30/08/2009

Hans-Rudolf MERZ traitre de la nation!

Pacte de 1291(*1)

index.html?lang=fr&image=M3wBLwDQ_8ullqDu36WcnojN14in3qSbnpWVZGmbmU6p1rJdsYfsi6rZnqCkkIV2gLbDbKbh

Hans-Rudolf MERZ traitre de la nation ;  

 

3000 noms d'épargnants français ont été livrés par la Suisse aux Français:
la honteuse collaboration de Hans-Rudolf Merz et du Conseil fédéral, les fossoyeurs de la Suisse

Le ministre du Budget français Eric Woerth vient de déclarer au Journal du dimanche que les noms de 3000 Français ayant un compte en Suisse ont été obtenu grâce à la complicité du Conseil fédéral. Le MCG considère cet acte indigne de notre pays et dénonce la honteuse collaboration orchestrée par Hans-Rudolf Merz, encore lui, et le Conseil fédéral.

Que la Suisse lâche en pâture des personnes qui lui ont fait confiance ne peut que nous révolter. Après avoir fait honte à tous les Suisses, en nous humiliant face à la Libye, voilà qu'Hans-Rudolf Merz se met à la solde des Français. Décidément, la Suisse n'est plus ce qu'elle était. Son honneur, sa crédibilité sont bafouées.

A tous points de vue, cet acte de délation inimaginable est inacceptable, tant il est indigne de dénoncer au fisc français ces personnes qui nous ont fait confiance.

Le ministre du Budget de Sarkozy s'immisce dans les affaires genevoises, comme si notre canton était un département français. Va-t-il remplacer notre Gouvernement, notre Grand Conseil et prendre la place de notre justice? A voir le nombre de frontaliers travaillant dans les secteurs sensibles (informatique de l'Etat, fiscalité, secteur bancaire, etc.), il lui est facile de faire pression et d'obtenir tout ce qu'il veut. Mais quand le Conseil fédéral se fait une fois de plus rouler dans la farine non plus par Kadhafi mais par nos voisins français, il faut mettre fin à cette attitude irresponsable.

Cette nouvelle faiblesse représente une menace supplémentaire pour l'avenir de la Suisse et de Genève en particulier, qui est oubliée par Berne et nos représentant dans la capitale helvétique.

La Suisse doit retrouver sa fierté et bannir les lâches de la politique fédérale et cantonale. Aujourd'hui M. Merz et le Conseil fédéral deviennent des « COLLABOS » digne du régime de Vichy pour avoir conclus cet accord de manière honteuse avec Paris. Cette collaboration émane du principe de lâcheté. Après s'être humiliés devant  Kadhafi, le tyran du peuple libyen, après l’UBS, c'est aujourd’hui devant la France que la Suisse s’agenouille. Qui sera le suivant? L'Amérique, l'Allemagne?

 

Le Conseil fédéral et une fois encore par Hans-Rudolf Merz démontre la réalité du Principe de Peter(*2). Malheureusement, faute de s’en rendre compte, le Conseil fédéral va continuer à détruire la Suisse. ASSEZ !


Ce n'est pas qu'une question d'honneur. Derrière les questions de principe, derrière l'actuelle politique irresponsable du Conseil fédéral, il faut voir très clairement la menace pour la Suisse qui nous touchera tous avec des pertes sèches pour l'économie et pour le social, qui sont étroitement liés.

Genève et la Suisse ont un urgent besoin de fermeté, au moment où les 7 conseillers fédéraux ont baissé les bras. Le MCG réclame une politique de rupture avec ces actes de folie de nos prétendues élites.

 

 

Eric Stauffer

Président du Mouvement Citoyens Genevois

Candidat au Conseil d’Etat


 

 

(*1)Pacte fédéral du 1er août 1291

AU NOM DU SEIGNEUR, AMEN. C'EST ACCOMPLIR UNE ACTION HONORABLE ET PROFITABLE au bien public que de confirmer, selon les formes consacrées, les mesures prises en vue de la sécurité et de la paix. — Que chacun sache donc que, considérant la malice des temps et pour être mieux à même de défendre et maintenir dans leur intégrité leurs vies et leurs biens, les gens de la vallée d'Uri, la Landsgemeinde de la vallée de Schwytz et celle des gens de la vallée inférieure d'Unterwald se sont engagés, sous serment pris en toute bonne foi, à se prêter les uns aux autres n'importe quels secours, appui et assistance, de tout leur pouvoir et de tous leurs efforts, sans ménager ni leurs vies ni leurs biens, dans leurs vallées et au dehors, contre celui et contre tous ceux qui, par n'importe quel acte hostile, attenteraient à leurs personnes ou à leurs biens (ou à un seul d'entre eux), les attaqueraient ou leur causeraient quelque dommage.

 

Quoi qu'il arrive, chacune des communautés promet à l'autre d'accourir à son secours en cas de nécessité, à ses propres frais, et de l'aider autant qu'il le faudra pour résister à l'agression des méchants et imposer réparation du tort commis. — C'est ce que, par le geste consacré, ils ont juré d'observer en toute loyauté, renouvelant par le présent traité le texte de l'ancien pacte corroboré par un serment; sous réserve que chacun, selon sa condition personnelle, reste soumis, comme il convient, à son seigneur et lui rende les prestations auxquelles il est tenu. —

 

De même, après commune délibération et d'un accord unanime, nous avons juré, statué et décidé que nous n'accepterions et ne reconnaîtrions en aucun cas dans lesdites vallées un juge qui aurait payé sa charge de quelque manière, soit en argent soit à quelque autre prix, ou qui ne serait pas de chez nous et membre de nos communautés.

 

Si d'autre part un conflit surgit entre quelques-uns, les plus sages des confédérés doivent intervenir en médiateurs pour apaiser le différend de la façon qui leur paraîtra efficace; et les autres confédérés doivent se tourner contre la partie qui repousserait leur sentence. — Outre tout cela, ils ont établi un statut commun, stipulant que celui qui, criminellement et sans provocation, commettra un meurtre, sera, si on a pu se saisir de lui, puni de mort comme son crime infâme l'exige; à moins qu'il ne puisse prouver qu'il est innocent; et s'il réussit à s'échapper, il lui est à jamais interdit de revenir au pays. Ceux qui accorderaient abri ou protection audit malfaiteur doivent être expulsés des vallées, aussi longtemps qu'ils n'auront pas été expressément rappelés par les confédérés. —

 

Si quelqu'un, de jour ou dans le silence de la nuit, met criminellement le feu aux biens d'un confédéré, on ne doit plus jamais le considérer comme membre d'une de nos communautés. Et celui qui, dans nos vallées, prendrait le parti du dit malfaiteur et le protégerait devra indemniser la victime. —

 

De plus, si l'un des confédérés en dépouille un autre de ses biens ou lui cause n'importe quel autre dommage, les biens du coupable que l'on pourra saisir dans les vallées doivent être mis sous séquestre pour dédommager la victime conformément au droit. —

 

En outre, nul n'a le droit de saisie envers un autre confédéré, à moins que celui-ci ne soit notoirement son débiteur ou ne se soit porté caution envers lui; et il ne doit le faire qu'en vertu d'un prononcé spécial du juge. — Outre cela, chacun est tenu d'obéir à son juge et doit, s'il est besoin, indiquer de quel juge il relève dans la vallée. Et si quelqu'un refuse de se soumettre au jugement rendu, et que l'un des confédérés subisse quelque dommage du fait de son obstination, tous les confédérés sont tenus de contraindre à réparation le récalcitrant. —

 

Et surgisse une querelle ou une discorde entre quelques confédérés, si l'une des parties se refuse à tout arrangement par voie judiciaire ou par accommodement, les confédérés sont tenus de prendre fait et cause pour l'autre partie. — Les décisions ci-dessus consignées, prises dans l'intérêt et au profit de tous, doivent, si Dieu y consent, durer à perpétuité; en témoignage et confirmation de quoi le présent acte, dressé à la requête des prénommés, a été muni des sceaux des trois communautés et vallées susdites. —

Fait en l'an du Seigneur 1291 au début du mois d'août.

·         (Origine: Quellenwerk zur Entstehung der Schweizerischen Eidgenossenschaft Abt. 1, Urkunden Bd., 1 Aarau 1933.)

 

 

(*2)Explication du principe de Peter http://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_de_Peter

Dans une entreprise, les employés compétents sont promus et les incompétents restent à leur place. Donc un employé compétent grimpe la hiérarchie jusqu'à atteindre un poste pour lequel il ne sera pas compétent. À ce stade-là, il devient donc un incompétent qui va occuper son poste indéfiniment.

Autrement dit :

  • un incompétent garde son poste
  • un employé compétent promu est remplacé par un autre employé, potentiellement incompétent
  • si le nouvel employé est compétent, il sera promu et remplacé à son tour par un nouvel employé jusqu'à ce que le poste échoie à un incompétent.

09:35 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (16) |  Facebook | | |

Commentaires

N'y a-t-il pas un article du code pénal qui traite de la violation du secret bancaire? Il n'y a qu'à porter plainte, nul n'est au-dessus des lois, ni les auteurs du délit, ni leurs complices.

Écrit par : Johann | 30/08/2009

TraitRe suite au Traité?

A la réflexion, je parie sur un vaste coup de bluff de la part du ministre français. S'il a les comptes, les noms, les sommes sur les comptes, pourquoi négocier? Pourquoi "régulariser"? Il n'a pu recevoir aucune information des banques suisses "gratuitement". Et pourquoi seulement 3000? Pourquoi pas 10000?

Quelle banque peut "donner" 3000 clients sans soulever un scandale et une totale perte de confiance? Maintenant il reste possible qu'un employé ait vendu les informations...

Le ministre français compte sur la panique pour que les clients se dénoncent. Mais si les comptes sont gérés en Suisse, cela fait belle lurette qu'ils ont été délocalisés ailleurs pour éviter l'impôt anticipé frappant les comptes des citoyens de l'UE.

Toujours est-il qu'une fois de plus les dirigeants ont fait preuve de leur incompétence.

Écrit par : Johann | 30/08/2009

Le problème des frontaliers, c'est qu'il sont généralement plus compétents que les résidents genevois, formés à l'école genevoise.

Les transports entre la France et Genève, grâce au MCG et au comité pour la mobilité franco-genevoise (qui porte bien son nom), seront encore améliorés grâce au barreau Sud, ce qui amènera encore plus de frontaliers.

Votons donc pour le CEVA, qui ne sert à rien, et n'amènera pas un frontalier mieux qualifié de plus à Genève.

Écrit par : Henri Patry | 30/08/2009

Le code penal suisse est plutôt clair quand un représentant de la confédération se met en travers des intérêts et du secret suisse , je cîte :

Art. 267
Trahison diplomatique
1. Celui qui, intentionnellement, aura révélé ou rendu accessible à un Etat étranger ou à l’un de ses agents un secret que l’intérêt de la Confédération commandait de garder,
.
1.1 celui qui aura falsifié, détruit, fait disparaître ou soustrait des titres ou des moyens de preuve relatifs à des rapports de droit entre la Confédération ou un canton et un Etat étranger et aura ainsi, intentionnellement, compromis des intérêts de la Confédération ou d’un canton,celui qui, en sa qualité de représentant de la Confédération, aura intentionnellement conduit au détriment de celle-ci des négociations avec un gouvernement étranger,
sera puni d’une peine privative de liberté d’un an au moins.
.
2.2 Celui qui, intentionnellement, aura révélé ou rendu accessible au public un secret que l’intérêt de la Confédération commandait de garder, sera puni d’une peine privative de liberté de cinq ans au plus ou d’une peine pécuniaire.
.
3.3 La peine sera une peine privative de liberté de trois ans au plus ou une peine pécuniaire si le délinquant a agi par négligence.

.
Donc , si ce monsieur a cassé les négociations qui étaient en cours avec les affaires étrangéres, il faut que la loi s’applique ,idem pour avoir balancé des informations réputées ultra secrête , qui sont la détention des comptes bancaires, et ce, sans procédure mettant en évidence une réelle délinquance de la provenance des fonds des Français détenteurs de compte ( dans le lot , il y a certainement des Français honnêtes , et c’est plutôt indécent
.
1. de penser que la suisse imagine que tous les Français sont des voyous,
.
2. qu’elle était donc complice depuis toujours de complicité d’escroquerie …. .
.
Dans un mois , Il va donc falloir qu’il s’excuse une nouvelle fois , mais aux français car les banquiers étaient des cochons ….)

.
C’est bien triste pour l’image de la Suisse que de la voir se coucher devant la ministre Française.
.
Un Français qui est trahi par la une Suisse en qui il avait confiance!

Écrit par : Jean | 30/08/2009

En effet, je m'interroge sur la portée juridique de cette "livraison de noms".
Question : est-ce que l'image de la Suisse risque de se ternir à l'étranger en matière de respect du secret bancaire.
Demain, lisez mon blog, il traite du secret bancaire.
Bon début de semaine.

Écrit par : velen | 30/08/2009

M. Stauffer,

Vous vous prenez pour Winkelried. Mais maintenant c'est plus facile et moins dangereux, il n'y plus de hallebardes en face.

Vou semblez avoir une soif inextinguible du pouvoir. Que sera-ce si par hasard et pour notre malheur, vous en avez un jour l'ivresse ?

Ah, pour finir : rassurez-vous, vous aussi atteindrez votre degré d'incompétence. Patience donc !

Écrit par : Michel Sommer | 30/08/2009

J'ai oublié de vous dire : en ce qui concerne le principe de Peter, vous semblez avoir d'ores et déjà atteint vos limites en ce qui concerne la langue française. Poursuivez, vous êtes sur la bonne voie. Il n'en rougit même pas le traître.

Écrit par : Michel Sommer | 30/08/2009

Faut arrêter l'autoflagélation!
Pas compliqué, il suffit que les dirigeants Frouzes sortent leurs carnets mondains, et leurs "vedettes" + leurs sportifs + leurs politiciens et là ils sont vite à 3'000 noms. (le ministre a très bien utilisé la langue de bois, avec juste une dosette de suspicion pour guider le regard vers la Suisse...tant qu'ils y sont, pourquoi les amis de Kadhafi se gêneraient)

Après ils peuvent continuer avec les frontaliers et leurs familles ça doit bien faire 2 - 300'000 noms en plus.
Et pendant qu'ils y sont, ils devraient faire des recherches croisées avec leurs institutions de chômage où pointent encore les dits frontaliers qui travaillent en Suisse!

Le point positif, c'est que maintenant ceux qui en doutaient comprennent qu'en Suisse, il n'y a pas de comptes QUE NUMEROTES.

En plus ils ont maintenant du boulot pour leurs chômeurs et la France va commencer à se mettre au travail.

Écrit par : Corélande | 30/08/2009

A michel chose;
Au moins Stauffer il bouge et dans le sens que veut la population! Je préfère nettement un Stauffer qui en "A" que cette bande de traite qui flingue la Suisse et son peuple!

Stauffer lui est clair!

Écrit par : Albert | 30/08/2009

JF MABUT, comment peut-il autoriser ce genre de titre du citoyen Stauffer!

Le manque de respect est flagrant envers une autorité qui plus est est président de la confédération.

Et le mot "traite" est insultant. Je suis sùre, citoyen Stauffer, que vous regrettez ces propos qui ont dépassé votre pensée ou alors vous n'avez pas mesuré la portée de ce mot.

Écrit par : oceane | 30/08/2009

"Pas compliqué, il suffit que les dirigeants Frouzes sortent leurs carnets mondains, "

Mmmm, ceux-là ils ne vont pas trop les embêter. le nain n'a-t-il pas été avocat d'affaires effectuant des voyages à Genève?

A la réflexion, les 3000 noms, ce peut être des Français qui ont fait virer directement depuis une banque française des sommes d'argent sur des comptes en Suisse. La banque française aura communiqué le nom, les sommes virées, la banque et le numéro du compte en Suisse... Mais si un Français a apporté son argent dans une valise comme au bon vieux temps, à mon avis, il n'y a pas de risque. Maintenant tous les moyens sont bons pour aller à la pêche aux comptes en Suisse: par exemple surveiller les communications téléphoniques en direction de la Suisse... après avoir affolé les personnes concernées.

Écrit par : Johann | 30/08/2009

@ Johann
Les Français sont des gens très capable en ce qui concernent la manière de planquer de l'argent en Suisse.

En général les comptes numérotés ont été très souvent ouvert par les grands parents dans la période d’avant guerre, c’est-à-dire lorsque Léon Blum était aux manettes.

Durant la période des 30 glorieuses ils ont continué à exporter leurs francs français pour les placer en francs suisses. A toute fin utile sachez que vers les années 60 les francs français s’échangeaient sur la base de SFR.85 pour FF.100 pour terminer tristement à SFR.25 pour FF.100 avant le passage à l’euro.

Les Français ont appris à vivre avec l’inflation, les impôts, le socialisme de Mitterrand et maintenant avec le cannibalisme fiscal à la sauce Sarkozy et appliquée par son acolyte l’Alsacien Woerth.

Méfiant ils choisissent des établissements bancaires privés, des banques cantonales n’employant pas de frontaliers ou de Français domiciliés en Suisse. Ils n’ont pas nécessairement des comptes à Genève ou Lausanne mais dans l’ensemble de la Suisse.

Les plus fortunés possèdent des immeubles enregistrés sous la forme de société immobilière et n’apparaissent pas dans le Registre du commerce.

Avec les accords de Schengen il est très facile de sortir de France avec des euros en liquide car les frontières ne sont plus contrôlées comme elles le furent par le passé.

D’où provient cet argent : épargne, paiements au noir, pots de vin, évasion fiscale, là n’est pas la question. Le fait est que comme par le passé les Français de la moyenne bourgeoisie n’ont aucune confiance dans les autorités en place que ce soit sous Mitterrand, Chirac et actuellement Sarkozy.

Pour ce qui est du contrôle des liaisons téléphoniques ils utilisent les cabines publiques et se servent de pseudonyme lorsqu’ils parlent avec leur banquier.

Écrit par : Hypolithe | 31/08/2009

Mon commentaire sur le dernier message d'Eric S. sur "l'avion du CF rentre en Suisse" s'applique encore un fois à ses élucubrations.
"Info exclusive : E. Stauffer est comme O. Freisinger; il invente des chiffres et des histoires pour se faire mousser."

En effet, E.S. nous dis que ces 3000 noms sont une traitrise d'H-R. Merz. Des preuves ? Des soupçons fondés ? Le MCG, parti non gouvernemental, aurait-il eu des informations de couloirs lors des entretiens de Wattwill auxquels il n'a pas participé ?
Pour ces 3000 noms, actuellement aucun commentateur politique Suisse ou Français n'envisage une transmission pour les autorités. Tout le monde se tromperait sauf E.S. ???

Donc Monsieur Stauffer, soit vous vous excusez des propos insultants sur notre Président de la Confédération, soit vous donnez vos sources... Un peu de courage que diable.

En politique, comme partout, lorsqu'on gesticule, c'est pour détourner l'attention... à vous de trouver la vrai raison du blog à E.S.

Écrit par : Toto | 31/08/2009

Depuis quand vous êtes en faveur des tricheurs du fisc français, d'habitude les français, ce sont les "horribles" frontaliers qui volent les pain des Suisses et depuis quand vous intéressez-vous à la politique fédérale ? Et vous n'y allez avec le dos de la cuillère : traîtres, collabos, acte indigne et honteux, honneur bafoué.... les élections ne sont pas loin pour racoler quelques voix.

Écrit par : demain | 31/08/2009

Merci demain!!! c'est bien mon sentiment pour une fois que les français sont défendus... il faut que ce soit par stauffer qui ose rappeler le régime de vichy comme symbole de la collaboration et omet les dérives helvètes... j'imagine que le rapport bergier ne signifie rien pour lui!!!

Écrit par : matthieu | 01/09/2009

A Matthieu:

Si vous avez des doutes sur votre erreur d'appréciation sur Eric Stauffer, je vous suggère de lire:
.
source: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Humanitaire/Intervention-dEric-Stauffer-Depute-au-Grand-Conseil-de-la-Republique-et-Canton-de-Geneve.html
.
Intervention d’Eric Stauffer, Député au Grand Conseil de la République et Canton de Genève
.
Cette prise de conscience, à l’époque où Madame Calmy-Rey siégeait encore parmi nous comme Députée et actuelle Présidente de la Confédération Suisse, démontre que les Genevois sont non seulement fiers des libertés individuelles dont ils jouissent, mais encore que leurs élus n’hésitent pas à militer en faveur de la liberté d’expression d'autrui lorsque celle-ci est gravement mise en danger.
Comme cela a été le cas pour la défense du Tibet et du peuple tibétain, il est aujourd’hui de notre devoir de tout mettre en œuvre pour arrêter les agissements inhumains de la Chine contre une partie de ses ressortissants. Le fait que cette grande nation soit l’un de nos partenaires, notamment économique et en dépit du déséquilibre manifeste des tailles de nos deux Etats, n’y change rien. Il est de notre devoir de démocrates de défendre la liberté d’expression. Faute de quoi c’est la démocratie suisse qui est, elle aussi à terme, en péril.
Dans le cas qui nous occupe, il faut savoir que les pratiquants du Falun Gong sont les victimes régulières des pires atrocités, avec les prélèvements d’organes sur des corps encore vivants à des fins commerciales.
Si je veux être digne du statut de Genève, dont je suis l’un des élus, comme Cité Internationale des droits de l’Homme et capitale mondiale de la Paix, il est de mon devoir de tout entreprendre afin que cesse la torture et le commerce d’êtres humains.
Comme moi, d’autres personnages politiques suisses ont pris conscience des manquements de la Chine, comme par exemple, Mme Ruth Dreyfus aussi confrontée à cette question. Elle a su répondre à l’ancien président chinois, en visite officielle en Suisse, avec une fermeté et un sens de la démocratie qui l’honorent. Elle a su dire qu’en dépit des relations commerciales, le devoir de défense des libertés individuelles demeure.
Ce qui précède nous aide à mieux cerner le dilemme qui est devant nous. Doit-on donner la priorité au business ou aux droits fondamentaux ? Une partie de la réponse nous est donnée par le fait que la Suisse en général et Genève en particulier, est dépositaire de la Charte des droits de l’Homme.
La Chine, cette Grande nation ne l’ignore pas et c’est bien pour cette raison que la Suisse bénéficie d’un traitement qui n’a pas de commune mesure avec la taille de notre pays. S’il n’est pas question ici d’abuser de ce statut de dépositaire, il est en revanche important d’en souligner la signification et la portée.
La présente coalition d’enquête sur la persécution du Falun Gong en chine (CIPFG), nous permet d’atteindre les deux buts. D’une part elle rappelle aux peuples réunis par la Chartes des Nations unies en général et à celui de la Chine en particulier et, d’autre part elle nous permet de démontrer à tous notre préoccupation lorsque les droits humains sont maltraités. Cette coalition constitue un signal clair des pays et des citoyens, qui comme moi représente l’expression vivante de la démocratie qu’ils entendent voir respecter la dignité humaine et abolir ces agissements inhumains.
L’Histoire nous a appris qu’en dépit de sa neutralité, la Suisse ne peut pas rester muette. La commission Bergier a, précisément, dénoncé le mutisme des autorités suisses lorsque, durant la deuxième guerre mondiale, notre pays a préféré fermer les yeux sur le génocide en cours et les autres actes de barbarie, au profit de ses relations commerciales avec l’Allemagne hitlérienne. Il nous appartient de ne pas répéter l’Histoire.
Toutes les raisons évoquées ci-dessus nous mettent au cœur d’une question éthique fondamentale et il appartient à chacun de savoir si par son silence, il soutient les pratiques chinoises.
Nous vous invitons, au nom des victimes qui souffrent et vont encore souffrir, à soutenir la présente coalition.

Écrit par : Pro-Stauffer | 01/09/2009

Les commentaires sont fermés.