09/12/2015

Non Genève ne cédera pas au radicalisme Musulman !

Geneve, Canton Suisse depuis 200 ans, s'est toujours battue pour assurer l'expression de ses convictions profondes à l'intérieur du système fédéral. Cette vision de la Souveraineté Genevoise, au sens large, nous ancre dans cette certitude.

En ces périodes tourmentées, par des fanatiques radicalisés, il est primordial de réaffirmer notre vision de la laïcité tant dans notre canton, que dans notre pays, lesquels ont la Foi chrétienne pour bases.

Nous avons, collectivement, approuvé une nouvelle constitution qui consacre la laïcité de l'Etat. Certains révolutionnaires radicalisés se prétendant religieux, accusant plusieurs siècles de retard, tentent d'imposer un modèle barbare ou la femme est relayée au stade de servante et où la chrétienté et le judaïsme sont les infidèles qu'il faut éradiquer. Cela me fait immanquablement penser à d'autres fous de l'histoire qui ont meurtri l'Europe voilà 75 ans.

Je suis scandalisé des récentes déclarations du Ministre Canadien de l'éducation François Blais (ne devrait-on pas écrire blet?) qui selon le média "Les Manchettes" (http://www.lesmanchettes.ca/2015/11/il-sera-interdit-de-faire-reference_30.html#more) interdirait dans les crèches toutes allusions et décorations de Noël pour ne pas froisser d'autres religions. Une telle attitude d'un élu est non seulement une marque de défiance vis-à-vis de la démocratie mais, en plus, de l'adhésion à une vision obscurantiste de la paix confessionnelle. Ce pauvre Monsieur oublie notamment que Noël n'est pas seulement la symbolisation de la naissance du principal prédicateur du Pardon mais aussi celle d'un des Prophètes reconnu par plus de 2/3 de l'humanité. Au lieu d'apaiser les tensions, cet élu les ravive stupidement.

La vaste majorité des Genevois est totalement hermétique à ces manipulations politico-religieuses et s'en tient à la liberté de penser comme de croire. Afin de démontrer sa maturité, le Peuple de Genève s'est même réuni autour du concept d'un bâtiment qui est usuellement destiné à un culte (la Cathédrale de St-Pierre), pour qu'il accueille les prestations de serment des diverses autorités politiques et judiciaires élues par le Peuple.

Cet ensemble de traditions et décisions sont l'expression largement majoritaire du Peuple prises par la voie démocratique. Elles ne perturbent que des minorités figées dans un monde dans lequel la démocratie est un simple article de foire.

Après cette errance Canadienne il se pourrait qu'à Genève une telle idée saugrenue face surface et que quelque élu égaré dans une fausse lecture de la laïcité se lance dans une telle proposition. Ou encore qu'une communauté, plus agressive et donc hors de la paix confessionnelle que connaît notre République ne se mette à revendiquer.

Aux uns comme aux autres, il me semble indispensable de rappeler que ce qui fait la rayonnement de notre belle République c'est précisément son ancrage déterminé dans la Foi chrétienne et l'ouverture au dialogue confessionnel respectueux et non obséquieux.

Si par impossible il venait à l'un ou l'autre des élus Genevois l'idée de revendiquer l'application de je ne sais quelle pratique dans cette République, Nous, du Mouvement Citoyens Genevois, ne manquerons pas de leur rappeler qu'ici un seul système s'applique, celui voulu démocratiquement par la majorité. Si jamais l'une ou l'autre des autorités exécutives de la République de Genève, canton suisse, se hasardait dans une telle dérive, nous ferons le nécessaire pour que le Peuple les rappellent à l'Ordre.

Il faut dire haut et fort aux radicalisés et autres fanatiques religieux prônant l'exclusion par l'extermination de toutes autres croyances que celle qui les obsède, que si le système Genevois, Suisse ou Européen ne leur convient pas, ils ne doivent hésiter une seconde de plus et retourner là où c'est le système médiéval et barbare qui prévaut. Celui dans lequel les femmes sont contraintes à faire acte de soumission en se voilant. De toute évidence Ils ne sont pas dignes de nos règles apaisées trop évoluées pour leur mode de fonctionnement obsolète.

Eric Stauffer
Député dans un pays libre et démocratique

17:51 | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook | | |

Commentaires

"Nous avons, collectivement, approuvé une nouvelle constitution qui consacre la laïcité de l'Etat"

justement Eric Stauffer, dites-nous à quand les lois d'application consacrant le principe constitutionnel fondamental de laïcité, soit les détails de l'art. 3:
- L'Etat est laïque. Il observe une neutralité religieuse
- Il ne salarie ni ne subventionne aucune activité cultuelle.

car pour l'instant, les contribuables ont du financer
- les tenues de l'Eid à Meyrin par mise à disposition d'espace publics,
- la mise à disposition de locaux de la HESSO réservés à salles de prières et strictement dévolues aux musulmans à l'origine,
puis au lieu d'arrêter tout ça, face aux protestations, élargis d'accès aux étudiants évangélistes..

et comme la liste des subventions accordées par Ville-de-Genève & ou Canton à groupes et associations islamiques, est trop longue: disons etc.

