21/04/2010

Voyage de luxe: agence de voyage de l'Etat!

Logo_MCG.gifCOMMUNIQUE DE PRESSE

DU MOUVEMENT CITOYENS GENEVOIS

 

400'000 francs voyage de luxe et grand Bordeaux au frais du contribuable!

 

 

Le MCG dénonce l’escapade de luxe payée par les contribuables


140 conseillers administratifs, conseillers d’Etat et hauts fonctionnaires vont s’amuser aux frais du contribuable. Ce voyage devrait coûter aux alentours de 400'000 francs soit 2'840 francs par personnes voir annexe.

 

Ce n’est pas un voyage de travail mais un week-end « vacance », boîtes de nuits et grand Bordeaux au menu !

 

Pour le MCG, ce financement est un véritable scandale.

Si les conseillers administratifs et les conseillers d’Etat veulent faire un voyage de luxe, libre à eux. Mais ce n’est pas aux contribuables de financer cette escapade, ce qu’a bien compris le magistrat communal de Vernier qui paiera le voyage de sa propre poche.

 

Au moment où ces mêmes milieux coupent dans les dépenses de l’Etat, en particulier dans les prestations sociales pour les plus démunis et notamment en serrant la ceinture aux EMS ; pour eux-mêmes, ils font l’inverse puisqu’ils en demandent toujours plus.

 

Par principe, il est inacceptable qu’ils ne montrent pas l’exemple et ouvrent toutes grandes les vannes pour une escapade de grand luxe qui n’a qu’un seul but : s’amuser ! Mesdames et Messieurs, faites-le mais pas avec l’argent des contribuables.

 

Le quotidien « 20 Minutes » (21 avril 2010) nous apprend que « de vendredi à dimanche, environ 140 maires, magistrats communaux, conseillers d’Etat et hauts fonctionnaires se rendront à Bordeaux à l’occasion du voyage annuel de l’Association des communes genevoises (ACG). Un vol charter sera spécialement affrété. Avec les deux nuitées dans un hôtel de haute catégorie, le séjour, à charge des caisses publiques, revient à 2800 francs par élu. »

 

Nous avons appris avec stupéfaction que la soirée du samedi soir sera sponsorisée par les TPG, les SIG et la Banque cantonale.

 

En effet, la Banque cantonale, les SIG et les TPG versent chacun 12 000 fr. pour régaler les élus qui leur seront ensuite redevables. Après les divers scandales qui ont émaillé la République, de telles pratiques sont tout bonnement intolérables et font penser à une République bananière.

 

Au moment où les chômeurs genevois sont méprisés, où les travailleurs frontaliers prennent la place des résidents genevois, de telles pratiques démontrent une arrogance inacceptable. Le MCG s’oppose à ce type de pratiques inacceptables à Genève.

Facture du voyage!ACG voyage des Maires.pdf

 

Roger Golay

Député et Vice-Président du MCG

 

Eric Stauffer

Député et Président du MCG

Site Internet : www.mcge.ch

11:07 | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook | | |

Commentaires

Bonjour, Comment se fait-il que cette news essentielle au bon fonctionnement de nos institutions se retrouve dans 20 Minutes avant la diffusion de votre communiqué? Bien à vous
PS: je vous rappelle qu'un blog n'a pas vocation de relayer des communiqués de partis mais d'accueillir des propos personnels.

Écrit par : JF Mabut | 21/04/2010

Je suis dégoutée par les politiciens. Nous devrions cesser de payer nos impôts!

Une fois encore le MCG seul contre tous.

Écrit par : Julia | 21/04/2010

"PS: je vous rappelle qu'un blog n'a pas vocation de relayer des communiqués de partis mais d'accueillir des propos personnels."

Appel à la censure ou à l'auto-censure?!

Comment se fait-il que la tdg ne publie pas en première page cette information si importante pour le fonctionnement de la démocratie? M. Stauffer ne ferait-il pas confiance à votre journal?

Ce n'est plus "je sers mon pays", mais "je me sers de mon pays".

ABE

Écrit par : Johann | 21/04/2010

Étant frontalier, je ne partage bien évidemment pas tous les avis du MCG. Toutefois, dans certains cas, il m'arrive d'être d'accord avec certaines de leurs prises de position, notamment, dans le cas particulier. En effet, le Conseil d'Etat et certains membres du Grand Conseil pratiquent ce qu'on appelle vulgairement le "foutage de gueule".

