29/06/2008

Constituante: République de Genève!

cuirass.jpgHistoire de s'en rappeler: " En 1602, le duc de Savoie Charles-Emmanuel tente une attaque nocturne contre Genève. Cette "Escalade", comme on l'appelle, échoue; sa commémoration, les 11-12 décembre, est la principale fête patriotique des Genevois.

 

Rousseau naît à Genève en 1712 et Voltaire y vit de 1755 à 1778. Mais la cité est déchirée par des troubles civils qui opposent classes et partis.

 

La révolution genevoise de 1792 détruit le gouvernement aristocratique de l'Ancien Régime et proclame l'égalité politique.

 

 

 

3995.jpgEn 1798, Genève est annexée par la France et devient le chef-lieu du département du Léman. La défaite des armées napoléoniennes lui rend sa liberté le 31 décembre 1813.

 

 

 

170px-20_geneve_francs.jpgLes magistrats de la République demandent son entrée dans la Confédération suisse, obtenue définitivement en 1815.

 

La révolution de 1841

 

Révolution_Geneve.jpgLa mise à mort du régime conservateur s'opéra en deux phases. En novembre 1841, une émeute tumultueuse autour de l'Hôtel de Ville a pour conséquence l'agonie du régime instauré en 1814 et l'élection d'une assemblée constituante.

 

James Fazy renverse le gouvernement de la Restauration et établit la constitution de 1842 qui adopte le suffrage universel masculin, rétablissant, « la souveraineté du peuple». La constitution de 1842 régit encore le canton en 2008."

 

 

 

Ce mardi le MOUVEMENT CITOYEN GENEVOIS a présenté le MOUVEMENT CHANGER GENEVE qui sera chargé de conduire la liste MCG à la Constituante en octobre 2008. Ce Mouvement n’a qu’un seul but présenter une liste à la Constituante qui sera dissoute aussitôt après la votation sur le nouvelle constitution.

Le président du MOUVEMENT CHANGER GENEVE, Me Patrick-Etienne DIMIER, a fait des propositions aussi novatrices qu’inattendues. Notamment  l’instauration d’un système bicaméral avec une Grand Conseil élu à la proportionnelle et une Chambre des Communes représentant l’ensemble des municipalités genevoise, chacune ayant un siège.

Un accroissement de la protection de la sphère privée en inscrivant le secret bancaire parmi les données protégées, l’indépendance de la justice, le renforcement des droits politiques des citoyens en introduisant l’initiative destitutive.

Cette liste est résolument ouvert sur la Cité et la société civile ce qui explique la forte présence de personnalités sans 200px-Flag-ch-geneve.pngaucune appartenance politique aux côtés de militants du Mouvement Citoyens Genevois.

Le slogan de cette liste  est : « CHANGER GENEVE » Le principe fondateur d’une démocratie directe est la garantie donnée au Peuple de pouvoir s’autodéterminer.

C’est pourquoi les élus MCG proposeront d’inscrire dans la future Constitution le droit à l’autodétermination des Genevois.

L’un des problèmes qui perturbe le fonctionnement des Institutions est le déséquilibre entre la Ville de Genève et le Canton. Plusieurs solutions été avancées, allant jusqu’à vouloir fusionner ville et Canton, formule qui achèverait l’écrasement des Communes. Tout au contraire l’idée du bicaméralisme est de nature à rééquilibrer l’influence de la Ville de Genève d’une part et d’autre part à redonner voix au chapitre aux 45 communes qui composent Genève.  

Avec ses première proposition le MOUVEMENT CHANGER GENEVE ouvre clairement la voie à des réformes structurelles innovantes qui répondent au plébiscite des Genevois pour la refonte de leur Constitution.

logo.jpg

Il est essentiel qu’un vrai débat s’instaure dès à présent en mettant en présence, aussi souvent que faire se peut, les différentes thèses affronteront le suffrage universelle en octobre prochain. Eteindre ce débat en n’en faisant pas état, reviendrait à trahir la démocratie !

 

 

Eric Stauffer

Président du Mouvement Citoyens Genevois

22:13 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (47) |  Facebook | | |

Commentaires

L'Escalade est certainement importante dans l'histoire genevoise, mais personnellement, je trouve dommage qu'elle constitue comme la naissance de la cité. Car il faut bien que la cité ait précédé cet événement, sinon, comment aurait-elle pu être défendue contre un quelconque envahisseur ? De fait, avant même la tentative de Charles-Emmanuel, les bourgeois étaient devenus indépendants : l'échec de Charles-Emmanuel a consacré cette indépendance aux yeux d'autrui, mais elle ne l'a pas créée. En soi, elle préexistait à sa reconnaissance officielle à l'étranger. Elle s'est du reste constituée peu à peu, en profitant de ceci que Genève ne dépendait que de son évêque, qui la dirigeait avec la bourgeoisie, sous couvert du Saint-Empire. A la rigueur, l'indépendance genevoise pourrait plutôt dater du départ de l'évêque. Il est quand même dommage de faire débuter l'histoire genevoise par une initiative du duc de Savoie. Genève n'existe pas simplement en tant qu'elle n'est pas en Savoie, mais aussi en tant qu'elle constitue une communauté, en soi.

Écrit par : R.M. | 19/06/2008

(Si je puis oser une comparaison, c'est un peu comme si la France ne célébrait pas 1789, mais Valmy : la victoire de la République contre la Prusse cherchant à rétablir le Roi.)

Écrit par : R.M. | 19/06/2008

Erratum : "l'échec de Charles-Emmanuel a consacré cette indépendance aux yeux d'autrui, mais IL ne l'a pas créée".

Écrit par : R.M. | 19/06/2008

PAS D'INDEPENDANCE DE GENEVE!!!

Non, M. Stauffer, je ne vous suis pas. Vous voulez aller directement à l'indépendance de Genève par votre auto-détermination, en faire une enclave ou un petit Monaco. Et là je ne suis pas d'accord. Genève ne doit être qu'un canton affilié à la Suisse même si ça vous dérange. Ce n'est pas parce que vos ancêtres bernois sont venus sauver la république genevoise du temps de l'Escalade que vous devez vous permettre ceci.

Non à l'indépendance!!!! Vous allez trop loin, M. Stauffer!

Écrit par : Helveticus | 19/06/2008

Monsieur Stauffer ne connaît pas l'Histoire et il aimerait nous donner des leçons. Le canton de Genève à l'époque de l'Escalade était pour sa grande majorité savoyard et la plupart des communes, aujourd'hui genevoises, ont participé à l'attaque de la république de Genève qui ne représentait que la vieille ville (c'est à dire à peine 6000 personnes !) Alors, vous racontez n'importe quoi, puisque Carouge, Onex, Lancy etc... étaient des ennemis de GENEVE !!!!!!!!!!!
p.s. Rousseau résidait la plupart du temps à Bossey ! (en France) un frontalier ? et Voltaire, à Ferney (comme son nom l'indique) encore un frontalier ?

Écrit par : CAFE | 19/06/2008

Bravo, M. Stauffer.
Enfin quelqu'un défend l'indépendance de Genève, pour un vrai Monaco avec peu d'impôts, de la prospérité pour tous. Enfin un grand projet.
N'écoutez pas cet âne d'Helvéticus qui n'a qu'à aller habiter à Shaffhouse.
Quant à Café c'est vraiment une andouille. Oui, une andouille ce Café. Il vous donne des leçons d'histoire alors qu'il n'y comprend rien en disant que Rousseau était frontalier, ou Voltaire. Plus stupide comme lecture de l'histoire on ne fait pas.
Enfin une Genève libre. Une Genève libre grâce à l'autodétermination! Un droit pour tous.

Écrit par : Indépendantix | 19/06/2008

M. Indépendantix,

Je vois que les pro-MCG ne brillent pas pour leur culture !

François-Marie Arouet (dit VOLAIRE) est né à Paris le 21.11.1694. En 1756, il s'installe à Ferney (France) jusqu'en 1778 où il retourne à Paris !

J.J. Rousseau nait à Genève le 28 juin 1712 d'une famille d'orgine française exilée à Genève ! J.J. Rousseau vécut toute son enfance à Bossey (pied du Salève, France) qu'il quitta pour Annecy en 1728 !

Vous voyez, M. Indépendantix que ces deux personnages n'étaient rien d'autres que des frontaliers que M. Stauffer aime dénigrer ! En fait, ces grands personnages, qui ont fait la gloire de Genève, n'étaient rien d'autres que des sales frouzes frontaliers !

