20/07/2008

Genève Indépendante!

GVA_IND.JPG

En ces périodes de vacances laissons libre cours à notre imagination, le temps de ce Blog!

En préambule, il faut se rappeler que la République de Genève est membre de la confédération helvétique que depuis 1815, c'est-à-dire depuis moins de 200 ans.

Il faut savoir d'où l'on vient pour savoir où l'on va!

La République de Genève a toujours été une cité prospère orientée vers le commerce, bien avant d'être membre de la confédération helvétique. Les Français qui jalousaient notre cité l'avaient fort bien compris, puisqu'en 1602 déjà le duc de Savoie a tenté d'envahir Genève, c'était l'escalade! Finalement c'est en l'an 1798 que la France annexe la République de Genève est en fait le chef-lieu du département du Léman.

Ce n'est que 17 ans plus tard que Genève pour échapper à l'envahisseur français devient membre de la confédération helvétique et se rebaptise la République et canton de Genève.

Aujourd'hui la République et canton de Genève est littéralement spoliée par une berne fédérale qui n'a cure des Genfferaies! Le canton de Genève fait partie des cantons payeurs.

Toutes les décisions importantes pour l'avenir de Genève ne sont pas prises par les Genevois mais à Berne par des fonctionnaires !

Pour le Fun imaginons un bref instant de Genève est une République indépendante, quelle serait la vie au quotidien?

Au niveau financier les économies:

- Genève par le biais de la TVA (impôts indirects) paie à Berne plus de 3 milliards de francs par année.

- Genève par le biais de la taxe sur les carburants paie à Berne plus 1,5 milliards de francs par année.

- Genève subit l'établissement des primes d'assurance maladie par des fonctionnaires bernois.

- Genève par le biais de l'impôt fédéral direct paie à Berne plus de 1 milliard par an.

- Genève paie à Berne 230 millions de francs pour la péréquation intercantonale uniquement à cause des travailleurs frontaliers.

- Genève paie à Berne dans les accords de péréquation une dîme supplémentaire d'environ un milliard de francs.

- dans le cadre des accords européens Genève doit subir les décisions établies à Berne, sans pouvoir participer à ce qui sera pourtant déterminant pour son destin. Nous l'avons tous constaté dans les accords de libre circulation en rendant illimité le nombre de frontaliers travaillant à Genève.

Et la liste n'est pas exhaustive!

Si Genève était une République indépendante:

- citoyens résidants Genevois tu ne paierais plus d'impôts, ce que tu paies sur la TVA le compenserait

- citoyens résidants Genevois tu ne paierais plus de primes d'assurance maladie les soins seraient gratuits.

- citoyens résidants Genevois tu ne paierais plus ton ticket de bus, les transports publics seraient gratuits.

- citoyens résidants Genevois tu serais libre de négocier avec l'Europe de manière autonome et sans dictat.

- citoyens résidants Genevois tu serais libre d'imposer des quotas pour les travailleurs frontaliers.

- citoyens résidants tu ne connaitras point de chômage, la République de Genève y veillera.

- citoyens résidants tu trouveras un logement décent pour ta famille, la République de Genève y veillera.

- citoyens résidants Genevois ton pouvoir d'achat et ta qualité de vie serait élevée et tu seras fier d'être Genevois.

En clair citoyens résidants Genevois tu serais maître de ta destinée pour l'avenir et le bien-être de ta famille!

Eric Stauffer

12:24 | Lien permanent | Commentaires (46) | Tags : politique |  Facebook | | | |

Commentaires

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour M. Stauffer,

il y a une chose que votre billet ne dit pas...

Genève ville internationale de renom, qui attire moulte entreprises, banques, et grandes fortunes, deviendrait très vite une "principauté" hors de prix pour les genevois.

Un joli rêve M. Stauffer qui malheureusement deviendrait très vite un cauchemar.

Mais le temps d'un billet... il est permis de rêver.

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 20/07/2008

Cher Monsieur,

Votre analyse n'est pas mauvaise. Genève pourrait au même titre que Monaco être une Principauté. La Principauté de Genève !!!

Cela dit, comme le pense Stéphane, vous êtes sur un nuage. Je ne suis pas convaincu par votre approche d'un tel projet. C'est vrai, votre projet est complétement fou. Il a un avantage, il en restera à l'état de projet !

Genève ne pourrait plus être viable tant l'inflation serait forte. Je ne suis pas certain que Genève pourrait être un paradis fiscale si vous voyez où je veux en venir.

Cher Monsieur Stauffer, en votre qualité de député, vous savez qu'il y a des bas salaires dans notre canton, des déshérités, j'en passe et des meilleurs. Se dire indépendant augmenterait le risque de doubler, de tripler le nombre d'assistés, car le coût de la vie n'aurait que de cesse d'augmenter.

Héhéhéhéhhé, certes Genève à sa petite principauté en l'enclave de Céligny.

Bien à vous.

F. Velen

Écrit par : velen | 20/07/2008

Il faudrait une république libre de Carouge, associée à Genève pour François Velen, conseiller municipal de la Cité sarde.

Trêve de plaisanterie.

On attend déjà de ne plus payer d'impôts, on peut toujours rêver.

Mais qui était donc l'auteur de cette Charte d'indépendance que vous présentez en photo, Monsieur Stauffer? Et pourquoi n'a-t-on pas continué?

Avé, le village d'irréductible genevois, qui résiste face à l'envahisseur Shadock.

Écrit par : Indépendantix | 20/07/2008

En ce qui me concerne l'idée me séduit assez je dois le dire.

Je ne suis pas d'accord avec l'analyse de Stéphane, la dignité des assistés commence par un job bien payé! Et là l'idée "Le rêve" de Stauffer est bien fondé, puisqu'il défend les résidants genevois!

De plus un bref calcul pour une famille comme moi de la classe moyenne, je paye environs 9'000 francs d'impôt, plus 3'000 IFD, plus 14'500 de caisse maladie pour ma famille en privé.

L'idée à Stauffer me ferais juste économiser 26'500.- par année....il y a de quoi réfléchir 30 secondes de plus....

Concernant les frontaliers là encore l'idée à Stauffer n'est pas saugrenue! J'ai perdu mon emploi en 2004 par un frontalier qui a été engagé à un tiers de salaire de moins, j'ai connu le chômage. Mais fort heureusement pour ma famille j'ai retrouvé du travail après un an, ce qui a stoppé la descente aux enfers! Quelques mois de plus au chômage et s'en était fini, ETC, Hospice Général, ect..

Bien que l'idée du rêve à Stauffer n'a pas beaucoup de chance de voir le jour (quoi que...) j'aime ce qu'il fait pour Genève, il a l'art et s'en est un de poser les bonnes questions et de provoquer le débat. Ce que nos politiciens usuels ont oublié!

Alors moi je dit simplement Merci à Monsieur le député Stauffer qui depuis 3 ans nous défends nous autres citoyens, avec tout les ennuis et les attaques qu'il subit pour les idées qu'il défend.

Écrit par : Le Temps d'un rêve | 20/07/2008

A le temps d'un rêve.

Tu as raison, pour faire ce qu'a fait Eric Stauffer depuis 3 ans il faut en avoir dans le pantalon. Et surtout que lui à la différence d'autres il tient la longueur, avec les "pins" qu'il à pris dans la gueule, il est toujours là à nous défendre!

L'idée Genève indépendante me botte aussi! En avant le peuple!

Écrit par : Robert | 20/07/2008

"- citoyens résidants Genevois tu ne paierais plus de primes d'assurance maladie les soins seraient gratuits."

Les soins seraient gratuit?...Je doute que les médecins,et tous le personnel médicals vont être d'accord de bosser gratuitement.

D.J

Écrit par : D.J | 20/07/2008

Hé D.J.

Il y a certaines fois ou franchement tu devrais consulter!

Qui parle de faire bosser les médecins gratuit! L'état finance déjà les HUG pour plus de 700 millions le reste étant financé par l'arnaque des assurances maladie par les factures (700 millions encore) soit 1,4 milliard pour le tout!

D'après toi si le paiement de la TVA reste à Genève 3,5 milliards de franc, tu pense que tu ne peut pas offrir les soins aux résidants uniquement!!!!

Allez D.J. cou-couche panier! Dodo il est l'heure!

Écrit par : Neurones | 20/07/2008

Il y a 20 ans, j'ai créé « Le Mouvement Genève Libre » dont le but était de rétablir la République de Genève, de se séparer de la Suisse pour adhérer à l'Europe dont la Suisse n'avait cure. A l'époque, cette initiative a eu un retentissement considérable dans le monde politique helvétique et dans les médias.



La Charte d'Indépendance, élaborée avec mon collègue Patrick-Etienne Dimier, fixait le mode de fonctionement politique, économique et social de cet Etat redevenu indépendant.



La débat fut épique entre les partisans et les adversaires de ce projet. Les sondages d'intention de la « vox populi » articulaient des pourcentages de l'ordre de 25% !



Cette initiative a certainment eu le mérite de secouer le cocotier jusque dans les instances fédérales et d'accélérer le processus de concertation avec Bruxelles pour aboutir à des accords bilatéraux. Des jeunes ont pris la relève sous une autre forme de combat et j'ai décidé alors de mettre en sourdine ce mouvement.



Quelle n'est pas ma surprise de découvrir, ce jour, dans un blog de la Tribune de Genève une tentative d'un groupe politique de droite de remettre cette idée sur pieds. Il va sans dire que je ne partage pas leur programme populiste même si certaines idées sociales ont été reprises mot pour mot dans la Charte!

Fred Oberson

Écrit par : Fred Oberson | 20/07/2008

A se demander qui devrait consulter.Vous n'ètes pas capable de comprendre le sens d' un commentaire de 2 lignes.

Mon propos est d'expliquer que la gratuité des services publics,de la santé, et de l'éducation est un mirage.tous ce paient d'une manière ou d'une autres.

Écrit par : D.J | 20/07/2008

Il y a 20 ans, j'ai créé « Le Mouvement Genève Libre » dont le but était de rétablir la République de Genève, de se séparer de la Suisse pour adhérer à l'Europe dont la Suisse n'avait cure. A l'époque, cette initiative a eu un retentissement considérable dans le monde politique helvétique et dans les médias.



La Charte d'Indépendance, élaborée avec mon collègue Patrick-Etienne Dimier, fixait le mode de fonctionement politique, économique et social de cet Etat redevenu indépendant.



La débat fut épique entre les partisans et les adversaires de ce projet. Les sondages d'intention de la « vox populi » articulaient des pourcentages de l'ordre de 25% !



Cette initiative a certainment eu le mérite de secouer le cocotier jusque dans les instances fédérales et d'accélérer le processus de concertation avec Bruxelles pour aboutir à des accords bilatéraux. Des jeunes ont pris la relève sous une autre forme de combat et j'ai décidé alors de mettre en sourdine ce mouvement.



Quelle n'est pas ma surprise de découvrir, ce jour, dans un blog de la Tribune de Genève une tentative d'un groupe politique de droite de remettre cette idée sur pieds. Il va sans dire que je ne partage pas leur programme populiste même si certaines idées sociales ont été reprises mot pour mot dans la Charte!

Fred Oberson

Écrit par : Fred Oberson | 20/07/2008

Sacré mélange d'idées intéressantes et de grosses bêtises. Substituer la tva à l'impôt sur le revenu est l'une de celles que je propose dans mon livre l'Utopie Urgente. Mais une tva réduite à presque rien sur les produits de première nécessité et dopée à 200 %, voire plus, sur les produits de luxe écologiquement indésirables, comme le gros coupé Mercédès de l'illusionniste du MCG.
Cela ne sufirait pas toutefois à un Etat digne de ce nom, qui qu'elle que soit sa taille, ne pourrait faire l'économie d'un impôt sur les grosses successions. Surtout s'il prétend assurer la gratuité des soins de santé, ce qui est sans doute la plus grosse énormité proférée depuis quelques générations, vu le montant astronomique des-dits, de surcroit destiné à croître encore avec le vieilissement de la population et la sophistication des techniques. Non, demain on ne soignera pas gratis et les vraies questions qui se poseront de plus en plus souvent, c'est: « Quand est-ce qu'on débranche? » et « Ce traitement n'est-il pas trop cher pour cette catégorie d'assurés? »
Il est vrai que quand on cite l'Escalade comme exemple des visées impérialistes françaises sur Genève, on ne peut pas être vraiment sérieux. Pour mémoire, à l'époque, Henry IV soutenait les Genevois et les Savoyards étaient... Savoyards, c'est à dire alliés des Sardes et des Espagnols...
Prétendre en même temps améliorer les relations avec l'UE et restreindre la libre circulation, c'est juste un tour de magie qui n'a pas encore été inventé. Et puis rejeter la faute sur les frontaliers, c'est battre tous les records mauvaise foi. Si Genève verse à Berne une part des impôts payés par les frontaliers à Genève, c'est bien parce que que ceux-ci en paient, des impôts... et que la plus grande part reste dans le canton.
Alors certes Micheline Calmy-Rey s'est laissé rouler dans la farine à Berne, juste par susceptibilité mal placée. Puisque Berne ne voulait pas de sa politique, elle a carrément cessé de s'en occuper et de défendre le bout de gras dans les négociations. D'autant plus qu'en étant prodigue de nos deniers genevois, elle pensait favoriser son élection fédérale, ce qui s'est révélé un juste calclul. Mais les frontaliers n'y sont pour rien. S'il n'y en avait pas, Genève économiserait sur la colonne dépense, mais perdrait le triple sur la colonne recettes, sans même parler des conséquences catastrophiques pour l'économie... où les coûts de fonctionnement de l'hôpital par exemple!
Ah et puis Monaco n'est pas indépendante. Dans les faits, Monaco est un territoire français (et européen) à statut fiscal particulier.

Écrit par : Philippe Souaille | 21/07/2008

Bravo de fustiger ces démagogues xénophobes !

Écrit par : Fred Oberson | 21/07/2008

Cher Fred,

Permettez-moi de vous rappeler que Geneve-Libre n'a pas été créé que par VOUS seul mais par une Assemblée générale dont je faisais partie avec d'autres fervents défenseurs de l'identité GENEVOISE.

Pour rafraichir le souvenir de tout le monde il faut AUSSI rappeler que depuis cette époque nombreuses de nos prévisions se sont réalisées, sans que personnes, notamment dans les partis dits bourgeois comme les socialistes ne mentionnent jamais l'origine de ces idées.

Ce qui en dit long sur la correction politique de ces partis, dont certains ont tellement peu de contenu qu'ils en viennent à vouloir unir leurs destins.

Quant à l'accusation de populisme, il me semble qu'un cours de rattrapage de la signifiacation des termes politiques est vraiement urgent.

Le populisme est un courant politique dont la principale préoccupation est la défense du PEUPLE dans son acception la plus large. Autrement toute l'action qu'ont oubliée ceux qui prétendent à cette action à longueur de législature, à longueur de page, de blogs, etc, mais qui sont, en fait, attachés à défendre des privilèges.

J'espère, cher Fred, que vous n'avez pas oublié cela car ce fut le socle du Mouvement GENEVE-LIBRE dont je revendique autant que vous et tous ceux qui l'ont créé, la paternité!

Et pour reprendre nos salutations d'époque,

Genevoisement vôtre!

Patrick Dimier

Écrit par : patrick dimier | 21/07/2008

Dès le début de l'article:
"En ces périodes de vacances laissons libre cours à notre imagination, le temps de ce Blog!", le ton est donné...

La seule question pertinente, serait:
"QUE FAIRE POUR Y PARVENIR À CET ÉTAT ?"...
Post Tenebras Lux ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 21/07/2008

@ fred oberson

Monsieur, de quel droit vous vous permettez d'insinuer que les membres et sympathisant du MCG sont des, je vous cite "démagogues xénophobes !"

petit monsieur, vos propos sont non seulement faux mais outragieux

que vous ne partagez pas toutes les idées politiques du MCG, est votre droit mais que vous vous permettez d'insulter ces membres gratuitement et sans fondement cela devient pénale

une fois n'est pas coutume, un membre du PS fait de la propagande mensongère, pas bien joli cela Fred

Écrit par : antoine | 21/07/2008

Réponse à ce cher Dimier,

Ta mémoire est bien courte. Tu peux consulter les journaux de décembre 1987 et la proclamation de Genève Libre dont je suis, en toute modestie, l'unique auteur.
Tu t'es joint au Mouvement en 1988. Pour un homme de loi, tu ne devrais pas confondre "L'Assemblée constitutive" intervenue bien plus tard et l'initiative première. Moi, j'ai au moins l'honnêteté et la courtoisie d'indiquer dans mon propos que la Charte a été écrite par nous deux. Ce qui n'est pas le cas de ce Stauffer qui publie sa couverture sans mentionner ni les auteurs ni l'éditeur!
A bon entendeur, Salut!

Écrit par : Fred Oberson | 21/07/2008

@ Monsieur Oberson

De quel droit du fin fond de la france vous permettez-vous de critiquer vos pères!

A votre différence Monsieur le député Stauffer (et non pas "ce Stauffer" dénigrement de bas étage ou certainement votre aigreur, de voir des gens réussir là ou vous avez échoué, vous à fait tomber) lui réussi ce qu'il entreprend et à de la constance dans ses actions.

A votre différence notre député républicain n'attaque jamais sous la ceinture, mais reste sur le terrain politique pour la défense des citoyens genevois!

Vous êtes, permettez-moi de vous le dire Monsieur Oberson, décevant en tout points!

Genevoisement vôtre,

André Flueckiger

Écrit par : André Flueckiger | 21/07/2008

@pauvre Fred Oberson,

Tu n'as jamais rien compris dans la vie. Tu es un nul et un perdant complet.

D'abord, ce n'est pas toi qui a eu l'idée d'une Genève indépendante mais le journaliste Michel Baettig.

Tu as été incapable de développer ton idée, à part lancer un coup de gueule sans lendemain.

Le MCG n'est ni à gauche ni à droite, contrairement à tes éructations minables, ce qui montre que depuis ton asile provençal tu comprends encore moins que rien à rien.

Eric Stauffer a l'intelligence de relancer une possibilité pour Genève, avec un peu plus de cohérence et d'intelligence que toi-même.

L'indépendance de Genève n'appartient pas à Gérard Oberson ni à personne d'autre, elle appartient au peuple souverain genevois dont tu ne veux plus faire partie puisque tu t'es expatrié. C'est la preuve que tu n'aimes plus notre canton.

Tu n'es même pas l'ombre de toi-même, depuis que tu t'es réfugié dans le reniement.

Patrick Dimier, au contraire, propose des idées et se préoccupe de Genève. Il ne se réveille pour gueuler qu'on lui a volé son "jouet", geste puéril s'il en est.

Au fil des années tu t'es découvert servile, prêt à se vendre à l'Europe comme certains se sont autrefois prêtés à d'autres puissances politiques: c'est ton problème politique mais fiche-nous la paix.

Occupe-toi plutôt de la Provence et des dérives du système politique français, dramatique en tous points.

Laisse les Genevois défendre intelligemment leurs intérêts.

Écrit par : Jean Peuplu | 21/07/2008

@ Philippe Souaille

pour votre info, Monsieur le donneur de leçon Eric Stauffer n'a pas de Mercedes
et au contraire de vous qui se la joue "à la retirette" il assume et va jusqu'au bout des choses lui, pas comme certain n'est ce pas Philippe ?

Écrit par : antoine | 21/07/2008

@Fred,

il me semble que les années ont passé et que tu regardes l'avenir dans un miroir pour croire qu'il est encore devant.

Dommage de constater que tu n'es plus capable de t'enflammer à l'idée que d'autres reprennent à leur compte une idée qui nous a mis au travail sur une projet qui a fait rêver bien des Genevois.

Tu le dis plus haut, 25% de Genevois ont cru en ce projet. Quel parti peut aujourd'hui se targuer de rassembler sur son programme un tel score.

Si la paternité du vocable te tient à coeur, c'est bien volontiers que je te la laisse, je peux quant à moi affirmer que le projet de Charte et sa rédaction dans la forme finale n'est pas ton fait.

Une fois encore, au lieu de tirer sur ceux qui soutiennent, 20 plus tard, ce projet, il me semblerait plus fin de les soutenir.

Un dernier point, un mouvement sans statuts est comme une bouillbaisse sans poisson, c'est de la lavasse.

L'assemblée constitutive est bel et bien l'acte fondateur, le reste n'est que chimère.

A la revoyure!

Pour ce qui est des rancunes laisses-les à la gauche caviar qui voit ses privilèges mis en danger par un réel mouvement citoyens!


PS: souviens-toi qu'on ne s'élève jamais en tirant sur son adversaire en dessous de la ceinture mais en étant meilleur que lui. Pour cela il faut rejoindre le combat et non pas rester à rêvasser sous les oliviers!

Écrit par : patrick dimier | 22/07/2008

Réponse à Antoine... qui n'a pas la franchise d'indiquer son identité!

J'attends sa plainte pénale pour savoir qui il est... et lui conseille de consulter le dictionnaire qui lui apprendra que mes propos ne sont pas injurieux en regard de l'article de Stauffer.
DEMAGOGUE: qui abuse de la démocratie en flattant les passions populaires...
XENOPHOBE: celui qui n'aime pas les étrangers...

Réponse à Flueckiger:

A mon âge, je doute que "ce" Stauffer puisse être mon père! Et si c'était le cas, j'accepte d'être un fils indigne...

Réponse à j'en peux plus:

Le chien aboie et la caravane passe et la bave du crapaud n'atteint pas...

Écrit par : Fred Oberson | 22/07/2008

Malgré un nom qui pourrait le laisser croire, les propos M. Oberson ne volent au dessus du mur du çon!

Dommage que l'âge n'ait pas sur lui le même effet que sur le bordeaux.

Je me souviens bien de cette époque car nous avons un nom qui se prononce de la même façon et je me faisais charrier par mes copains au Jura.

J'ai toujours trouvé cette idée formidable même si elle est une peu utopique. Mais sans utopie vaut-il la peine de faire de la politique?

D'ailleurs M. Dimier n'a pas varié puisque son livre sur la constitution a pour titre "l'utopie de la raison". Au moins il a de la suite dans les idées.... lui!

En tout cas je regrette bien que M. Oberson ne soit pas plus heureux que ça de voir qu'une idée, pardon une utopie, née il y a vingt ans, soit reprise dans un moment historique comme celui d'une nouvelle constitution.

Ce n'est pas rien! de nombreux politiciens rêvent de rester d'actualit aussi longtemps! C'est clair qu'aucun des nuls qui gouvernent Genève aujourd'hui ne peut nourrir un tel espoir. On tente déjà de les oublier alors qu'ils sont encore en place!

En ce qui me concerne, je ne peux plus voter à Genève puisque je bénéficie d'une retraite anticipée que je passe... dans le Jura. Mais si j'étais à Genève, je me serais bien laissé tenter par une candidature sur la liste de M. Dimier.

Contrairement à ce que prétend M. Oberson, le MCG n'est pas démagogue, la preuve tous les dossiers sortis n'ont jamais été démentis dans les faits. La palme revenant au dossier SIG qui est une honte absolue. Dans ce dossier c'est bien le PS qui joue dans le registre démago et les genevois les gogos!

Idem dans l'affaire des amendes non payées par les frontaliers dans laquelle Mme Spoerri n'a jamais démenti les propos de M. Stauffer.

Quant au député Stauffer, je suis persuadé que les Genevois sont mieux défendus par un gars comme lui que par un Brunier, un Mouchet, une Kunzler ou un Tornare, tous occupés à leur image et leur portefeuille plus qu'à l'intérêt public. En tout cas pas de gens de gauche.

Décidément, cher homonyme, vous avez pris de l'âge et c'est bien dommage. A votre place je serais fier que mes idées, même si vous en partagez la paternité, soient reprises 20 ans plus tard.

Salutations de jurassique parc,

F. Auberson

Écrit par : F. Auberson | 22/07/2008

Vous rêvez d'une république à la Monegasque ?

Mais vous semblez oublier que Monaco est à la solde de la France et que Monaco possède le plus haut taux de frontaliers d'Europe (près de la moitié de sa population et de plus Monaco possède l'Euro comme monnaie nationale et est partie intégrante de l'Europe car elle est sous protection française! Alors quand vous parlez d'indépendance..... JE ME MARRE !!!!!

Écrit par : Café | 08/08/2008

Stauffer, décidément en histoire vous êtes nul et inculte ! Comment pouvez-vous dire que les français jalousaient Genève en 1602, alors que la Savoie n'a été française qu'en 1860 !
SVP ABSTENEZ-VOUS DE NOUS DONNER DES LECONS D'HISTOIRE ET N'INSULTEZ PAS LE CANTON DE GENEVE QUI ETAIT A MOITIE SAVOYARD EN 1602 !

Écrit par : Histoire | 12/08/2008

Eric Stauffer n'attaque jamais son adversaire en-dessous de la ceinture bien que lui en ait dans son pantalon pour faire tout ce qu'il fait sans se perdre dans des pseudo-discours frisant l'onanisme d'aucuns!

Bravo au député qui défend les intérêts des gens (et non d'une petite caste)!

Écrit par : Micheline Pace | 12/08/2008

... alors de grâce que Stauffer ne fasse plus aucune citation idiote de l'Histoire de Genève ! quand on ne sait pas ! on se la coince ! ce triste sire confond la ville de Genève de 1602 avec le canton actuel (qui n'a rien à voir !) ou alors peut-être que Stauffer ne veut défendre que les nantis riches étrangers qui habitent la vieille ville ? ... car ceux qui jalousaient Genève en 1602 n'étaient rien d'autres que les communes genevoises actuelles !

Écrit par : Histoire | 12/08/2008

Ouh, là, là, là M'sieur Histoire, j'aimerais savoir. Est-ce que les Schadocks existaient déjà en 1602.

C'est treize important, t'y comprends Missié Histoire.

Parce que à St-Julien, on pompait, on pompait... de quoi ? Du pognon!

J'déconne.

Qui jalousait Genève, hein? Qui donc en 1602, j'vous d'mande? Car c'est important de savoir l'Histoire pour aujourd'hui.

Et vive les Schadocks, qui pompaient, qui pompaient...

Écrit par : Schadock | 12/08/2008

Schadock,

En tous les cas cela semble très important pour M. Sauffer, de savoir qui jalousait Genève à cette époque ! Donc, tant qu'à faire, remettons l'Eglise au milieu du village ! et autant que vous le sachiez à cette époque Saint-Julien et Carouge étaient unis contre Genève !

Écrit par : Histoire | 12/08/2008

Je suis Genevoise et hier encore j'étais tentée d'adhérer au MCG. Mais, quand j'ai lu le dernier post de M. Eric Stauffer, je me dis que là il a pêté les plombs ! Il y a autour de moi des pro MCG qui pensent la même chose que moi. J'aimerai savoir ce que pense Thierry Cerrutti de cette histoire saugrenue d'indépendance ?

Écrit par : Marie | 13/08/2008

il me semble que le sujet de ce blog est :

En ces périodes de vacances laissons libre cours à notre imagination, le temps de ce Blog!

une boutade, quoi

alors s.v.p. Mesdames, Messieurs on se calme, on respire, on se sent mieux et on passe à autre chose, ce blog a été écrit dans un but unique de créer un débât

OK

Écrit par : jean-claude | 16/08/2008

Oh, Marie! Pourqupoi voulez-vous qu'une personne se livrant à une réflexion profonde sur la destinée d'une région pète les plombs alors que d'autres brassent de l'air sans se faire traiter de la sorte? Quel paradoxe!

Thierry Cerutti et Eric Stauffer ont chacun leur personnalité. Toute personne étant inobjectiveables (pas un objet mais un sujet), pourquoi une comparaison?
Les deux députés servent les intérêts des citoyens de ce canton au lieu de se la couler douce ...

Enfin, comme nous l'apprnait Romain Gary : "Rien n'est humain qui n'aspire à l'imaginaire." Sans cette part caractéristique, nous ne nous différencierions pas de l'espèce animale vivant en troupeau. C'est grâce à cette opération que nous pouvons inventer un avenir, se baser sur des récits ou des souvenirs, créer un sentiment d'identité, etc.

Bon WE!

Écrit par : Micheline Pace | 16/08/2008

Ma

Écrit par : R.M. | 16/08/2008

Oui, enfin, le sentiment d'autonomie du groupe existe un peu dans chaque espèce, je crois. La défense du territoire, chez les bêtes, c'est un fait connu. L'être humain a aussi la raison pour surmonter l'antipathie que lui inspire spontanément le groupe d'en face. D'ailleurs, remarquez que quand le chien aboie contre un étranger sans mauvaise intention, c'est le maître même qui lui ordonne de se taire. L'être humain est aussi capable de faire la part des choses : l'imaginaire accompagnant l'instinct, cela ne suffit pas, à mon avis. En fait, c'est comme l'écriture automatique, qui a soi seule ne suffit pas à créer la poésie.

Écrit par : R.M. | 16/08/2008

(Mais je ne dis pas que le chien a tort de garder la maison, cela dit ; cependant, mon opinion est qu'il faut être raisonnable, jusque dans son activité d'imagination.)

Écrit par : R.M. | 16/08/2008

Force est de constater que le comportement de certains commentateurs ressemble à celui de mammifères surmarquant le territoire de l'autre en venant uriner ou déféquer dessus.

Cette observation renforce l'idée que toute construction sociale nécessite une sacrée dose d'imagination!

CQFD

Écrit par : Micheline Pace | 16/08/2008

C

Écrit par : R | 16/08/2008

Vous savez, Micheline, autrefois, Annemasse était un joli petit village de campagne. Mais il faut savoir tenir compte des réalités nouvelles, et s'adapter. Les animaux le font quand même beaucoup moins bien que les êtres humains.

Écrit par : R.M. | 16/08/2008

Ah! Aimant bien faire mon shopping à Annemasse, j'apprécie cette région. Ayant réalisé quelque projet en termes de transports et de circulation regroupant le coin, je me dis qu'on est plus proches qu'avec les Bernois. Mais, que voulez-vous, pour une Suisse qui offre ses services à une municipalité française, c'est bien plus difficile que le cas inverse. Dur, dur...

Écrit par : Micheline Pace | 16/08/2008

Ce

Écrit par : R | 17/08/2008

"Pour une Suisse qui offre"... ? Je n'ai pas compris. Annemasse est bien ouverte aux gens qui travaillent à Genève et qui rapportent donc de la plus-value à Genève. D'ailleurs, Annemasse n'existe plus guère que pour servir de dortoir aux salariés de Genève. Cela dit, les musées genevois sont gratuits aussi pour les Français.

Vous savez peut-être qu'au XIIIe siècle, les liens entre la Savoie et Berne étaient beaucoup plus forts qu'entre la Savoie et Genève, malgré la proximité. Vous me direz qu'au XVe, ce fut l'inverse. Pour le Pays de Vaud, le lien a duré du XIIIe au XVIe.

Non, mais en fait, le lien existe depuis que l'évolution économique a conduit les salariés de Genève à vivre en France voisine. Sinon, c'est vrai qu'il a existé autrefois un comté de Genève, et qu'il allait jusqu'à Annecy (sans comprendre Annemasse, d'ailleurs), mais en fait, le comte de Genève et la bourgeoisie de Genève n'ont quasiment jamais vécu en bonne entente, et il est même arrivé que le comte de Savoie aide les bourgeois de Genève contre le comte de Genève. Je pense que le sentiment d'autonomie de la bourgeoisie genevoise a toujours été très fort, et que sa population ne s'est que peu assimilée même à celle de la France voisine. Historiquement, dans les temps anciens, avant que l'évolution économique ne change un peu les choses, les Chablaisiens, les Vaudois et les bas Valaisans formaient une communauté bien plus symbiotique.

Écrit par : R.M. | 17/08/2008

Décidément, votre mauvaise fois vous poursuit, R.M.! Malgré ces petites digressions historiques, vous savez très bien que les gagnants ne sont pas ceux que vous désignez. Cessez donc de proférer des arguments fallacieux.