Le Conseil d'Etat, et les élus des communes vont-ils comprendre un jour que le budget d'un Etat ou d'une commune se gère comme un budget de ménage.

1) On ne dépense pas plus que ce que l'on gagne

2) Lorsque l'on gagne plus que prévu (notamment en cas de recettes extraordinaires), on fait comme l'écureuil, on met des noisettes de côté, surtout lorsque l'on va devoir rétrocéder des millions de francs à des personnes imposées à la source (et non seulement aux frontaliers) parce que les personnes en question ont ignoblement été flouées, durant des années, par l'Administration fiscale, avec le bienveillant appui du Conseil d'Etat et de certains membres du Grand Conseil, notamment ceux de la Commission fiscale qui ont été mis en garde, en 2007 déjà, des dérives de l'Administration fiscale.

De quel droit ces élus se permettent-ils, et même osent-ils, aux frais du contribuable, accepter de telles libéralités alors que beaucoup de contribuables doivent se serrer la ceinture par exemple parce qu'ils sont loin d'être aussi bien payés (notamment si l'on tient comptes des avantages annexes) que les fonctionnaires, lesquels se permettent encore d'abuser de leurs prérogatives vis-à-vis du citoyen lambda ?

Lorsqu'un indépendant se permet de comptabiliser dans ses frais généraux des voyages privés, il subit les foudres de l'Administration fiscale toute puissante, laquelle va lui pourrir la vie durant de longs mois, procédure qui va se conclure par une reprise d'impôts et des amendes salées.

Les libéralités accordées à ces élus vont-elles être ajoutées à leur revenu imposable ? Bien évidemment non !

En analysant les jurisprudences de la CCR et du TA, il est clair qu'il y a une justice à deux vitesses. Heureusement que, parfois, le Tribunal fédéral corrige les décisions iniques des Institutions de la République bananière de Genève.

Pourtant même à ce niveau là, il y a inégalité de traitement puisque seuls peuvent se défendre, plus ou moins efficacement, les personnes ayant les connaissances techniques nécessaires, la persévérance et suffisamment d'économies pour payer les provisions prohibitives et dissuasives demandées par la CCR et le TA et, bien évidemment les personnes fortunées qui délèguent toutes ces tâches à un avocat spécialisé dans le domaine en question, au tarif d'environ CHF 500.- de l'heure.

Quant à l'aide judiciaire, c'est une véritable fumisterie. En effet, si les autorités administratives de la République bananière de Genève décident arbitrairement que la cause est perdue d'avance, l'aide judiciaire n'est tout simplement pas accordée. Or, lorsque, en dépit des principes élémentaires de la bonne foi, on doit aller jusqu'au Tribunal fédéral pour obtenir gain de cause, il est clair que les autorités administratives décidant de l'aide juridique décideront bien avant que la cause est perdue d'avance, surtout si l'on attaque L'Etat.

De surcroît, au Conseil d'Etat, au nom du sacrosaint collégialisme, des conseillers d'Etat "verts" (qui pourtant devraient être plutôt de gauche puisque l'on dit que les écolos sont comme des pastèques verts dehors et rouges dedans) ont soutenu et soutiennent encore le capitalisme au détriment des personnes modestes et des classes moyennes, oubliant ainsi ce pour quoi ils ont été élus...

Rassurez-vous, cela ne les empêchent pas de dormir.

Écrit par : Eliot Ness | 21/04/2010

Sur le fond, on peut se poser la question d'une telle dépense.
Mais, il ne faut pas oubliez que les maires et conseillers administratifs ne comptent franchement pas leurs heures pour administrer leurs communes...

Et puis, n'oublions pas que Thierry Cerruti (qui divulgue un document interne de la mairie de Vernier ...), qui est membre du MCG part aussi en voyage avec les autres...

LE MCG crie, mais en profite aussi ! Et je suis prêt à parier qu'Eric Stauffer s'il avait été élu à la Maire d'Onex y serait aussi parti...

