30/05/2012

Stauffer, l'homme qui surgit

Stauffer, l'homme qui surgitPar Pascal DECAILLET, 31 mai 2012

 

Source : http://www.ghi.ch/node/9428

 

 

Eric Stauffer a réussi à

monter, doucement mais

sûrement, dans les communes.

310512_Dec_article_stauffer.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Stauffer, l’homme qui surgit

Moi, je dis qu’il est italien. De ceux qu’on aime : bandit des montagnes, condottiere, rugueux, broussailleux, très famille et très folie, l’Aventura. Si Maudet est Oiseau de feu et Anne Emery-Torracinta, Femme sans ombre, alors qui donc serait Eric Stauffer ? Surgi de quelle haie, de quel noir fourré ? Compagnon du maquis qui se commet en ville, mauvais garçon en instance de repentance, homme des bois policé pour la nécessité de la manœuvre, parrain oublié qui revient pour la fête. Que faisait-il, depuis la dernière communion ? Où était-il ? Sous quel soleil, et sous quelles ombres ? Eric Stauffer, l’homme qui a le plus marqué la politique genevoise depuis 2005, haï par les uns, adulé par les siens, est avant tout un mystère. Je ne l’ai, pour ma part, jamais percé.

Ne venez pas me dire que mon portrait est subjectif : il l’est ! La couleur est annoncée, c’est marqué, en haut à gauche, dans l’encadré. Et qui serions-nous, n’importe lequel d’entre nous, pour oser « objectiviser » pareil phénomène ? Il serait l’insecte, et nous entomologistes ? Philippe Morel, député PDC, brillant chirurgien qui le « connaît de l’intérieur » pour l’avoir opéré, affirme que les entrailles de son abdomen sont normales. C’est déjà ça. Pour Frankenstein, il faudra donc chercher ailleurs.

Pour le reste, quoi ? Un homme qui a été, un jour, humilié (sa préventive à Champ-Dollon, qui n’a abouti sur aucune condamnation), et a décidé, avec la plus phénoménale des énergies, de prendre sa revanche. Pas sur les juges ! Encore moins sur la police, avec laquelle il s’entend comme larrons en foire. Même pas sur la droite, ni la gauche. Mais contre un certain ordre établi à Genève, oui. Il serait Edmond Dantès, ils seraient les salopards de bourgeois de Marseille, entendus entre eux, qui l’ont envoyé au Château d’If. Vrai ou faux ? Peu importe : le mythe fonctionne. Eric Stauffer n’est pas un rationnel, il accomplit le chemin d’un désir, surgi des racines. Refuser de voir cela, c’est passer à côté de l’homme.

A part ça, désolé, mais enfin, qu’on l’aime ou non, quel chemin en moins de sept ans ! En 2005, le MCG, encore tout marcassin dans les sombres taillis de la politique genevoise, force la porte du Grand Conseil. Quatre ans plus tard, il place dix-sept députés, et devient, ex-aequo avec les Verts, le deuxième parti du Parlement ! En 2011, un conseiller national, Mauro Poggia. Et la montée, doucement mais sûrement, dans les communes, qui sont le plus âpre et le plus difficile, le bastion des familles, la tourelle du bourgeois.

Alors oui, le bourgeois commence à prendre peur. Naguère, dans les années 1846, la colère populaire grognait de Saint-Gervais, pour menacer la rue des Granges. Aujourd’hui, elle gronde d’un peu partout. On se rassure, on se dit que le cauchemar finira. Erreur ! Le MCG n’est pas Vigilance : il ne s’abolira pas aux prochaines élections. Le 17 juin, quel résultat fera Eric Stauffer ? Nous verrons bien. Mais l’homme des bois est là, sourcil broussailleux, œil noir, impétueux désir de revanche. Insensible à la colère postillonnée du bourgeois. Impavide aux tempêtes. Même dans un verre d’eau.

Pascal Décaillet

10:37 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

Point 4: se protéger des gangs venus par la frontière

L'insécurité se développe, des criminels font la loi: vous en avez assez. Voici mon programme en 10 points, pour l'élection au Conseil d'Etat du 17 juin.