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 09/12/2015

quid des obligations et moyens des employeurs, face aux exigences religieuses de salariés contrevenant à nos principes fondamentaux?

in extenso à tous services publics


car vous n'êtes pas dans l'ignorance des problèmes rencontrés par PME & employeurs de ce canton, qui se voient contraints d'accorder

- des espaces de prière -temps & lieux- à leurs salariés
- des aménagements respectueux des "besoins religieux" de salariés

quid des syndicats & CTT en conformité à nos constitutions CH + GE, si aucune loi d'application n'existe ?

merci d'y apporter qq chose

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 09/12/2015

Cher Eric ne soyez pas trop optimiste en ce qui concerne la résistance des genevois.Calvin fut à sa manière un radical, pour s'en convaincre il suffit de contempler la statue de Michel Servet exécuté par la volonté du djihadiste de l'époque et dont la secte montante régit encore de nos jours la vie de ses disciples.

Écrit par : norbert maendly | 09/12/2015

L'état bafoue la constitution quand il autorise les signes d'appartenance religieuses dans ses bâtiments, par exemple les écoles et l'université.
Il bafoue encore la constitution quand il se charge de prélever l'"impôt ecclésiastique".
Et la mise à disposition de bâtiments ou d'espaces publics pour des associations religieuses n'a pas lieu d'être.

Alors, M. Stauffer, j'attends avec impatience votre prise de position sur le projet de M. Maudet, que personnellement je n'accepte pas.

Écrit par : Johann | 09/12/2015

Johann

La laïcité ne signifie pas l'interdiction du religieux sur l'espace public mais un ensemble de règles, y compris pour l'Etat lui-même, qui permettent aux diverses fois de coexister dans le respect mutuel.

La laïcité n'est pas une religion qui imposerait ses règles aux autres...

En quoi nos racines devraient-elles être niées ? Plus de vacances de Noël ou de Pâques mais des congés d'hiver et de printemps ? Interdit de se réjouir dans la rue aux dates où l'une ou l'autre des religions fête quelque chose ? Suppression des opéras à racines religieuses des programmes de nos édifices culturels ?

Écrit par : archi-Bald | 10/12/2015

@suisse & genevois déshérité

Vous avez raison, il faudrait interdire les décoration de noël dans la rue, fini les vacances de noël, pâques, Toussaint, détruire le mur des réformateurs....
Sans parler de la prestation de serments des élus à la cathédrale....

Écrit par : OMAR | 10/12/2015

Autrefois il n'était pas tant question de laïcité que de tolérance.

Chaque élève apprenait à respecter les convictions religieuses, ou non, de l'autre.
Petite croix huguenote au cou de l'une, catholique pour l'autre.

Fêtes de Noël préparées avec plaisir: Paix sur la terre...

Il s'agissait d'après seconde guerre mondiale. Aux horreurs avait succédé l'espoir en des jours où les hommes ayant dit à propos de ces horreurs "plus jamais ça!" manifestement semblaient avoir passé de la parole aux actes.

Une assurance maladie en ses débuts calculée de manière à ne poser de problèmes à personne et remboursant ce que promis.

Il est possible, pour les chrétiens, après 2000 ans de passage d'Abraham à Isaac (signifie "il rit") de reconnaître que le fils premier né d'Abraham était Ismaël (il pense) donc d'Abraham à Ismaël

Abraham étant dit soumis à Dieu:

du Notre Père la parole "Que ta volonté soit faite"!
Le Notre Père, en ses premières paroles, prière du judaïsme.

Puis à propos d'Abraham et de tous les autres... pour les SONGES, par prudence, entre autres auteurs:

Jeanine Solotareff
Le symbolisme dans les rêves
La méthode de traduction
de Paul Diel

Bibliothèque scientifique Payot

Accueillir une religion amie est enrichissant
Non une législation étouffante se prétendant la seule vérité vraie

Enfin non aux sacs de nos valeurs et foi.

Puisse le peuple dit "souverain" se réveiller enfin sans quoi ce souverain risquerait d'être ce meunier endormi des chansons de notre enfance dont le moulin...tournait trop vite!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 10/12/2015

De toutes façons la fête autour du solstice d'hiver existait bien avant l'évangélisation de l'Europe.

Décorer les rues d'étoiles lumineuses et de sapins décorés est une tradition païenne très ancienne bien plus que le christianisme ! La religion chrétienne s'en est accommodée en y rajoutant une crèche avec un bébé qui symbolise le retour de la croissance du jour sur la nuit.
Même le mot Noël serait d'origine celtique, contraction de noio (nouveau) et de hel (soleil)

http://www.jer.me/Noel-Nouveau-soleil-ou-Nativite_a200.html

Les problèmes de coexistence des religions n'ont pas à mettre ceci dans la balance. Il s'agit d'une tradition populaire très très ancienne Point !

Écrit par : aoki | 10/12/2015

De toutes les façons les fêtes dites religieuses sont vidées de tout contenu autre que commercial dans une société sécularisée. Et il n'y a pas de sapin en Palestine. Même pas il y a 2000 ans.

Dommage que le calendrier républicain n'ait pas été conservé.

Écrit par : Johann | 10/12/2015

quand Omar nous dit:

"il faudrait interdire les décoration de noël dans la rue, fini les vacances de noël, pâques, Toussaint, détruire le mur des réformateurs... Sans parler de la prestation de serments des élus à la cathédrale"

demande-t-il l'élimination du terroir socioculturel de son pays d'accueil
et de nos fondements historiques ?

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 12/12/2015

Les commentaires sont fermés.