14/10/2008

La revue de Presse du 14 octobre 2008

 logo_tdg.gif

Vernier: Thierry Cerutti aux Finances?

MCG | La répartition des dicastères se décide aujourd’hui. L’élu MCG prête serment demain. ELECTION_VERNIER_007.jpg 

© Pierre Albouy | Thierry Cerutti va entrer pour de bon au Conseil administratif de Vernier.

Frédéric Julliard | 14.10.2008 | 00:00

Cette fois, Thierry Cerutti va entrer pour de bon au Conseil administratif de Vernier: il prêtera serment demain devant le Conseil d’Etat. Mais pour occuper quel poste? La répartition des dicastères doit se décider aujourd’hui entre le nouvel élu du Mouvement citoyens genevois (MCG) et ses deux collègues, le Vert Yvan Rochat et le socialiste Thierry Apothéloz.

Les trois hommes se sont réunis la semaine dernière pour se partager les secteurs de compétence. La séance, plutôt animée selon nos informations, n’a débouché sur aucun accord.


D’abord opposé à reprendre les Finances, Thierry Cerutti pourrait finalement s’en charger. A condition que ses collègues ne lui retirent pas certaines compétences clés, comme la gestion du personnel. Pour le reste, l’élu MCG pourrait retrouver les dicastères qui lui avaient été attribués lors de sa première élection, ensuite annulée par la justice: Culture, Sports et Sécurité.

Désaccord sur «certains détails»

Les élus refusent de dévoiler le contenu des négociations en cours: «Nous n’étions pas d’accord sur certains détails», se contente d’indiquer Thierry Cerutti. Selon Yvan Rochat, «chacun a pu exprimer ses desiderata et le Conseil administratif votera mardi».


Gendarme et député au Grand Conseil, Thierry Cerutti pourra-t-il concilier ces deux fonctions avec celle de magistrat d’une ville de 32 000 habitants? Il s’en dit convaincu: «Je vais travailler à 60% à la police, donc vingt-cinq heures par semaine. En tant qu’enquêteur, je peux répartir mon travail de façon polyvalente. Par ailleurs, je vais réduire de 80% mes activités de député, en renonçant à quatre commissions sur cinq.»


La première séance officielle du nouvel Exécutif de Vernier se tiendra mardi 21 octobre.
 logo_tdg.gif____________________________________________________________________________

 

 

 

Un élu veut virer Eric Stauffer des SIG

GRAND CONSEIL | Les accusations du député MCG portent sur les nerfs d’Alberto Velasco. VELASCO_ALBERTO_06.jpg
MARC BRETTON | 14.10.2008 | 00:00
Scène inhabituelle au Grand Conseil vendredi. En début d’après-midi, un débat s’engage sur la redevance payée par les Services Industriels de Genève (SIG) aux communes. Au lieu d’être traitée rapidement comme l’exige la procédure accélérée, la discussion débouche sur un affrontement inédit entre Albert Velasco et Eric Stauffer, tous deux administrateurs de l’entreprise publique!

.

Vol et prise d’otage

Lors du débat, l’administrateur des SIG et député du MCG Eric Stauffer met d’abord en cause les Services Industriels. Il condamne la redevance qu’il qualifie «d’impôt déguisé que le consommateur doit payer». Il dresse ensuite un portrait au vitriol des SIG, citant comme exemple de «dérive» et de «manipulation» les 100 millions versés dans les années 2000 à Energie ouest suisse (EOS) en échange de fournitures d’électricité (nos éditions du 24 septembre). Il qualifie de «cadeau indécent» le «prêt» sans intérêts de 74 millions consenti par les SIG en faveur de leur «filiale» de Gaznat. Très remonté, le député s’en prend enfin à l’argent perçu en trop par les SIG en 2005 au titre de la taxe d’acheminement de l’électricité, taxe que les SIG ont dû restituer partiellement aux usagers (nos éditions du 7 octobre).

Velasco: «Insupportable»

Cette philippique donne d’abord lieu à un accrochage avec la présidente socialiste du Grand Conseil Loly Bolay, qui rebondira en fin de soirée. Mais le député socialiste et administrateur des SIG Alberto Velasco réagit violemment. «J’ai défendu Stauffer dans l’affaire des salaires, mais c’est trop! Au sein du conseil d’administration, il a reçu les informations qu’il demandait. Rien n’indique qu’il y aurait eu abus des SIG, mais il continue à mettre en cause leur probité. Les SIG ont interpellé depuis longtemps le Conseil d’Etat sur la présence d’Eric Stauffer au sein du conseil, il doit maintenant prendre position!» Et d’appeler à sa révocation. Joint hier, Alberto Velasco n’en démord pas: «Exprimer des désaccords, c’est une chose. Ne rien comprendre, mentir et accuser une institution de voler la population, c’en est une autre.»