Écrit par : Philippe C | 21/04/2010

Interpellée par le message de Philippe C, j'ai fait un peu de recherche sur Eric Stauffer pour savoir comment il avait agit, voici ce que j'ai trouvé:

24 octobre 2007
SERVICES INDUSTRIELS GENEVOIS
Un voyage a 96 000 francs annule Un voyage pour la trentaine de membres de la direction et du conseil d administration des Services industriels genevois
SIG à Munich a été annulé in extremis.

Les défections seraient à l origine de cette décision selon Daniel Mouchet di
recteur des SIG hier sur la RSR

Le voyage facturé 96 000
francs devait permettre aux Genevois dont le ministre de tutelle Robert Cramer de rencontrer leurs homologues munichois

Thème de la rencontre vision et enjeu dans un marché libéralisé
Les participants auraient dû dormir dans un cinq étoiles au centre de Munich à quoi s ajoutaient des repas gastronomiques et une visite des lacs de Bavière
Le voyage prévu du 14 au 16 octobre a été annulé trois jours avant le départ

Les SIG sont en train de négocier les frais de désistement qui pourraient se monter à 50 000 francs Un tel voyage est prévu tous les quatre ans

Cette annulation intervient sur fond de débats à Genève au sujet des revenus du président du conseil d administration M Mouchet En 2006 il a touché plus de
360 000 francs dont 200 000 francs en jetons de présence pour ses représentations dans d autres entreprises

Les détails de son salaire avaient été révélés le 12 octobre après une interpellation urgente au Grand Conseil (ndlr d'Eric Stauffer)
Les rémunérations des administrateurs ont dans la foulée été communiquées au Conseil d Etat et à la Cour des comptes
ATS

Écrit par : Julia | 21/04/2010

J'allais oublier:

http://www.geneve.ch/grandconseil/data/texte/IUE00491A.pdf

Il est bien ce Stauffer!

Écrit par : Julia | 21/04/2010

Oh oui, il est génial ! C'est une bonne balance qui espère être élu à la manière d'un enfant qui espère avoir une récompense quand il cafte ses petits camarades qui font des bétises dans la cour de récrée.
Mais au fait, que vient foutre la remarque sur les frontaliers dans ce billet ? Même un Lepen à la retraite parait moins sénile !

Écrit par : Vertitas | 21/04/2010

@ Vertitas

Le frontalier qui s'exprime est genevois, paie ses impôts à Genève et vote à Genève. Il a donc parfaitement le droit de s'exprimer librement pour dénoncer les pratiques et la politique des petits copains de la République bananière de Genève, notamment dans la mesure où, malheureusement, il est bien placé pour connaître parfaitement de quoi il parle.

Encore une fois le frontalier en question n'adhère pas, et de loin, à toutes les idées du MCG. Cependant, en l'occurrence, force est de constater que le MCG a parfaitement raison de dénoncer de telles pratiques. Cela n'a rien a voir avec du caftage.

En tout état de cause, il n'aura échappé à personne que la BCG a massivement augmenté le tarif de ses frais bancaires à partir du 1er janvier 2010, alors que le contribuable genevois continue à payer les errements de cet établissement dans le domaine du financement de la spéculation immobilière dans le canton, ce qui a eu en outre comme effet pervers d'augmenter les loyers, ce qui explique en grande partie l'exode d'un grand nombre de résidents genevois en France voisine, lesquels sont maintenant traités en pestiférés.

En outre, en ma qualité de client de cet établissement je ne suis pas d'accord d'être saigné à blanc par des frais bancaires prohibitifs pour financer des repas pantagruéliques servis à des élus dont certains sont déjà bien assez gras.

Vous indiquez que même un Le Pen à la retraite parait moins sénile. Quant à vos propos, ils sont tout simplement puérils. Il faudrait penser à grandir un jour, surtout sur le plan intellectuel...

Écrit par : Eliot Ness | 22/04/2010

Monsieur Stauffer a parfaitement raison de dénoncer ce genre d'abus. Ce qui est navrant, c'est que personne ne l'ait jamais fait avant lui. Lorsqu'on voit les injustices, les inégalités, la façon dont sont traités les plus démunis, les vieux, les handicapés, et la manière dont l'argent est gaspillé en raison de mauvaises décisions, de mauvaise gestion et d'incompétence, m'est avis qu'il n'a pas fini de ruer dans les brancards. Et c'est bien que quelqu'un, enfin, le fasse.

Écrit par : Coco | 22/04/2010

Les commentaires sont fermés.