Écrit par : Café | 20/06/2008

Volt

Écrit par : R.M. | 20/06/2008

Hum, Bossey n'était pas en France, mais en Savoie. Et Rousseau a surtout vécu à Chambéry. A Annecy, il n'est pas resté si longtemps.

Pour Voltaire, depuis Ferney, il a beaucoup répandu ses livres à Genève, et y a créé le théâtre, interdit jusque-là, si ma mémoire est bonne : Rousseau le lui a d'ailleurs reproché. Il a aussi créé la zone franche existant entre le Pays de Gex et Genève. A cette époque, alors que Bossey était en Savoie, Gex était déjà en France.

Pour les Bernois, ils sont venus aider Genève non lors de l'épisode de l'Escalade, en 1602, mais à l'époque de la Confrérie de la Cuiller, en 1536.

Pour Monaco, son indépendance est relative, car elle est aussi sous tutelle française.

Sinon, il est quand même vrai que les communes catholiques n'ont été rattachées à Genève que pour former un canton suisse. Auparavant, Genève a vécu avec des communes savoyardes catholiques pour constituer un département français. A l'époque de son indépendance, la république était constituée de la ville seule.

Cela dit, le rattachement des communes catholiques en 1815 a provoqué en grande partie les problèmes liés à James Fazy. Les catholiques votaient en fait à gauche. Et les patriciens n'avaient pas forcément envie de leur laisser le pouvoir.

Écrit par : R.M. | 20/06/2008

(J'ajoute que Rousseau ne s'est pas enfui de Genève depuis Bossey, mais depuis Confignon, qui alors était soit français, soit savoyard, je ne sais plus.)

Écrit par : R.M. | 20/06/2008

Quels prétentieux! Certains comme M. Café affirment être cultivés, alors qu'ils copient des dates tirées de dictionnaires, ce qui relève de procédés faciles. Dans l'art de se monter le col, M. Café fait fort de café en effet. Il croit faire partie de la crème de la société. Le café qui voit des frontaliers à une époque où la frontière n'existait pas m'amuse beaucoup.
Je pense que l'indépendance n'est pas une bonne chose pour Genève, plutôt que parler d'histoire il serait bien de s'intéresser au présent et à l'avenir. Que voulons-nous faire? Une Genève indépendante nous donnerait quoi?

Écrit par : Helveticas | 20/06/2008

Il y avait bien une frontière, à l'époque de Rousseau. Et aussi à l'époque de Voltaire.

Écrit par : R.M. | 20/06/2008

Helveticas,

Regardez, informez-vous verrez qu'il y avait bien une frontière à l'époque. Sauf que Genève, ne se présentait pas telle qu'aujourd^'hui et je trouve très très prétencieux de la part de M. Stauffer de présenter Voltaire et Rousseau comme exemple genevois, lui qui tire toujours à boulet rouge contre les frontaliers... N'oubliez-pas que Genève était toute toute toute petite et se cantonnait derrière les remparts !

Personnelement, bien qu'étant Genevois, je suis contre l'indépendance de Genève. Monsieur Stauffer ne sait plus où donner de la tête pour qu'on parle de lui !

Écrit par : Café | 20/06/2008

La frontière de l'époque était morcelée et n'existait pas au sens où on l'entend aujourd'hui. Un champ pouvait être genevois, l'autre à côté savoyard. Il y avait une extrême complexité du territoire au sens où elle existe encore actuellement dans la Broye entre Vaud et Fribourg. De nombreux Genevois avaient des propriétés sur territoire savoyard, enfin tout était très compliqué pour notre époque actuelle.
On peut se revendiquer d'une tradition philosophique ou littéraire mais il ne faut pas prendre l'histoire au pied de la lettre.
Nous sommes actuellement des héritiers de cette époque, avec toutes les contradictions que cela comporte.
La vraie frontière, ou plutôt la vraie protection, se trouvait dans les fortifications et le mur d'enceinte, mais il s'agissait d'une PROTECTION.

Écrit par : Helveticas | 20/06/2008

Non, non, le gouvernement n'était pas le même dans l'enceinte de Genève et à l'extérieur. Pour les propriétés privées situées soit ici soit là, sans cohérence par rapport à la nationalité des propriétaires, cela existe toujours, même si des échanges ponctuels en ont peu à peu réduit l'importance. Les troupes savoyardes faisaient régulièrement le blocus de Genève, au XVIe et au XVIIe siècle. La frontière était claire. Les patriciens genevois ici, le roi de Sardaigne là.

Écrit par : R.M. | 20/06/2008

En tous les cas c'est l'hôpital qui se fout de la chârité ! M. Stauffer connu pour son action anti-frontaliers prend comme exemple des gens qui à l'époque, vivaient de l'autre côté de la frontière, c'est-à-dire en dehors de Genève !

N'y a-t-il personne pour le remettre à sa place ce Berno-rital ?! 44

Vattene a casa miezze a la munezza e nun disturbà la gente chi fatiga! (en napolitain !)

Écrit par : Café | 20/06/2008

M. Stauffer ou son conseiller, ne sort pas grandi de tout cela. Eric confond le canton de Genève d'aujourd'hui d'avec la ville de Genève de l'époque ! Comment peut-il être aussi bête ? Je crois qu'il prend les Genevois pour des idiots, mais les Genevois ne sont pas dupes.

Je dois dire qu'il faut être très stupide pour prendre des exemples de grands personnages qui en fait habitaient, à l'époque près de Genève, mais qui devaient passer une frontière pour venir à Genève.

TEL EST PRIS QUI CROYAIT PRENDRE ...

Écrit par : Marco | 21/06/2008

La souveraineté de Genève est la question fondamentale. C'est être libre de prendre des décisions pour tous les résidants genevois et cela n'a rien à voir avec ces questions de frontière.
D'ailleurs Genève n'est pas un grand territoire contrairement à ce que prétend Marco, non, Genève reste une République, une ville avec un territoire.
Il faut donc reconquérir cette souveraineté, grâce à l'AUTODETERMINATION.
Seule l'autodétermination nous permettra de renouer avec une Genève adulte, qui échappe à toutes ces tutelles ridicules.
Mais certains sont incapables de penser par eux-mêmes. Et seule l'autodétermination nous permettra de prendre une réelle autonomie - pacifique - face à nos voisins.

Écrit par : Indépendantix | 21/06/2008

Oui, mais pour avoir une indépendance politique complète, le mieux est d'avoir aussi une indépendance économique complète. Employer des frontaliers veut dire que l'économie dépend de gens qui vivent à l'étranger. Or, à mon avis, ces employés de l'étranger ont des droits, notamment lorsqu'il s'agit d'effectuer des déplacements depuis leur domicile jusqu'au lieu de travail. En toute logique, cela entre dans le contrat de travail : ce déplacement, et les obligations qu'il crée. Un contrat de travail approuvé par l'Etat de Genève est forcément sous la responsabilité juridique de l'Etat de Genève. Mon opinion est que Genève n'a pas intérpet à mettre fin au travail sur son territoire des gens qui habitent ailleurs, et que la souveraineté n'oblige pas à refuser de discuter avec les voisins pour régler en commun les problèmes que pose cette situation.

Écrit par : R.M. | 21/06/2008

Intérêt (erratum).

Écrit par : R.M. | 21/06/2008

Le MCG a peut-être raison. Il y a beaucoup d'avantage à être indépendant. Les arguments ne manquent pas:
- Primes d'assurances maladie imposée par Berne, Genève=les plus haute de Suisse
- Gestion du territoire "déclassement"
- Impôts indirect "TVA" 1,5 milliard que les genevois payent à Berne
- Taxe sur l'essence plus de 70cts par litre que Berne encaisse
- Impôts fédéraux des centaines de millions que les genevois payent à Berne

Impossibilité de limité l'arrivée massive des Euros-frontaliers accord de libre circulation signé par la confédération, et Genève et les Genevois pris en otage!

Une Genève indépendante =
- Plus d'impôt direct sur les personnes physique(exemple Monaco)
- Soin en première classe gratuit pour tous
- Transport public gratuit
- remboursement de la dette

Le MCG va encore donner des migraines aux autres, car leur proposition n'est de loin pas saugrenue....

Pour savoir on l'on va il faut savoir d'ou l'on vient! Genève était une République et est devenue un canton en 1815, et pourquoi redevenir une Rébuplique en 2015....

Je trouve l'idée très, très séduisante!


En tout état de cause, bravo à nos trublions de la Rébuplique pour provoquer des débats que les autres partis n'osent plus faire! C'est bien là preuve que le MCG défend les Genevois, tout les Genevois, sans distinction d'origine, de race, de nationalité!

Jean-Marc D.

Écrit par : Genevensis | 21/06/2008

En tous cas, Félicitations à nos trublions de la Rébuplique de provoquer les débats que les autres partis - composés de pisses-froids - n'osent plus faire!

Bon WE !

Écrit par : Judith | 21/06/2008

Aux idiots qui aimeraient une indépendance à la Monaco !

1. Monaco a adopté la monnaie européenne et est sous la coupe de la France et a le plus grand tôt de "frontaliers" car elle en possède plus de 60 % de sa population !Elle est donc, entièrement membre de l'UE sous couvert de la France !

2. Que ferait Genève, sans les organisations internationales ?

Vous savez à Monaco il n'y a que les riches qui peuvent y vivre. Les autres doivent habiter en France. Vous voyez, tout espoir n'est pas perdu, car, à Genève aussi il n'y a que les riches qui peuvent habiter Genève, les autres doivent aussi partir et s'éloigner de Genève !

Écrit par : Café | 22/06/2008

J'ajouterai au commentaire de Café qu'à Monaco la TVA est de 19,6 % comme en France !

Écrit par : Marco | 22/06/2008

Cher Café

Tu n'as rien capté, en quoi les organisations internationale sont-elle relevantes? Que Genève puisse être indépendante ne change en rien au fait que l'ONU et consort restent à Genève. De plus si Genève conservait le 1,5 milliard de TVA perçu par Berne.....combien d'aide sociale au logement pourrions-nous payer et bien d'autres choses encore?

Alors qui est l'idiot?

Il ne faut pas oublier non plus que Berne nous a taxé 130 millions dans le calcul des Frontaliers (Nombre de travailleurs sur Genève (sans les Frontaliers) pour faire un revenu (y inclus, cette fois, les Frontaliers) par tête de pipe = 130 millions de péréquation que Genève a été obligé de payer!)

Personnelement je trouve l'idée du MCG économiquement, culturelement, sociologiquement, intérressante!

J'ai toujours de la peine en tant que Genevois à m'identifier à Glaris ou ScHwitz.....

Écrit par : Croissant | 22/06/2008

Les inst

Écrit par : R.M. | 22/06/2008

Croissant,
¨
Il y longtemps que je ne me suis pas marré autant ! Allez-y demandez l'indépendance de Genève !

Au fait les impôts des frontaliers ont rapporté 700 millions de francs pour 2006 au canton de Genève, combien avez-vous rapporté ? Je parie que vous coûtez plus, que vous ne rapportez. Au moins les frontaliers n'ont pas besoin de logements HLM ou d'écoles... parceque Genève ne peut pas vivre avec les maigres salaires des VRAIS GENEVOIS DE SOUCHE ! Au fait j'aimerais bien savoir quel est l'investisseur, un peu intelligent qui investirait dans l'immobilier social ?

Alors, hop pourquoi ne pas lancer une initiative pour l'indépendance genevoise... histoire de rigoler... De toute façon ce sont les vaudois qui seraient contents, eux qui traitent les Genevois de frouzes ratés !

Écrit par : Café | 22/06/2008

Genève libre. Enfin, Genève aurait une chance historique de baisser ses impôts, dynamiser son économie, arrêter de toujours faire des cadeaux à nos voisins. Un Etat libre et fort.

Pour une Genève indépendante et libre.

Écrit par : Indépendantix | 23/06/2008

Genèv

Écrit par : R.M. | 23/06/2008

700 millions, M. Café ? Et pas de quoi faire un tramway pour des gens qui rapportent autant ?

Écrit par : R.M. | 23/06/2008

En fait, si j'ai bien compris Monsieur Stauffer veut un canton de Genève, libre et indépendant ? Après avoir lancé le pavé dans la marre, pourquoi ne vient-il pas défendre sur ce blog ses idées ? Allez, Eric, lance ton initiative. Viens exposer tes superbes idées au peuple, afin que tout le monde en profite. Au moins que l'on sache comment tout cela va se faire.

Écrit par : Café | 23/06/2008

Ya quelqu'un ?

Alors, Monsieur Stauffer, on n'a plus rien à dire ? je crois que les gens qui sont de votre mouvement, attendent que vous leur disiez quelque chose... histoire d'argumenter vos idées d'indépendance. Vous avez peur, d'être allé trop loin, peut-être... et s'il vous plait, ne prenez pas des frontaliers comme Rousseau et Voltaire, comme exemple pour Genève !!!

Écrit par : Café | 25/06/2008

He

Écrit par : R. | 25/06/2008

C'est proprement stupide de parler de frontaliers pour Rousseau et Voltaire. Qu'est-ce qu'un frontalier: c'est un Français qui habite dans la région voisine et vient travailler à Genève. Point. Ce phénomène a commencé au 20e siècle. Au 19e siècle et au début du 20e siècle, les Français venaient nombreux s'établir à Genève et ne traversaient pas la frontière, ou rarement tout simplement parce que l'automobile n'était pas développée. Point à la ligne.
Rousseau est né à Genève avant de quitter son pays pour courir le monde... Voltaire est venu se réfugier dans la région genevoise pour fuir les régimes avec lesquels il s'était brouillé en raison de son impertinence. Très habilement le grand homme a joué des frontières pour se protéger et vivre librement, en se réservant des endroits stratégiques qui lui permettaient de changer de pays dans le cas où il se brouillait.

La question posée est différente. Genève peut-elle être libre? La réponse est oui. Il suffit de reconnaître un principe général dans sa Constitution, qui a pour nom: l'autodétermination. C'est-à-dire le droit imprescriptible de tout peuple à choisir son destin.

Sur cette base, le peuple genevois PEUT choisir son indépendance. Mais il ne le DOIT pas. Là est toute la nuance, essentielle. Mais il n'y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

Avec ce principe d'AUTODETERMINATION, Genève peut ainsi être indépendante. Dans tous les cas, elle renforce la LIBERTE de Genève et de ses habitants..

Écrit par : Indépendantix | 25/06/2008

Indépendantix,

Depuis quand un frontalier doit-il être français ? N'avez-vous jamais entendu parler des frontaliers allemands, belges, du Liechtenstein ? Non un frontalier est une personne qui réside à un endroit et doit passer UNE FRONTIERE pour son activité diurne ! Ce qui était le cas pour Rousseau et Voltaire !

Mais, il est évident que je n'aurais jamais soulevé la question s'il ne s'était agi d'une idée de Monsieur Stauffer, croyez-mois l'aubaine était trop tentante ! lui qui tire à boulet rouge contre les frontaliers !

Ceci étant, je comprends votre impatience afin d'avoir plus de "concret" sur cette idée du MCG, mais je crois qu'ils ne savent plus où ils en sont et ne savent plus quoi dire.... moi, aussi, j'attends avec grande émotion la suite.... En tous les cas le MCG se fait tirer l'oreille, pour que nous ayions des réponses.... On ne sait jamais, il se peut qu'il ait des idées potables... pourqoi ne pas faire alliance avec les Savoisiens qui eux demandent également leur indépendance vis-à-vis de la France ?

Écrit par : Café | 25/06/2008

Je pense que Monsieur Stauffer est parti aux fraises...

Écrit par : Marco | 28/06/2008

Depuis plusieurs jours je réfléchi à l'idée du MCG...

Je la trouve bonne à deux niveau!

1. Que les Genevois puissent s'autodeterminer est démocratiquement execellent pour mettre la pression sur Berne qui a tendance à prendre Genève et le Genevois pour des vaches à traire!

2. Si dans une Europe (loin dans le temps) que le MCG décrie dans sa configuration actuelle (l'Europe de Bruxelles), (pour rappel le MCG est pour une Europe des régions, une Europe confédérale à l'image de la Suisse ou des Etats-Unis, Genève comme région aurait tout à gagner!

Finalement, et je suis tenté de dire, une fois de plus, le MCG est visionnaire sur le long terme.

Si vous avez des doutes, pensez-vous que le Liechtenstein?

Le LIECHTENSTEIN, un des pays les plus petits (157 km²), et un des plus riches grâce à un secteur bancaire favorable à de très nombreuses sociétés étrangères.

Pensez-vous que les citoyens du Liechtenstein ne vivent-ils pas mieux que les genevois? Pas de TVA, pas d'impôt (ou minime), des primes d'assurance maladie du 1/4 de ce que paient les genevois, etc....

Incroyable MCG....

Écrit par : Alfred | 29/06/2008

Alfred,

Et le Luxembourg ? le plus haut niveau de vie en Europe et le plus haut pouvoir d'achat ! Une indépendance de Genève... pourquoi pas, mais une Genève ouverte sur le monde, comme Monaco, Liechtenstein, Saint-Marin, Luxembourg etc.. mais n'oubliez pas que toutes ces petites nations sont très ouvertes sur l'Europe, contrairement à ce que prône M. Stauffer.

Écrit par : Café | 29/06/2008

Genevois: j'ai vécu quelques années parmi vous, et j'aimerais bien. avoir pour mon pays, la Catalogne. l'autonomie que vous avez vis avis de Berne. Sur le pap
ier nous avons une certaine liberté de Madrid, mais c'est tout de la comedie, M. Zapatero, comme tous les espagnols, n'aime la Catalogne que pour nous derober, en taxes e impôts, l'argent que nous avons gagné en travaillant, pour le donner a l'Espagne que no aime pas travailler. Visca Catalunya lliure.

Écrit par : Jaume | 30/06/2008

Alors moi je me marre de lire tous vos commentaires... J'ai néanmoins eu la confirmation de ce que je savais déjà... Si Genève a tant de frontaliers et que notre gouvernement nous raconte que c'est parce que la main d'oeuvre suisse n'est pas suffisament qualifiée, c'est juste une question de poignon ( 700 millions par an dites-vous ?) Et oui pauvre genevois que nous sommes on nous prend encore pour des cons. Le frontaliers rapporte plus à l'état que nous, et nous, comme des moutons, nous continuons a faire semblant de croire leurs mensonges. Alors je n'ai qu'une chose à dire... FONCE ERIC ON EST DERRIERE TOI!!!!!

Écrit par : Patou | 30/06/2008

"Escalade" fête patriotique des Genevois.
Je comprends pourquoi les gauchistes aimerait l'abolir...

Personnellement, je ne vois pas l'intérêt de dépenser autant d'argent, pendant 4 ans, pour changer une constitution, somme toute, encore bonne...?
N'est-ce pas suffisant d'y apporter des modifications ?

Votez Cerrutti à Vernier !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 30/06/2008

Je v

Écrit par : R.M. | 30/06/2008

Le Pays de Gex, où vivait Voltaire, n'est pas dans la région genevoise, mais dans la Région Rhône-Alpes. Même à l'époque de Voltaire, les banques lyonnaises dirigeaient le Pays de Gex, d'ailleurs au grand dam du philosophe, qui fit établir une zone franche par le roi Louis XV (par l'intermédiaire de Turgot, ministre des finances du Roi), pour sortir le Pays de Gex de l'Union des banques lyonnaises. Dans tout cela, l'action de Genève est parfaitement invisible. Voltaire a fondé à Genève un théâtre pour y faire jouer ses pièces. Il travaillait bien à Genève, si on peut dire. Mais Ferney, dans la région genevoise, non : cela dépendait, au bout du compte, du roi de France. Au demeurant, les frontaliers actuels viennent souvent de Ferney, tout comme Voltaire, la zone franche existe toujours, mais Ferney est toujours en territoire français. En fait, rien n'a changé, depuis Voltaire. Un jour, peut-être, on célébrera l'influence, à Genève, de tel Français installé dans ses parages et qui venait y travailler. A mon avis, c'est pareil.

Écrit par : R.M. | 30/06/2008

Erratum : pour sortir le Pays de Gex DE L'EMPRISE des banques lyonnaises (et le placer, de fait, sous influence genevoise, mais avec l'accord du Roi).

Écrit par : R.M. | 30/06/2008

Erratum : pour sortir le Pays de Gex DE L'EMPRISE des banques lyonnaises (et le placer, de fait, sous influence genevoise, mais avec l'accord du Roi).

Écrit par : R.M. | 30/06/2008

cette situation me rappelle le moyen age: le morcellement feodal. comme un des philosophes a dit: divise et regne!!!

Écrit par : Johnathon - Hoodia Gordonii | 04/11/2008

o! je suius hereuuse d'etre derniere dans ce tour des commentaires. j'ai appris beaucoup des nouveaux! merci a tous!

Écrit par : Dwayne - Natural Breast Enlargement Review | 11/11/2008

Les commentaires sont fermés.