18/03/2008

Paychère veut instaurer une dictature socialiste à Genève : un danger pour la démocratie!

LOGO_MCG 

 

MOUVEMENT CITOYENS GENEVOIS

Communique de Presse


 

M. Paychère  veut instaurer une dictature socialiste à Genève : un danger pour la démocratie

Lors de l’émission télévisée « Genève à Chaud » du 17 mars 2008, le candidat socialiste au poste de procureur général, François Paychère, a porté, sans la moindre preuve, de très graves accusations contre le MCG et son opposant, procureur général en place, Daniel Zappelli.

.

M. Paychère travestit les faits en voulant noircir son opposant par des procédés indignes de la démocratie. Il démontre son manque de respect fondamental de la vérité, son mépris des institutions et de la fonction à laquelle il prétend.

.

Les faits réels, tels qu’ils ressortent sans ambiguïté du dossier pénal, contredisent ces accusations qui sont dès lors totalement infondées et de nature diffamatoires.

.

Malgré les efforts considérables d’un juge socialiste, Daniel Dumartheray, qui a usé de tous les moyens à disposition et procédés techniques, il a été impossible de trouver le moindre fait mettant en cause M. Thierry Cerutti ou un militant du MCG. Ce juge, lui-même conseiller municipal en 2007 et militant actif du parti socialiste, n’a pas réussi à trouver la moindre preuve. Toutes les accusations, lancées sous le coup des passions politiques, se sont éteintes face aux faits.

Si une décision est bien de nature politique, c’est celle du tribunal administratif que préside Monsieur Paychère. C’est la seule qui ait une incidence de nature politique. Cette décision apporte la preuve que le juge Paychère a fait preuve d’un grave manque de professionnalisme, aveuglé par sa passion politique et la perspective de sa propre candidature.

Le MCG reviendra sur le bilan calamiteux de François Paychère au Tribunal administratif, dont l’affaire Ramadan où il s’est montré complice de la lapidation des femmes, oubliant la dignité humaine.

Il convient de souligner pour le surplus que l’ensemble de cette affaire a été initialisée par un autre magistrat PS, Monsieur Laurent Moutinot qui a saisi le pouvoir judicaire sur la base de ragots. L’attaque de M. Paychère s’inscrit dans cette démarche. Toutes sont à ce point basses qu’elles montrent bien que le PS et ceux qui soutiennent cette candidature n’ont aucune leçon d’éthique à donner à qui que ce soit.

Le MCG va réunir ses instances dirigeantes qui décideront de la suite à donner à ses propos calomnieux et diffamatoires, qui portent atteinte à l’impartialité politique dont doit savoir faire preuve un procureur général, à fortiori un candidat à cette Haute fonction.

Nous tenons à rappeler que l’ordonnance de classement est disponible à l’adresse suivante  www.mcge.ch/MCG_Dossier_presse_14mars08.pdf . Elle démontre à l’envi que l’accusation portée par M. Paychère est fausse au niveau des faits. Elle démontre surtout que c’est le juge Dumartheray qui a conduit une action de nature partisane, en jetant l’opprobre sur un magistrat élu à la régulière, et non pas le Procureur général en classant un dossier vide.

En outre, rappelons aussi qu’au moment où ce juge a lancé l’instruction, il était doublement élu PS. A la fois comme juge et comme conseiller municipal sortant de Puplinge ce qui renforce le sentiment d’amateurisme de ce magistrat.

En conclusion, sachant que le Procureur Général doit savoir se garder de tout positionnement politique et avoir une attitude de réserve lorsqu’il ne connaît pas les faits avec précision.

Eric Stauffer                                                        Pascal Spuhler

Président                                                            Vice-président

14:01 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (65) |  Facebook | | |