Stauffer: aucun regret

Interpellé, le Conseil d’Etat va-t-il réagir? Mollement. «Tout ceci nous démontre la nécessité de presser le rythme afin de déposer notre projet de loi sur la gouvernance des entreprises publiques», temporise le président du gouvernement Laurent Moutinot.
Joint hier, le député Eric Stauffer ne regrette pas ses interventions. «Les SIG utilisent le monopole d’Etat pour tondre les citoyens. C’est peut-être légal, mais ce n’est pas normal. On verra bien ce qu’en dira la Cour des comptes. En tout cas, grâce au MCG, la situation a changé, comme le démontre l’échec de l’importation des déchets napolitains.» A-t-il peur d’être viré du conseil des SIG? «Non, le MCG a lui-même demandé que le conseil soit dissous. On ne peut pas m’accuser de faire mon job.»

 ______________________________________________________________________

tit_logo_le_matin.gif 

Le Matin (Orange) INTERVIEW

Eric Stauffer: «Alors, comme ça, vous faites pleurer les femmes?»

Vendredi, le député et président du Mouvement citoyens genevois s'est dit très heureux que Loly Bolay dirige les débats du Grand Conseil pour la dernière fois. Il estime qu'elle a raté son année de présidence. Vexée, la socialiste a craqué

truc__zoom.jpg
Fabiano Citroni - le 13 octobre 2008
Le Matin 

(Rires) Et, en plus, vous riez. Vendredi, vous avez fait pleurer la présidente du Grand Conseil, Loly Bolay!
J'ai toujours été très courtois avec elle. Mais quand on veut être président du Grand Conseil genevois, il faut avoir le cuir épais. Ce qui n'est pas son cas.

Vous êtes misogyne!
Absolument pas. Pour preuve, le Mouvement citoyens genevois (MCG) a mis des femmes au pouvoir partout où il le pouvait. Dans les sections municipales d'Onex et de Lancy, par exemple.

Reste que vous avez fait pleurer Loly Bolay. Vous passez pour un goujat!
C'est le but recherché par mes collègues du Parlement. Ils m'en veulent car je dérange.

Mais ça vous embête ou non de passer pour un goujat?
Ça m'embête car je n'en suis pas un. Sous la présidence de Mme Bolay, notre parti a toujours respecté le règlement. Les autres partis, eux, ont bénéficié d'exceptions.

Vous rigolez? Pendant un an, vous n'avez pas arrêté d'enquiquiner la présidente du Grand Conseil!
Ce n'est pas vrai. C'est elle qui a toujours pénalisé notre parti.Elle a pleuré. C'est bien la preuve qu'elle était à bout...Mais c'étaient des larmes de crocodile. Tout était calculé pour que ça se retourne contre moi. Il n'y avait aucune menace ni insulte dans mes propos.

Cette fois, vous allez vraiment passer pour un goujat!
Quand on est premier citoyen du canton, on représente tous les citoyens, pas que le Parti socialiste. On n'a pas à être contre un parti, en l'occurrence le mien.

Vous avez déjà fait pleurer d'autres femmes?
Pas à ma connaissance.

Pourquoi êtes-vous toujours agressif quand vous vous exprimez?
Je ne suis pas agressif! J'ai des propos tranchés. C'est le langage du MCG: clair et direct. L'époque de la langue de bois est révolue.

Vous êtes dans toutes les embrouilles. Pourquoi?
La progression du MCG en embête plus d'un. Les élus des autres partis ne savent plus comment nous contrer.

En fait, vous êtes doux comme un agneau...
On ne peut pas parler de douceur en politique. Mais je ne hurle pas et je ne manque pas de respect aux gens.

Par gain de paix, comptez-vous présenter vos excuses à Loly Bolay?
Non, rien ne le justifie.

Et lui remettre un bouquet de fleurs?
Non. Vu l'attitude qu'elle a eue, il n'y aura ni bouquet de fleurs ni remerciements.

00:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | |