09/09/2008

Esprit de Genève

 Depute_MCG.jpg

"L'Escalade du 12 décembre qui eu lieu en 1602 doit être un jour férié en mémoire aux victimes  pour rappeler aux générations futures que ces illustres Citoyens ont donné leur vie pour que Genève reste toujours Genève, ce grain de musc qui embaume l’Univers comme disait volontiers Voltaire auquel l’importance des libertés genevoises n’avaient pas échappé dans son combat contre la monarchie et le nantis d’alors."

Chers Concitoyens,

Le Mouvement Citoyens Genevois a déposé en  date du 29 octobre 2007 un projet de loi afin que le jour de l’escalade puisse être férié !

Le projet de loi est consultable sur : http://www.ge.ch/grandconseil/data/texte/PL10156.pdf 

Ce projet de loi du MCG a été renvoyé en commission, analysé et finalement contesté par l’ensemble des partis du Grand Conseil à l’exception du Mouvement Citoyens Genevois qui devient rapporteur de minorité !

Voici pour vous en primeur le rapport de minorité qui sera débattu au Grand Conseil le 18 et 19 septembre 2008…….

A vous de juger qui défend les citoyens de notre République !

 

PL 10156-A Rapport de minorité par Eric Stauffer
modifiant la loi sur les jours fériés (J 1 45)
Mesdames et Messieurs les députés,

Quelle est la signification d’un jour férié si ce n’est de permettre la commémoration d’un événement important pour la communauté qui l’inscrit à son calendrier.

Actuellement Genève commémore deux événements qui lui sont propres, le Jeûne Genevois et la Restauration.

Si le Jeûne fait autour de lui l’unanimité, il en va différemment de la restauration dont la très grande majorité de nos concitoyens ne connaît pas la signification, quand bien même l’événement est d’importance puisqu’il marque la fin du joug napoléonien.

Il n’en demeure pas moins que le plus grand symbole de la volonté des Genevois de protéger leur Cité, leurs coutumes, leurs traditions et à travers elles, la précieuse renommée de Genève est l’escalade.

Il nous a été opposé, par un avis de droit maladroit, que cette addition de jour férié « cantonal » était contraire au droit fédéral.

Puis par un deuxième avis de droit plus habile, on a opposé le droit cantonal qui lui est muet sur la définition des jours férié.

Comme ni l’un ni l’autre des arguments  permettait de mettre en péril cette proposition, nous avons alors vu les vrais défenseurs de la république de Genève, c'est-à-dire personne à l'exception du MCG.  La ligue qui constitue aujourd’hui la majorité contre ce projet, gauche comprise, se pose en défenseur de l’économie (sous entendu de marché), la négation de l’intérêt historique ou encore le fait que les manifestations populaires autour de l’événement devraient largement suffire à l’évocation du sacrifice fait par une majorité d’hôtes étrangers pour défendre Genève est son identité si particulière.

C’est précisément sur ce point qu’il me semble particulièrement judicieux de célébrer par un jour férié, cette date historique et indissociable de la vie et de la culture des Genevois.

Finalement le projet de loi du Mouvement Citoyens Genevois n'est pas contraire au droit supérieur, ni au droit cantonal. C'est dire l'embarras des opposants à ce jour férié ! La seule concession que le MCG se doit de faire réside dans le fait de ne pas compenser sous la forme d'un dimanche le jour férié de l'escalade. Genève ayant atteint le maximum des jours fériés qui peuvent être compensés par un dimanche.

Le 12 décembre 1602, Genève a été sauvée par ceux qui étaient certainement les plus attachés à ce qu’elle reste cette Cité-Etat indépendante et ouverte au monde.

N’en déplaise à nos adversaires qui abusent de la caricature lorsqu’il s’agit d’évoquer le MCG, notre mouvement et ceux qui militent pour lui sommes tous très fiers et heureux que Genève soit ce qu’elle est par ces apports extérieurs que lui a offert l’Histoire des Hommes et le plus souvent leur folie meurtrière.

Si le MCG entend inscrire le jour de l’Escalade au nombre de jours fériés c’est précisément pour que personne n’oublie que Genève n’a pas été sauvée par les siens mais par ceux qui se sont sentis, ce soir de décembre 1602, concernés par la liberté dont ils jouissaient dans notre République.

Certains commissaires, dont l’étroitesse d’esprit est à la mesure de leurs connaissances de l’histoire ont bêtement cru que le MCG entendait brandir, au travers de cette commémoration, l’étendard du nationalisme le plus primaire.

NON Mesdames et Messieurs les députés, la raison pour laquelle le MCG souhaite que le 12 décembre soit un jour férié c’est, de manière bien plus large, pour remercier celles et ceux qui, au cours de l’Histoire genevoise ont contribué à sa défense alors qu’ils n’étaient pas Genevois eux-mêmes.

Nous ne pouvons être qu’étonnés de constater que pour les plus ardents défenseurs de la pluri culturalité genevoise cet aspect de la proposition ne soit pas parvenu à leur haute réflexion.

Nous ne parlerons pas non plus de ceux qui, dans cette enceinte, estiment que le fait de courir en rond, griller des saucisses et boire du vin chaud suffisent à commémorer dignement une date aussi importante dans l’inconscient collectif de celles et ceux qui aujourd’hui vivent à Genève et jouissent des libertés qui ont été si vaillamment défendues le soir du 12 décembre de l’an 1602.

C’est au nom de cette volonté de défendre nos libertés jusqu’au bout, c’est-à-dire la perte de la vie que nous vous invitons à voter en faveur de ce projet de loi instituant le 12 décembre comme jour férié cantonal, non compensable par un dimanche.

Ce faisant vous honorerez les victimes de l'Escalade qui périrent pour que Genève soit une cité libre :

Extrait du site www.1602.ch

 

Lesvictimes.gif
soleil2.gif
Noble Jean Canal, seigneur conseiller, mort des plaies reçues de nos ennemis en l'assaut qu'ils nous firent près de la Porte Neuve sur les quatre heures du matin.
Noble Jean Vandel, citoyen, âgé de 60 ans, du CC, mort de la même cause et à de même heure près de la muraille de ladite Porte.
Noble Louis Bandière, citoyen, du CC en 1590 et du LX, âgé de 45 ans, mort près de l'horloge de la Monnoye.

Honoré Nicolas Bogueret, maître architecte, bourgeois, âgé de 65 ans, mort vers le milieu de la montée de la Porte Neuve à la Treille.

Honoré Pierre Cabriol, du CC en 1594, marchand, citoyen, âgé de 36 ans, mort près de la Corraterie.

Maître Michel Monard, tailleur d'habits, habitant, âgé de 40 ans, mort près de la Corraterie.

Maître Jean Guignet, cordonnier, habitant, âgé de m55 ans, mort en la descente de la porte Tertasse.

Noble Marc Cambiago, citoyen, âgé de 25 ans, près de la Porte Neuve.

Honoré Daniel Humbert, marchand drapier, citoyen, âgé de 22 ans, mort près de la Corraterie.

Noble Louis Gallatin, citoyen, marchand, âgé de 28 ans, sous la Monnoye

Honoré Abraham de Baptista, citoyen, serviteur chez le citoyen Piaget, âgé de 25 ans, mort en la maison de son dit maître près de la Corraterie.

Jean-Jacques Mercier, marchand passementier, bourgeois, âgé de 30 ans, mort de même cause, sur les sept heures du matin chez Sire André Charnier, rue de la Grande Boucherie , où il avait été porté.

Honoré Philippe Poteau, confiseur, habitant, âgé de 35 ans, mort sous l'arcade de la Monnoye.

Honoré Martin de Bolo, habitant, imprimeur, âgé de 36 ans, près de la Porte Neuve.

Honoré Jacques Petit, habitant, âgé de 41 ans, mort à la Corraterie.

François Bousezel de Gex, dit le Grand-François, veloulier, habitant, âgé de 40 ans, mort entre les murailles et jardins sous Tertasse, lieu du combat et grand effort de l'ennemi.

Honoré Marsi, dit Musy, habitant, maçon, âgé de 25 ans, mort des blessures reçues des ennemis le 12 de ce mois.

Honoré Jacques Billon mort en 1603 des suites de ses blessures reçues lors de l'Escalade.

soleil2.gif

Et pour rappeler aux générations futures que ces illustres Citoyens ont donné leur vie pour que Genève reste toujours Genève, ce grain de musc qui embaume l’Univers comme disait volontiers Voltaire auquel l’importance des libertés genevoises n’avaient pas échappé dans son combat contre la monarchie et le nantis d’alors.

Eric Stauffer

Rapporteur de minorité 

 

 

00:05 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : escalade 1602 |  Facebook | | | |

Commentaires

Le Mouvement des citoyens de Genève a proposé de rendre férié le 12 décembre. Le débat va revenir sur le devant de la scène les 18 ou 19 septembre prochain au Grand Conseil. Sur son site internet, Eric Stauffer publie son rapport de minorité. On en déduit que la majorité de la commission a rejeté l'idée du jour férié. Il dresse la liste des Genevois tombés au champ d'honneur dans la nuit du 11 au 12 décembre 1602 (selon le calendrier julien (lunaire) que la Réforme avait conservé, le 20 décembre selon le calendrier grégorien (solaire) adopté par les Savoyards).

Pas un mot sur les morts savoyards (dont des prisonniers décapités). On est bien loin de l'esprit de Genvève qui plonge ses racines aussi dans l'oeuvre d'un certain Dunant qui voit dans les victimes d'abord des hommes avant de voir des belligérants. Fêter l'indépendance de 1602, c'est bien, fêter la paix et la concorde avec ses voisins, c'est mieux. Le MCG ferait donc mieux de décréter jour férié le 21 juillet. C'est le jour où fut signé en 1603, sous la tutelle d'Henri IV, la paix de Saint-Julien. Une date autrement plus symbolique pour l'avenir de la région. Mais il est vrai que la politique, c'est la guerre conduite par d'autres moyens et sur ce plan le MCG fait preuve d'une belle soif de sang. (JFM)

Écrit par : JF Mabut | 09/09/2008

QUESTION !

POURQUOI LE 12 DECEMBRE SERAIT-IL UN JOUR CONGE POUR LES CAROUGEOIS, ALORS QU'ILS FAISAIENT PARTIE DES ENNEMIS DE LA REPUBLIQUE ! ? AVEZ-VOUS FAIT ETAT DES CAROUGEOIS MORT POUR LA SAVOIE ?

Écrit par : Café | 09/09/2008

Je propose également comme jour férié le jour où le messie Stauffer est entré au Grand Conseil...

Depuis, il me fait tellement rigoler. c'est d'ailleurs dommage, car la politique est une chose sérieuse. Certains l'oublie trop souvent!

Écrit par : gag | 09/09/2008

Ce sour de l'escalade est assez bien commemoré sans jour férié et cela grâce à la compagnie 1602.

Ce pretexte est uniquement populiste et n'a d'autres buts pour Staauffer 1re et sa cours de moutons de faire le raprochement actuel des frontaliers. (dont il ne parle pas dans son article... c'est bizzare, lui qui ne peux pas faire deux phrases sans citer les frontaliers et la BCG)

PS: il faut rebatisé le MCG en MES (mouvement égocentrique de Stauffer)

Écrit par : qwertz | 09/09/2008

M. Stauffer, que vous n'ayez pas cité les Savoyards, parlant seulement des "ennemis de la République", est pour moi appréciable. De fait, les Genevois ont aussi lutté contre le comte de Genève et ses sujets, c'est à dire les ressortissants de la future province savoyarde du Genevois, dont la capitale était Annecy. Mais à cette époque, précisément, où les Genevois étaient les ennemis de leur comte, le comte de Savoie, lui, défendait avec ses Chablaisiens les Genevois contre le comte de Genève et ses sujets propres. Cela ne veut rien dire. Les Genevois ne se sont pas battus contre les Savoyards, mais contre les princes qui voulaient les empêcher d'être libres et autonomes. L'appui du roi de France contre le duc de Savoie a paradoxalement reproduit celui du comte de Savoie contre le comte de Genève.

Et je crois, M. Café, que Carouge est principalement une cité créée au XVIIe (ou XVIIIe) siècle pour permettre le blocus économique de Genève : vous voyez, M. Mabut, que le traité de 1603 n'a pas tout résolu. Voltaire s'est vanté de faire travailler ensemble des catholiques et des protestants, et de refonder la Civilisation, à Ferney. De fait, c'est aussi cette période de détente et de relativisation des différends entre catholiques et protestants qui a permis à Saussure d'aller à Chamonix et d'aider à y fonder la compagnie des guides, dont les Chamoniards lui sont reconnaissants. Or, Saussure, neveu de Charles Bonnet, c'est toute la tradition académique et philosophique genevoise. Amiel en est issu.

Personnellement, puisque M. Stauffer ne cite pas spécialement les Savoyards, je ne pense pas que son projet doive être placé en relation avec eux, et j'invite les amis des Savoyards à se concentrer sur les récits et l'action de H.-B. de Saussure. Les frontaliers vont et viennent, mais Genève et le mont Blanc auront toujours l'Arve pour les lier.

Écrit par : R.M. | 09/09/2008

(Au demeurant, M. Stauffer, si vous pensez que Genève est une ville "ouverte au monde", il faut aussi célébrer la rencontre entre H.-B. de Saussure et Jacques Balmat, je crois. Car précisément, on dit de vous que vous voulez isoler Genève.)

Écrit par : R.M. | 09/09/2008

En famille, on fête toujours un anniversaire.

Écrit par : R.M. | 09/09/2008

Sacré Stauffer, déjà que les Genevois sont connus comme les plus fainéants de Suisse, voilà qu'il leur faut un jour de congé de plus, et quoi encore, le petit déjeuner au lit peut-être ?

Écrit par : Vaudois | 09/09/2008

Je souscris complètement à la suggestion d'un jour férié le 12 décembre, étant une Genevoise (passablement déçue de son canton/ville d'origine).
Par contre, a-t-on pensé qu'un jour férié supplémentaire sera un jour de plus non payé par les caisses de chômage ?
Déjà que la loi autorise ces dernière à barboter 5 jours d'indemnités à chaque inscription d'un malheureux qui a perdu son boulot, que pendant les samedi-dimanche, 1er août, 1er mai, Pâques, Noël, 31 décembre, et d'autres encore, les chômeurs et leur famille sont sensés ne rien dépenser pour la nourriture, ni utiliser d'électricité, ni rien faire, puisque ces jours ne sont pas rémunérés, tout ce monde n'a qu'à aller se coucher à la veille des fêtes et se relever quand elles sont terminées. Quelle belle vie pour nos enfants ! Heureusement, je n'en ai plus à ma charge. Qu'est-ce qu'on doit dire à la progéniture genevoise dans ce cas ?
A part ça, j'admire le MCG, même si je ne suis pas toujours d'accord avec ses interventions.
DBE

Écrit par : BENOIT E. Danielle | 12/09/2008

Je crois que dans chaque paus il y a des jours ou on rappelle des hommes illustres comme ceux-ci que vous avez denumeres. Je pense que c'est une bonne pratique en Suisse.

Écrit par : Colon Cleansing Site | 29/10/2008

Bonne journée! Fête en l'honneur des gens et des événements = ceci est la bonne décision et une bonne mémoire pour les héritiers. Et vous ne le crois pas?

Écrit par : male remedy | 25/11/2008

Salut a tous! Si je ne me trompe pas L'escalade est la fête nationale genevoise.. et ca a lieu pendant la nuit du 11 au 12 décembre. Les gens en profitent pour défiler en costumes, chanter de très vieilles chansons, se deguiser... Une bonne idee.. vous ne croyez pas ?

Écrit par : Quinten - Toe Nail Fungus Review | 29/12/2008

Vous avez fait un très beau "copier-coller" depuis le site internet de la Compagnie de 1602, une erreur c'est glissée cependant... la source n'est pas 1602.ch, mais compagniede1602.ch. Cordialement, le webmaster de 1602.ch

Écrit par : Jean-Daniel Vuillety | 27/06/2009

MDR>>>>>>>>>

Écrit par : mur | 27/06/2009

compagnie de 1602 et course de l'escalade dans le même panier (de crabe)... tapez www.course-escalade.ch dans votre navigateur et voyez ou vous êtes dirigés ??? amusant non !

Écrit par : lesfarceurs | 11/04/2010

Les commentaires sont fermés.