30/05/2012

Stauffer, l'homme qui surgit

Stauffer, l'homme qui surgitPar Pascal DECAILLET, 31 mai 2012

 

Source : http://www.ghi.ch/node/9428

 

 

Eric Stauffer a réussi à

monter, doucement mais

sûrement, dans les communes.

310512_Dec_article_stauffer.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Stauffer, l’homme qui surgit

Moi, je dis qu’il est italien. De ceux qu’on aime : bandit des montagnes, condottiere, rugueux, broussailleux, très famille et très folie, l’Aventura. Si Maudet est Oiseau de feu et Anne Emery-Torracinta, Femme sans ombre, alors qui donc serait Eric Stauffer ? Surgi de quelle haie, de quel noir fourré ? Compagnon du maquis qui se commet en ville, mauvais garçon en instance de repentance, homme des bois policé pour la nécessité de la manœuvre, parrain oublié qui revient pour la fête. Que faisait-il, depuis la dernière communion ? Où était-il ? Sous quel soleil, et sous quelles ombres ? Eric Stauffer, l’homme qui a le plus marqué la politique genevoise depuis 2005, haï par les uns, adulé par les siens, est avant tout un mystère. Je ne l’ai, pour ma part, jamais percé.

Ne venez pas me dire que mon portrait est subjectif : il l’est ! La couleur est annoncée, c’est marqué, en haut à gauche, dans l’encadré. Et qui serions-nous, n’importe lequel d’entre nous, pour oser « objectiviser » pareil phénomène ? Il serait l’insecte, et nous entomologistes ? Philippe Morel, député PDC, brillant chirurgien qui le « connaît de l’intérieur » pour l’avoir opéré, affirme que les entrailles de son abdomen sont normales. C’est déjà ça. Pour Frankenstein, il faudra donc chercher ailleurs.

Pour le reste, quoi ? Un homme qui a été, un jour, humilié (sa préventive à Champ-Dollon, qui n’a abouti sur aucune condamnation), et a décidé, avec la plus phénoménale des énergies, de prendre sa revanche. Pas sur les juges ! Encore moins sur la police, avec laquelle il s’entend comme larrons en foire. Même pas sur la droite, ni la gauche. Mais contre un certain ordre établi à Genève, oui. Il serait Edmond Dantès, ils seraient les salopards de bourgeois de Marseille, entendus entre eux, qui l’ont envoyé au Château d’If. Vrai ou faux ? Peu importe : le mythe fonctionne. Eric Stauffer n’est pas un rationnel, il accomplit le chemin d’un désir, surgi des racines. Refuser de voir cela, c’est passer à côté de l’homme.

A part ça, désolé, mais enfin, qu’on l’aime ou non, quel chemin en moins de sept ans ! En 2005, le MCG, encore tout marcassin dans les sombres taillis de la politique genevoise, force la porte du Grand Conseil. Quatre ans plus tard, il place dix-sept députés, et devient, ex-aequo avec les Verts, le deuxième parti du Parlement ! En 2011, un conseiller national, Mauro Poggia. Et la montée, doucement mais sûrement, dans les communes, qui sont le plus âpre et le plus difficile, le bastion des familles, la tourelle du bourgeois.

Alors oui, le bourgeois commence à prendre peur. Naguère, dans les années 1846, la colère populaire grognait de Saint-Gervais, pour menacer la rue des Granges. Aujourd’hui, elle gronde d’un peu partout. On se rassure, on se dit que le cauchemar finira. Erreur ! Le MCG n’est pas Vigilance : il ne s’abolira pas aux prochaines élections. Le 17 juin, quel résultat fera Eric Stauffer ? Nous verrons bien. Mais l’homme des bois est là, sourcil broussailleux, œil noir, impétueux désir de revanche. Insensible à la colère postillonnée du bourgeois. Impavide aux tempêtes. Même dans un verre d’eau.

Pascal Décaillet

10:37 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.