27/08/2009

Initiative populaire cantonale - Pour la dignité des personnes âgées dépendantes!

Télécharger

initiative - Pour la dignité des personnes âgées dépendantes.pdf

 

Affiche_MCG.jpg

 

Pourquoi une initiative cantonale pour la dignité des personnes âgées dépendantes?

Oui à la dignité, non au retour à la barbarie!

En faisons-nous assez pour nos aînés ayant de plus en plus de peine à conserver leur autonomie en raison de leur grand âge ? Certains pensent que nous en faisons déjà trop. C’est la philosophie que cache mal le projet de loi dit «de gestion» sur les EMS présenté par le Conseil d’État, débattu actuellement par le Grand Conseil. Sous couvert de «maîtrise des coûts», ce projet vise, à terme, à réduire les prestations aux personnes âgées qui en ont besoin, à rationner les soins et les lieux de vie qui les accueillent. Nous disons non à cette régression. Ce n’est pas parce que d’autres pays prennent moins bien soin de leurs aînés que nous devons les suivre sur cette voie. En Suisse, nous avons nos valeurs. Surtout quand il s’agit de la dignité de nos aînés.

Nos aînés sont des humains, donc des êtres libres. On fait dire à nos aînés ce qu’ils ne pensent pas forcément. Faut-il demeurer à tout prix, le plus longtemps possible, à son domicile ? La solitude et l’isolement, l’insécurité, la dépression, la malnutrition, le manque d’hygiène et la difficulté à accomplir les gestes du quotidien sont le lot d’un grand nombre d’aînés que les bureaucrates ont décidé «d’assigner à domicile». D’abord et uniquement parce qu’il paraît que cela coûte moins cher. Ensuite, parce que l’imprévoyance des politiques se traduit par un cruel manque de places dans des établissements adaptés.

La plus grande salle d’attente pour celles et ceux qui devraient être accueillis en EMS? L’hôpital cantonal ! Quand on sait qu’une journée d’hôpital coûte jusqu’à cinq fois le coût de la journée en EMS, on se demande bien où se situe l’économie… Les aînés en perte d’autonomie doivent donc pouvoir décider eux-mêmes, librement, avec leurs proches, en temps opportun, du moment le plus judicieux pour leur entrée en EMS.

Va-t-on en EMS pour mourir ou pour vivre le mieux possible?

La politique de nos Autorités visant à entrer en EMS le plus tard possible fait de ces établissements le contraire de ce qu’ils devraient être, à savoir des lieux de vie propres à offrir à leurs résidents le meilleur épanouissement possible, le plu longtemps possible, avec la plus grande autonomie possible. Cette politique inhumaine fait des EMS des «mouroirs» où, forcément, personne ne veut aller et où les conditions de travail pour le personnel sont très souvent au-delà du supportable. Ce que ces technocrates n’ont pas compris, c’est qu’il est de loin plus avantageux et intéressant pour tous d’avoir une population en EMS où les résidents peuvent encore s’entraider et s’apprécier, où la diversité est une richesse pour tous, bref, une société solidaire, à visage humain et pas simplement une salle d’attente avant l’ultime départ…

Les droits humains s’arrêtent-ils à la porte des EMS?

Les personnes âgées en perte d’autonomie, tout comme leurs familles, ont des droits inaliénables. L’État ne veut pas le reconnaître et risque bientôt de décider de manière technocratique qui doit aller en EMS à quel moment et à quel endroit. L’État ne veut pas reconnaître que le lieu de vie des personnes âgées en EMS soit reconnu comme leur lieu de domicile, avec tous les droits qui en découlent. Quelles sont les dispositions applicables, quels sont les droits de la famille, quels sont les devoirs des uns et des autres, lorsqu’une personne âgée – ce qui arrive, hélas ! – perd sa capacité de discernement ? Résidents et responsables d’EMS sont unanimes sur ce point : la situation actuelle est inadmissible ! Elle est surtout indigne de notre société et notre époque.

Après la pénurie de logements, la pénurie d’EMS?

Gouverner, n’est-ce pas prévoir? L’État fait tout le contraire… Par imprévoyance, les yeux rivés sur le déficit des comptes de l’État, les politiques ont gelé la construction d’EMS, gelé l’engagement de personnel, gelé les salaires…

On voudrait organiser la pénurie qu’on ne s’y prendrait pas autrement. Désormais, ce qui se prépare en catimini, c’est de retarder encore l’entrée en EMS des personnes qui pourtant y auraient droit : «Non, Madame, Non, Monsieur, vous n’êtes pas encore assez malade, pas encore assez handicapé pour être admis en EMS! Débrouillez-vous chez vous encore quelque temps. Peut-être votre problème va-t-il se régler de lui-même?» En effet : quand on ne trouve pas de logement, on est disposé à patienter encore quelque temps, puisqu’il le faut bien! Mais quand on a atteint le grand âge, qu’on a perdu son autonomie?

Au lieu de se désengager, de s’en laver les mains, l’État devrait s’investir.

 

C’est pourquoi nous voulons ancrer ce devoir – celui de réserver un traitement respectueux à nos aînés en perte d’autonomie – dans la constitution genevoise.

Avec des principes simples et clairs; Liberté, dignité, solidarité, affection, reconnaissance, respect.

Parce qu’ils le valent bien!!!

17:39 Publié dans Votations | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook | | |

Commentaires

Rien à dire sur le fond....Mais vous n'abordez pas la mise en place de lois et de consignes visants à sanctionner le personnel soignants maltraitants.

Certainement avez-vous peur de vous mettre le personnel medicale à dos ?
Ce qui rend votre démarche incomplète et non pertinente.

Écrit par : MUR | 27/08/2009

A Mur....

Faudrait voir à pas mélanger LOI et CONSTITUTION!!!

Ce qui démontre votre ignorance du système genevois!

Écrit par : Nez dans le MUR | 27/08/2009

Mon pauvre,

nous parlions d'un projet de loi concernant la maltraitance de nos ainés, mais ce genre de démarche ne font pas partie de votre atiraille de campagne.

Mais visiblement ce sujet là vous l'évitez...pourquoi?

Pour racler un max de voix...votre initiative est sur le fond intéressante, mais vous ne faite que d'éffleurer le problème.

Donc cette initiative ne donnera rien...comme tout le reste d'ailleur...Exp: "Kadhafi persona non grata" à genève.

Bien à vous...
----------------------------
Message du modérateur:
Mur vous n'êtes que des psychopates patentés! Sérieusement vous devriez aller consulter un psy!
Si vous n'avez pas les moyens la Mairie de Vernier vous l'offrira!

Écrit par : sarah | 27/08/2009

Il est mûre le Mur.
C'est vrai ce que le modérateur dit. A part la critique Mur ne fait rien de constructif. Et en plus sa ce cache sous un pseudo. Encore un PDC frustré!

S'il est si fort le Mur qu'il lance une initiative, comme chaque citoyen peut le faire conformément au droit constitutionel! On jugera sur pièce.

Bravo au MCG pour cette initiative le MCG au moins est concret.

Norbert

Écrit par : Norbert | 28/08/2009

.

Écrit par : M.U.R | 28/08/2009

Autant, je suis totalement d'accord sur le fond du problème des EMS, autant je me pose une question...

Pour maintenir le niveau de prestations, voir les améliorer/augmenter, il faudrait donc plus d'EMS mais surtout plus de personnels qualifiés, sauf que...

... à défaut d'avoir suffisamment de main d'oeuvre locale, il faudra tout comme aux HUG faire appel et engager du personnel venus d'Europe et... de France voisine.

Aie... ca veut dire plus de frontaliers. Faire plus sans eux, relève de l'utopie.

Va falloir choisir entre plaire aux personnes agées ou plaire aux anti-frontaliers pour les prochaines votations. Ou alors faire la meme erreur que les autres partis qui mènagent la chèvre et le choux et ne font par conséquent plus rien à part de belles promesses. ;o)

Écrit par : mouais | 28/08/2009

Merci à mouais.

L'électoralisme en politique, qu'il soit de droite, de gauche ou du MCG, n'est pas à une contradiction prêt.

Le populisme est parfois encore pire que l'électoralisme car il ne sert souvent qu'à glorifier le "chef".

Écrit par : Philippe C | 28/08/2009

La constitution doit rester la loi qui donne les grandes lignes directrices; les lois du parlement devant s'y conformer.

Le problème, c'est que la plupart des partis, de gauches, comme de droites, veulent y ajouter des choses qui a priori n'auraient rien à y faire, pour la raison inavouée qu'il est plus difficile d'abroger un élément de la consitution que d'une simple loi.

Ainsi, la première chose à se demander est : le projet présenté par le MCG a-t-il sa place dans la consitution ?

Écrit par : Djinius | 28/08/2009

L'initiative sur les EMS, ou comment bouffer des plumes à la gauche, la Gauche non-grobettienne, et la Gauche de Grobet :-)

Si ça continue, vous allez tous obtenir 6.9 %, et la République se portera bien mieux.

Écrit par : Mr. Pomme | 11/09/2009

Les commentaires sont fermés.