, n’a jamais autorisé Guy Mettan, en sa qualité de président du Grand Conseil, à s’exprimer au nom du Parlement et à déclarer Genève coupable.

De plus, le président du Grand Conseil a critiqué vertement le MCG en direct sur les ondes de la TSR sans qu’un représentant du MCG ne puisse donner la réplique. Rappelons qu’il n’est pas le représentant du seul PDC, mais quand il s’exprime au nom du Grand Conseil, il parle au nom des 100 députés.

Il est inacceptable que le président du Grand Conseil ait donné l’absolution à cette prise d’otage, alors qu’il est le premier citoyen du canton. Pareille attitude doit être proscrite dans une démocratie et nous demandons la démission de Guy Mettan.

Par ailleurs, le MCG est profondément choqué par la déclaration que M. Guy Mettan a lue le vendredi 18 juin à l’issue de la séance en huis clos qui a traité de la motion du MCG sur les mesures d’éloignement d’Hanibal Kadhafi. Le président du Grand Conseil est allé déclarer que les relations d’amitié entre les deux pays n’étaient pas à remettre en cause !

Ces nouveaux actes d’abaissement et de manque de courage dans l’affaire libyenne desservent la Suisse. Notre pays doit aujourd’hui rétablir son honneur et arrêter de servir de paillasson à un Etat dirigé par un dictateur sanglant.

Toute discussion interrompue avec l’UDC-Genève

Nous avons été choqués par l’information de « Mise au point » sur l’élu UDC Stéphane Valente, qui a assuré au travers de sa société la sécurité de gardes du corps de la famille Kadhafi. Nous comprenons dès lors mieux la volte-face du conseiller national UDC Yves Nidegger, conscient du talon d’Achille que comporte cette situation. Ce dernier a toujours vertement critiqué le pouvoir judiciaire et la police genevoise dans l’affaire Kadhafi.

Le MCG ne peut tolérer ces attitudes face au dictateur libyen et a décidé d’interrompre toute discussion avec l’UDC-Genève.

Rappelons que vendredi Christoph Blocher a soutenu l’action de la plainte pénale du MCG contre la famille Kadhafi pour prise d’otage, allant encore plus loin puisqu’il envisage de saisir le conseil de sécurité de l’ONU.

En conséquence, le MCG décide dès demain d’entamer les actions suivantes :

1. Faire annuler le vote du huis clos pour vice de procédure, le MCG étant prêt à aller jusqu’au Tribunal fédéral si nécessaire ;

2. Contester la déclaration de Guy Mettan, président du Grand Conseil, le vendredi 18 juin 2010 ;

3. Saisir le Bureau du Grand Conseil pour qu’un communiqué de presse soit publié afin de démentir les déclarations du Président du Grand Conseil à la TV suisse romande, qui a condamné les institutions genevoises en outrepassant ses compétences et en s’exprimant au nom des 100 députés du Parlement ;

4. Demander un droit de réponse à la TV romande ;

5. Interrompre toute discussion avec l’UDC Genève .


Voir l'émission; tsr.ch - vidéo - émissions - mise au point

Eric Stauffer

Président  du MCG

 

 

Roger Golay

Vice-Président du MCG

 

22:56 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | | |