08/10/2008

SIG - La revue de Presse du 8 octobre 2008

GHI du 8 octobre 2008

Une_SIG_42_Millions_recherchés.pdf  

P3_SIG_42_Millions_Recherchés.pdf

 

TDG du 8 octobre 2008  

Nouvelle attaque d’Eric Stauffer contre les Services Industriels

ÉNERGIE | Eric Stauffer dénonce une malversation des Services Industriels de Genève (SIG), dont il est l’un des administrateurs.

 



© DR | Électricité. Les SIG auraient facturé illégalement une somme de 42 millions de francs sous la forme d’un timbre d’acheminement, ou de distribution.

Antoine Grosjean | 07.10.2008 | 21:15

Décidément, le remuant président du MCG ne se lasse pas de tirer sur sa cible favorite. Eric Stauffer dénonce une malversation des Services Industriels de Genève (SIG), dont il est l’un des administrateurs. Objet de ce nouveau courroux : une somme de 42 millions de francs que les SIG auraient illégalement facturée aux Genevois, sous la forme d’un timbre d’acheminement, ou de distribution. Le député MCG affirme que la Confédération avait ordonné en 2005 de rembourser ce montant aux usagers genevois. Or, un arrêté du Conseil d’Etat montre que seule la moitié de la somme a été rétrocédée. Les 21 autres millions ont été alloués aux SIG pour financer le programme Eco21 d’économies d’énergie.

Eric Stauffer estime que cela constitue un impôt déguisé et illégal de surcroît, car approuvé ni par le peuple ni par le Grand Conseil. Par le biais d’un projet de loi, il demande donc que les clients des SIG soient indirectement remboursés avec la distribution gratuite de cinq ampoules à basse consommation d’énergie par ménage. Et de joindre le geste à la parole : demain, jeudi, à la place du Molard, il va offrir des ampoules économiques aux passants. Son projet de loi exige également l’interdiction des traditionnelles ampoules à filament, trop voraces en électricité.

Les SIG rétorquent qu’il n’y a rien d’illégal là-dedans. « Le timbre de distribution fait partie intégrante de la facture d’électricité, et représente actuellement 33% du prix du kilowattheure, précise la porte-parole des SIG, Isabelle Dupont. Simplement, le Monsieur Prix de la Confédération nous avait demandé de baisser le montant du timbre, trop élevé en comparaison intercantonale. » Et d’ajouter que le Conseil d’Etat a autorité en ce qui concerne les tarifs, ce qui signifie qu’il n’avait pas besoin de l’aval du Grand Conseil ou du peuple. Quant aux ampoules à filament, conclut Isabelle Dupont, elles ne pourraient pas être interdites sans modifier la législation fédérale qui considère une telle mesure comme une atteinte à la liberté de commerce.

Antoine Grosjean

07:05 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |