08/04/2008

Scandale de la BCGe ; Genevois spolié !

Scandale de la BCGe ; Genevois spolié !

 

Cher Concitoyens,

En date du 4 avril 2008 le MCG a déposé un Projet de Loi pour réclamer justice en faveur du peuple genevois.  Nous demandons que les accords pris lors du sauvetage de la Banque Cantonale soient respectés et que les habitants de notre canton ne soient pas les dindons de la farce.  En 2000, un accord tripartite - entre l’Etat de Genève, la Fondation de valorisation des actifs de la BCGe et la Banque cantonale, (loi 8194 art.11) – obligeait la banque à payer les frais de fonctionnement de la fondation.  

Sans la garantie de 4,93 milliards fournie par l’Etat donc le peuple genevois, la banque serait tombée en faillite. Depuis l’an 2000, la Banque cantonale a engrangé des bénéfices bruts pour 632 millions de francs. Elle n’a reversé qu’une somme ridicule à l’Etat de Genève, soit 5,76 millions de francs au 31 décembre 2007 ; alors qu’elle aurait du verser 351 millions (frais effectifs de la Fondation) ! Dans le même temps la banque à rétribué des dividendes pour plus de 36 millions ! Ceci n’est pas acceptable !

Dans la structure du capital de la Banque cantonale de Genève, il y a 21% d’actionnaires privés autres que les collectivités publiques qui bénéficient de dividendes payés pour une banque d’Etat qui ne s’acquitte même pas de manière décente de sa dette abyssale établie en 2000. Que finalement, les dividendes sont payés avec les impôts des genevois  qui, eux, s’ils ne s’acquittent pas de leurs impôts, se verront saisir par voie de poursuite, leur téléviseur et autres biens et si cela ne suffit pas, ils se verront opérer une saisie sur salaire leur laissant un minimum vital de F 1000,00 par mois et F 250,00 par enfant.

C’est comme si un contribuable n’ayant pu s’acquitter de ses impôts, mis en poursuite et en saisie salaire, disait : « je paye mes impôts après avoir déduit les cadeaux de Noel, les vacances de Ski, les vacances d’été, et s’il reste un solde je payerai mes impôts ».

L’Etat se doit de montrer l’exemple. Et dans ce cas nous ne parlons pas d’un citoyen qui, parce qu’il a été frappé par le chômage ou une autre tare de la vie moderne, n’a pu s’acquitter de ses impôts. Dans le cas qui nous occupe, nous parlons de dirigeants qui ont sciemment octroyé des prêts sans rapport avec la valeur des objets, et qui ont plongé la Banque cantonale en faillite.

Pour consulter le projet de loi: http://www.mcge.ch/PL8194_Modif.pdf  

http://www.tdg.ch/pages/home/tribune_de_geneve/l_actu/gen...

Cordialement,

Eric Stauffer

Président

00:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |