19/06/2017

Être visionnaire n'est pas donné à tout le monde ! 

Rester fidèle à ses idées non plus ! Certains oublient les fondamentaux et par qui ils ont été élus ! Moi je reste fidèle à la ligne que j'ai instaurée depuis 2005 !

Petite chronique du lundi 19 juin

Les faits :

- en date du 16 avril 2012 je dépose un projet de loi pour obliger les sociétés et institutions à annoncer tous les postes vacants à l'office cantonal de l'emploi, projet de loi intitulé "Priorité de l'information aux chômeurs Genevois !" Signé également par le Deputé Mauro Poggia.....http://ge.ch/grandconseil/data/texte/PL10962.pdf 

 

- Le temps parlementaire étant long mon projet de loi arrive finalement en séance plénière le 5 décembre 2014... http://ge.ch/grandconseil/memorial/seances/010114/89/2/ 

- Entre temps le Deputé Poggia qui est devenu..... Conseiller d'Etat.... en charge du chômage s'oppose à mon projet de loi dont pourtant il est également signataire sa phrase " ....ce projet de loi part en effet d'un certain bon sens - je serais malvenu de dire le contraire puisqu'un homonyme à moi l'a signé en tant qu'ex-député, mais c'est vrai que sur le terrain, on constate aujourd'hui que, davantage que l'obligation, c'est l'incitation qui est importante...."

 

L'épilogue de juin 2017....

- Berne / Conseil Fédéral 16 juin

Mise en œuvre de l’art. 121a Cst. : le Conseil fédéral arrête les grandes lignes des modifications d’ordonnances.

 

Cette nouvelle vous a été envoyée par www.admin.ch/news.

 

CF - Mise en œuvre de l’art. 121a Cst. : le Conseil fédéral arrête les grandes lignes des modifications d’ordonnances 

Berne, 16.06.2017 - Lors de sa séance du 16 juin 2017, le Conseil fédéral a décidé de la manière dont il entend mettre en œuvre dans les ordonnances pertinentes l’article constitutionnel relatif à la gestion de l’immigration (art. 121a Cst.) et sa loi d’application. Il s’agit essentiellement de définir les modalités pratiques de l’obligation de communiquer les postes vacants au service public de l’emploi. Cette mesure doit permettre de favoriser les demandeurs d’emploi en Suisse. 

 

Conseil fédéral

--------

Mise en œuvre pratique de l’obligation de communiquer les postes vacants

 

Les mesures concernant les demandeurs d’emploi constituent la pierre angulaire des modifications législatives adoptées par le Parlement. La priorité accordée aux chômeurs en Suisse implique que les postes vacants dans des groupes de professions, des domaines d’activité ou des régions économiques qui enregistrent un taux de chômage supérieur à la moyenne doivent être communiqués par les employeurs au service public de l’emploi. Cette mesure vise à favoriser le retour à l’emploi des personnes inscrites auprès du service public de l’emploi en Suisse.

 

Le Conseil fédéral a décidé aujourd’hui que l’obligation de communiquer les postes vacants s’appliquera à l’échelle suisse dans les catégories professionnelles affichant un taux de chômage, au niveau suisse, égal ou supérieur à 5 %. Selon les estimations actuelles, l’obligation concernera trois postes vacants sur dix. La mesure produira ainsi un effet ciblé, sans compliquer inutilement le recrutement de nouveaux travailleurs. Quelque 187 000 demandeurs d’emploi pourraient en bénéficier.

------

CQFD les Amis! 

Je pense que la politique pour moi n'est de loin pas terminée. 

 

Votre Deputé 

Eric Stauffer

16:30 | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook | | |

Commentaires

La campagne électorale du conducator commence... On s'ennuie déjà.

Écrit par : Déblogueur | 20/06/2017

Moi, j'aime bien. Évidemment, tout dépendra de la réaction des électeurs ; et l'électorat est imprévisible. Mais en attendant, j'aime bien.

Écrit par : La spectacularité du spectacles nous en met plein les mirettes | 20/06/2017

Le second évince toujours le premier!

La politique à ses djihadistes..... ce ne sont pas les coups de couteau dans le dos qui manquent!

Écrit par : Patoucha | 20/06/2017

MOI, moi, et encore moi.

Écrit par : Pierre Jenni | 22/06/2017

Mais bravo pour les commentaires ouverts.

Écrit par : Pierre Jenni | 22/06/2017

La formation professionnelle des chômeurs ne correspond pas toujours aux postes vacants et je voudrais relater ici une expérience.

En France voisine, on afficha à l'entrée d'une entreprise qu'il y avait possibilité de prendre un cours pour perfectionner ses connaissances afin d'avancer dans l'entreprise.
A la surprise générale aucun employé ne se présenta.

Enquêtes, etc., il en ressortait que les salariés avaient vécu leur fin d'école et de cours professionnels comme une sortie d'Egypte et, après un tel calvaire, s'étaient juré de ne jamais remettre les pieds dans une salle d'étude.

On proposa aux salariés qui le souhaiteraient de se promener dans les ateliers, humer le climat, l'atmosphère.

Discuter avec les personnes aux machines puis s'installer auprès d'elles selon leurs goûts.

Après quoi, seulement, on reparla de cours.

Les salariés reconnaissant ce qu'ils avaient fait auparavant dans les ateliers parvinrent, certains d'entre eux, à des résultats éblouissants.

Écrit par : Marie ee Koriacis | 22/06/2017

@Jenny: "MOI, moi, et encore moi."
Donc vous Jenny avez l'égo super dilaté! J'ai tout juste?

Écrit par : Ricanons tous en coeur | 22/06/2017

"MOI, moi, et encore moi." C'est en effet assez comique de voir Jenni reprocher son égomanie à un autre...
L'hôpital qui se fout de la charité...

Écrit par : Géo | 23/06/2017

Au fait, est-ce qu'il ne faudra pas changer le titre de votre blog: promcg.blog. etc ?

Écrit par : Interrogation | 23/06/2017

Tant que vous vous prenez pas pour le messie...

Écrit par : le roi du bar a thym? | 23/06/2017

Tant que vous vous prenez pas pour le messie...

Écrit par : le roi du bar a thym? | 23/06/2017

Écrire un commentaire