Les symboles, les références culturelles, c'est bien mais la réalité c'est mieux surtout quand ceux-ci sont détorunés de leur propre sens!

Moi, je n'ai pas de maison en Frane voisine et fais partie de la génération de ceux qui auraient dû bénéficier d'un pouvoir d'achat de 30% de plus, ce avec les qualifications les plus sophistiquées... les clichés avancés, ça me fait une belle jambe! Nous sommes le canton pauvre de la Suisse (avec sa politique du chômage la plus pourrie et les plus bas salaires, preuves à l'appui). Et ça, on ne le mérite pas!

Il n'est pas juste d'embaucher autant de Français dans notre administration cantonale alors qu'il y a tant de forces de travail ici mal exploitées. On croule sous des fomations et variées - ça n'est pas le point manquant - cette tarte à la crème politicienne ne vaut pas un sou! C'est même le contraire qui est vrai.



Je pourrais continuer ce développement avec des exemples mais ça n'est pas le lieu et souhaite garder mes ressources pour un travail en profondeur destiné à qui de droit.

Écrit par : Micheline Pace | 17/08/2008

Micheline, je crois que vous partagez avec pas mal de Genevois l'illusion que les Français voisins sont tous très heureux qu'il y ait des frontaliers. Peut-être que vous confondez les frontaliers avec les Français voisins. Mais la majorité des Français voisins travaillent en France voisine et ne sont pas spécialement heureux qu'il y ait des frontaliers, lesquels ils n'ont jamais demandés. Même les frontaliers, si vous les interrogez, pourront vous dire qu'effectivement, les François voisins qui travaillent en France voisine préféreraient que les frontaliers habitent dans le canton où ils travaillent. Ou alors, même, occupent le même emploi qu'à Genève à Annecy, à Lyon ou à Paris. En plus, moi, je suis fonctionnaire, et l'Etat n'accorde pas du tout de prime aux fonctionnaires vivant en zone frontalière ; or, les frontaliers ont aussi besoin de services publics. Il n'y a pas de mauvaise foi, Micheline, mais de l'illusion : les Savoyards qui pensent que Genève fait la richesse de la Haute-Savoie sont ceux qui travaillent à Genève. Les autres pensent plutôt qu'à cause de Genève, les prix montent et que le pouvoir d'achat décroît. Les quelques commerçants qui vivent de l'apport des frontaliers ne sont même pas la majorité des commerçants de Haute-Savoie, qui comptent plutôt sur le tourisme, en particulier des Parisiens et des Lyonnais. Je suis en réalité d'accord avec l'idée que le canton de Genève devrait former ses chômeurs plutôt que de lancer des ofres d'emploi en direction des frontaliers déjà formés. Je ne le suis pas seulement parce que c'est juste pour les Genevois, mais aussi parce que ces offres d'emploi lancées en France voisine exercent une forme de pression sur les Français voisins qui n'ont pas envie d'aller jusqu'à Genève pour gagner leur vie normalement. Et de fait, je travaille juste à côté de chez moi, et je ne désire absolument pas faire plus de kilomètres pour me rendre à mon travail. Or, je ne suis pas le seul : croyez-moi. Genève, je trouve cela bien pour les musées, le théâtre, la culture : mais le reste, je m'en fiche complètement.

Écrit par : R.M. | 17/08/2008

Errata : FrançAis ; ofFres.

Écrit par : R.M. | 17/08/2008

Une fois de plus stauffer nous inflige des élucubrations
qu'on pourrait même croire avinées,
tant elles s'avèrent délirantes.

Genève paie ceci et cela à la confédération.
Genève ne touche rien en retour, bien sûr.

Croyez en sa compétence légendaire :
avec lui, demain, on va raser gratis.

Pas étonnant qu'il se trimballe des casseroles,
considérant sa méthode comptable toute personnelle!

Écrit par : csny | 19/08/2008

Merci beacoup pour votre article, je crois que vous avez choisi un tres bon pour la discussion et je vois que votre but a bien realise pou le moment. Bien si Geneve etait independante, quant a moi je n'imagine pas cette situation, peut etre je ne connait pas trop de choses de son histoire comme les autres.

Écrit par : Asher - Smoke Deter Review | 21/10/2008

Bonjour,

Cet article me fais beaucoup rêvé. Mais d'un côté, je suis attaché à mon pays qui est la Suisse. Il y a énormément de ressortissants d'autres cantons. on a les avantages et les inconvénients de la confédération. Mais dans le fond, nous sommes un pays prospère.

Vive la Confédération et puisse Genève s'y impliquer plainement.

Cordialemetn,


Anthony Maag

Écrit par : Anthony de Genève | 23/06/2014

Les commentaires sont fermés.