Lire la suite

00:10 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : conseil d'etat, élection, eric stauffer, programme, sécurité |  Facebook | | | |

29/05/2012

Prison en container-ou est le problème-?

Une prison en container: ou est le problème?

Le message doit être fort et sans appel!

A une question d'un journaliste :

- Les problèmes de sécurité se jouent en partie à l'échelle fédérale. Le candidat PLR Pierre Maudet veut aussi recourir à la détention administrative. En quoi apportez-vous un plus?

prison-container.jpgEric Stauffer- La loi actuelle permet de détenir 18 mois les gens qui mentent sur leurs origines. Quant aux radicaux, ils revendiquaient déjà la détention administrative en 2009. Bien qu'ayant obtenu la majorité, ils ont renoncé à reprendre la police, confiée à Mme Rochat, qui n'avait aucune expérience dans le domaine et devrait exercer ses compétences ailleurs. Le peuple s'est fait avoir en 2009, cela ne se reproduira pas en 2012.

(source: http://www.letemps.ch/Page/Uuid/b0fa6ade-a8ed-11e1-ae94-6... )

Le Temps: Vous vous présentez en visant le Département de la sécurité qui n’est pas à prendre, Isabel Rochat comptant le garder. A quoi sert votre candidature?

Eric Stauffer: Le Conseil d’Etat peut en tout temps répartir à nouveau les dicastères. Si je suis élu, j’accepterai tout département qui me sera confié. Mais je demande au peuple d’envoyer un message clair au gouvernement: nous voulons Stauffer pour reprendre la police. J’ai choisi l’axe de la sécurité car c’est la première préoccupation des Genevois. Il faut remettre de l’ordre, redonner confiance aux policiers et sortir de la circulation ces 450 individus qui provoquent au moins 40% des délits à Genève. On ne parle pas de personnes fuyant de réelles persécutions, auxquelles jeinside-cell1.jpg serais le premier à offrir mon aide, mais de faux réfugiés, de criminels multirécidivistes, arrêtés le lundi, libérés le mercredi et réarrêtés le samedi. Cela engorge la justice, cela surcharge Champ-Dollon et la police. Je propose d’installer en zone aéroportuaire 200 à 300 containers, des cellules modulables mobiles, ne nécessitant pas d’autorisation de construire. Ils permettraient d’incarcérer ces gens durant 18 mois en détention administrative.

– Après 18 mois, qu’en faites-vous?

container-cell-.jpg– Les gens ne tiennent pas 18 mois avec une heure de sortie par jour. Ils craquent. Ils peuvent interrompre leur détention en 72 heures: ils doivent juste révéler leur nationalité et se prêter à un retour volontaire au pays. Sans la prime de 4000 francs que prévoit le «plan Maghreb» d’Isabel Rochat!

 

 

tolerance-zero-affiche.jpg

Redonner confiance aux genevois est une question de volonté!

 

Le Temps: Dans cette élection, l'UDC est votre seul appui - un apparentement contesté dans ce parti. Comment pensez-vous être élu?

IMG_1939.jpg

Eric Stauffer: Toute alliance fait des vagues! Certains libéraux ne voteront pas pour un radical comme Maudet! L'électorat n'appartient à personne. Les gens choisiront. Leurs préoccupations, si on les écoute, sont déconnectées de celles des partis gouvernementaux: Genève est mûr pour un vote de rupture. Quand un parti réunit plus de 20% de l'électorat, il n'est plus simplement contestataire. Dans ma commune d'Onex, ma candidature a rallié 37% des suffrages.

Quel est le choix pour ce 17 juin? On a une enseignante aisée, très gauche caviar: que sait-elle des Genevois qui peinent à régler leurs factures? Puis il y a Maudet qui, à 34 ans, n'a jamais eu de vrai travail et est devenu magistrat grâce à la mathématique électorale: saisit-il les difficultés d'un patron de PME? Moi, j'ai un parcours cabossé. Mais mon expérience de vie me permet de comprendre ce patron, confronté aux soucis administratifs et à l'ouverture trop rapide des frontières, et de savoir ce que vivent les gens qui ont trébuché.

 

 

09:39 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook | | | |