23/05/2008

Pollution de l’air à Genève les frontaliers polluent les genevois paient !

Secrétariat du Grand Conseil

 

Interpellation présentée par le député :
Eric Stauffer

 

Date de dépôt: 23 mai 2008
Messagerie

 

 

IUE

Interpellation urgente écrite
Pollution de l’air à Genève les frontaliers polluent les genevois paient !

 

En date du 23 mai 2008 la Tribune de Genève a publié l’article suivant ;

La pollution de l’air a atteint un niveau préoccupant. L’Etat va prendre des mesures contraignantes

Le bilan 2006 est inquiétant.


Les mesures incitatives se révèlent insuffisantes. 

Les résultats des mesures effectuées ces deux dernières années montrent que la pollution atmosphérique reste inquiétante à Genève. Le bilan annuel 2006 de la qualité de l’air vient de sortir sous forme de CD-ROM et celui de 2007 est presque terminé. Il en ressort que les concentrations de dioxyde d’azote (NO 2 ) et de particules fines (PM10) ont régulièrement dépassé les va leurs limites prévues par la loi dans l’agglomération. Quant à l’ozone (O 3), il continue à polluer en période estivale dans tout le canton.


Il s’agit même plutôt d’une tendance à la détérioration par rapport aux années précédentes, conclut le Service cantonal de protection de l’air. Un cons tat inquiétant puisqu’il s’établit alors même que le Plan O Pair 2003-2010 comprend 26 mesures déjà appliquées.

Elles s’avèrent donc insuffisantes, consent Pierre Kunz, adjoint scientifique au service.

Raison pour laquelle une révision est en cours d’élaboration.

«Le rapport, comprenant cette fois une quarantaine de mesures, sera remis dans une quinzaine de jours au Conseil d’Etat. Si les mesures ont été jusqu’ici incitatives, elles ne sont pas suffisantes et devront être plus contraignantes si l’on veut obtenir des améliorations dans les prochaines années.» 


La cible: les transports 
C’est évidemment en matière de transport motorisé, gros émetteur de polluants, qu’il faut cibler les prochaines mesures, explique Pierre Kunz. Il faudra réduire les émissions et réduire le trafic. Le Grand Conseil étudie actuellement le principe d’une nouvelle taxe écologique, plus exigeante. On pourrait aussi imiter le principe des zones mis en place à Berlin, avec une pastille verte pour les véhicules les moins polluants. Inciter à la mobilité douce et aux transports publics restant des cibles prioritaires nécessitant beaucoup d’informations.


Au chapitre de la pollution due à l’énergie, il existe, par exemple, un plan d’assainisse ment des chauffages. Le délai pourrait être raccourci. Les chantiers seront vraisemblable ment surveillés de plus près. «Quant à l’administration, elle devra, selon notre projet, se montrer particulièrement exemplaire.» Laurence Naef

 

Il apparaît comme évident que le Conseil d’Etat a pris conscience de la situation genevoise inquiétante en matière de qualité de l’air. En effet, suite à la détermination du MCG, le Conseil d’Etat a renoncé à l’importation des déchets dit « napolitains » en date du 11 mars 2008, pour ensuite le 21 mai 2008 renoncer définitivement à toutes importations ne provenant pas de la région genevoise comme le demande la résolution N°545 du MCG déposée le 25 septembre 2007.

 

 

A en croire l’article de presse, une nouvelle taxe écologique pour les véhicules va être mise en application !? Est-ce à dire qu’une fois de plus seul les Genevois vont passer à la caisse ?

 

En effet, le Conseil d’Etat ne peut ignorer que les frontaliers (200'000 mouvements par jour aux postes frontière) sont grandement responsables de la pollution genevoise, et plus particulièrement dans celles de nos campagnes.

 

Le MCG avait déposé le 6 octobre 2006 la Motion 1714 (Créer une ceinture verte, afin de rendre l'air respirable à Genève) http://www.ge.ch/grandconseil/data/texte/M01714.pdf

 

 

A lire le mémorial du Grand Conseil, pour constater qui avait dit quoi sur la pollution de l’air à Genève apparait comme important http://www.geneve.ch/grandconseil/memorial/data/560205/24/560205_24_partie4.asp, finalement mise aux voix à l'appel nominal, la proposition de motion 1714 est rejetée par 81 non contre 6 oui.

 

 

 

      En vertu des pouvoirs qui sont ceux du député, des devoirs et obligations qui sont ceux du Conseil d’État, voici la question posée dans le cadre de cette IUE, conformément à l’article 162A LRGC :

 

Question:

Le Conseil d’Etat, dans l’élaboration d’une nouvelle (encore une !) « taxe écologique » entend-t' il taxer une fois encore les seuls résidents genevois, ou va-t-il finalement taxer les véhicules des dizaines de milliers de frontaliers qui quotidiennement arrivent en voiture à Genève ?

 

12:10 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (27) |  Facebook | | | |

Commentaires

Bravo de dénoncer le bilan calamiteux de l'élu responsable dont le principe est de "Bricoler chez le passeur - Picoler chez le brasseur."

Encore faudrait-il faire payer un tel foutage de gueule!

Bien à vous!

Écrit par : Micheline | 23/05/2008

Mais les Genevois ont tous des voitures propres, de toutes façons : cela revient au même.

Écrit par : R.M. | 23/05/2008

Mais les Genevois ont tous des voitures propres, de toutes façons : cela revient au même.

Écrit par : R.M. | 23/05/2008

Message pour M. E. Stauffer.
Bien que je vous apprécie, ne croyez vous pas faire un raccourci, un peu facile ?

"Pollution de l’air à Genève les frontaliers polluent les genevois paient !"

Mes meilleures salutations.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 23/05/2008

Vous n'en avez pas marre de toujours vous en prendre aux frontaliers?

Écrit par : roland | 23/05/2008

Il est trop facile de s'en prendre aux frontaliers que la belle Genève demande pour faire marcher ses entreprises et commerces ! Sans compter les genevois qui vivent en dehors de Genève, vu le manque de logement et les prix exhorbitants !

ET L'AEROPORT !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! il ne pollue pas lui ??????? Chaque avion en pleine charge qui décolle c'est env. 10 tonnes de kérozène jetés dans l'atmosphère du bassin genevois !
NORMAL !?

Il n'y a pas QUE les voitures qui polluent ! Il faut cesser de faire une fixation !

Écrit par : coucou | 23/05/2008

Les frontaliers polluent, c'est EVIDENT! 60'000+ qui travaillent à genève chaque jour!!! Ces même frontaliers qui ne consomment pas à Genève (certains achètent leur sandwich à Leclerc avant de passer la frontière pour le manger dans leur voiture pendant la pause de midi). Genève est EN-VA-HIE! et avec 7% de chômage, ne me dites surtout PAS qu'un suisse n'est pas qualifié pour faire le travaille d'un français, surtout dans le commerce de détail!!!

Les frontaliers DOIVENT payer une taxe JOURNALIERE de minimum 5.- pour entrer en Suisse! Ces gens empruntent nos route, polluent notre air et consomment en france!

Merci au MCGE de dénoncer les abus et défendre les citoyens Genevois. Cher MCGE, sachez que vous êtes + soutenu que beaucoup le pensent!

Écrit par : bartov | 23/05/2008

En plus de la pollution atmosphérique, il nous polluent avec leurs "soixante-dix ou quatre vingt dix" et cela même dans les annonces sonores dans les magasins !!

Écrit par : Octave Vairgebel | 23/05/2008

La réglementation des relations transfontalières est du ressort de la Confédération. Inutile donc de s'en prendre aux édiles locaux!
Quant aux frontaliers si honnis par Bartov et consorts: c'est à Genève qu'ils paient la plus grande partie de leurs impôts. On ne saurait en dire autant des Vaudois, par exemple...

Écrit par : Azrael | 23/05/2008

Ahah. Les voitures des habitants d'Hermance ne polluent pas, par contre ceux d'Annemasse polluent!

C'est du pur génie.

Écrit par : Sandro Minimo | 23/05/2008

A tous ceux qui pensent que la pollution est statique, je leur rappelle que l'air est brassé par le vents et par certains de nos politiciens !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 23/05/2008

Merci M. Stauffer de dénoncer ce qui doit l'être. Il faudrait bien plus de politiciens de votre trempe. Courage et bon vent à tous les ministres de vérité comme vous l'êtes.

Écrit par : live | 23/05/2008

Monsieur Stauffer a peut-êtr oublié que 27.000 genevois (déclarés) sont désormais frontaliers.... pour cause d'incompétence de nos autorités à leur trouver un logement potable. En effet, les HLM ne sont pas pour les Genevois ! vérifiez et vous verrez que les logements accessibles sont donnés aux étrangers ! Les Genevois sont devenus des persona-non grata ! plaques françaises, pollueurs et en plus detestés par les français et par leurs compatriotes genevois !

Ceci étant, je suis d'accords qu'ils paient une taxe !

Écrit par : Café | 23/05/2008

Les frontaliers sont responsables de la pollution de NOS CAMPAGNES ! vous ne pensez-pas que les genevois qui ont dû s'expatrier en France ont le droit de passer dans LEUR CAMPAGNE ! vous n'avez qu'à militer pour que les campagnes genevoises soient DECLASSEES afin de donner des logements à ceux que maintenant vous denigrez HONTEUSEMENT !

p.s. je suis genevois mais mon fils a dû s'expatrier en FRANCE !!!! Je vous conseille de contacter le Consulat Suisse de Lyon pour que vous vérifiez combien de genevois s'y inscrivent chaque jour ! N'oubliez-pas, chaque nouveau inscrit est un vote de moins pour vous !

Écrit par : CAFE | 24/05/2008

Bartov,

A voir vos commentaire je serai fort étonné que vous soyez allé plus loin que la 7ème du Cycle d'Orientation, section Pratique ! Savez-vous que le salaire moyen des frontaliers est de 5.890.-- francs et que les 75% des impôts restent à Genève ? Au fait, combien rapportez-vous au canton ? pour info les frotaliers ont rapporté 600 millions de francs en 2006.

Vous devez être bien aigri, pour faire des commentaires aussi débiles !

Écrit par : CAFE | 24/05/2008

Les patrons des entreprises suisses, qui sont de vrais citoyens, penseront bien à résoudre les problèmes d'environnement créés par leurs employés.

Écrit par : R.M. | 25/05/2008

La pollution n’est pas due aux frontaliers (il ne faut pas ici se tromper de combat), mais bien à la véritable gabegie (doux euphémisme) de la circulation/mobilité à Genève politiquement instrumentalisée pour éradiquer la bagnole en Ville.
Il suffit, pour s’en convaincre, d’analyser les choix très politiques de l’OCM (que d’aucuns requalifient plus volontiers actuellement d’Office Cantonal du Merdier absolu) très en phase avec ceux de son gouvernement de tutelle très rose/vert intégriste.
Ainsi que constate-t-on :
- une augmentation de la population, donc des véhicules, mais ... une réduction des voies de circulation et la mise en place permanente d’entraves en tous genres ;
- une signalisation totalement abracadabrante (on passe au vert, quand les feux suivants passent au rouge et d’innombrables autres stupidités du même genre) tout cela étant, il faut le dire, volontairement mis en place pour empêcher une véritable fluidité du trafic, fluidité qui irait à sens contraire des objectifs politiques du moment (tous à pied, en vélo ou dans les transports publics ...) ;
- une autoroute de contournement qui n’en a que le nom et que l’on ne veut bien évidemment pas terminer ;
- des files et des bouchons de véhicules partout, situation que l’on crée volontairement par tous les moyens adéquats pour ensuite venir dire, il y a de la pollution dans l’air, donc on réduit le trafic (n’importe quoi, mais tellement vrai !) ;
- un choix constitutionnel du moyen de transport, alors que l’on constate que tout est fait pour entraver le choix d’un véhicule privé de transport, sauf le vélo pour qui tout est permis, bien évidemment ;
- une augmentation du nombre et de l’offre des transports publics, ce qui est un bien, il faut véritablement le dire, mais il faut aussi dire, par contre, que cette augmentation est actuellement volontairement envisagée au détriment des transports privés (diminution des voies de circulation pour véhicules privés et mise en place d’entraves en tous genres),
et j’en passe et des meilleurs en rappelant finalement les propriétaires de véhicules à moteur paient de lourdes taxes pour constater malheureusement une augmentation permanente de la gabegie, à leur détriment, dans le domaine de la circulation/mobilité à Genève.
Il te faut donc, toi et le MCGe, tant le silence des TCS/ACS est “assourdissant” face la dégradation permanente que l’on constate depuis de très nombreuses années au niveau de la gestion de la circulation/mobilité au sens large dans le canton (ces associations sont malheureusement trop proches de certains milieux politiques, donc baillonnées), que vous montiez au combat politique pour que les citoyens de ce canton aient un véritable choix transport public/transport privé, sans que cela soit envisagé politiquement pour l’un au total détriment de l’autre, comme cela est le cas actuellement pour répondre aux voeux de l’intégrisme vert du moment. Il faut lire, “Ecologie la grande arnaque” de Christian Gerondeau, car si personne n’est contre de vivre dans un environnement sain, il y a des limites à l’instrumentalisation politique de ce credo environnementaliste.
Claude Marcet

Écrit par : Claude Marcet | 25/05/2008

1 jour sans frontaliers, C'est le blocage de toute l'économie de la région lémanique :

Les hôpitaux, les commerces, l'aéroport, les transports publics, la poste, les écoles, les banques, etc... plus rien ne fonctionnerait... car les frontaliers souvent bien formés, disponibles, rapides sont fort utiles pour l'économie.

Alors vos histoires de pollution, elles sont dérisoires...

Écrit par : demain | 25/05/2008

M. Claude Marcet,

Votre commentaire est très instructif, très vrai et très intéressant. Malheureusement, je crois que votr approche est beaucoup trop intellectuelle pour M. Stauffer et pour beaucoup de membres de son parti. Il n'y a qu'à voir les commentaires de Bartov... qui parle de sandwich chez Leclerc etc. on voit que ce Monsieur ne fréquente pas beaucoup les cafés et restaurants genevois, car il se rendrait compte qu'on entend beaucoup de soixante-dix et de quatrevingt-dix !

Écrit par : Café | 26/05/2008

A Café
A Marcet
Et aux autres pro-frontaliers

Les genevois sont gavé et le MCG reste la dernière ligne de défense des Genevois ! Que les shadoks rapportent de l’argent à Genève est normal (manquerait plus que cela soit le contraire !) mais trop c’est trop !

Le laxisme de nos autorités en matière de circulation transfrontière attise le sentiment d’injustice.

La RSR a diffusé une émission que certains devraient écouter ;
http://www.rsr.ch/la-1ere/de-quoi-j-me-mele/selectedDate/24/5/2008#samedi

Les pendulaires
Aline fait partie des 100'000 conducteurs qui passent quotidiennement une des douanes du canton. Suissesse, elle travaille à Genève alors que sa fille suit l'école maternelle dans un village près d'Annemasse.
Marius, son mari français, est indépendant. Depuis juin 2007, il a le droit de monter librement une affaire en Suisse et se réjouit de cette ouverture du marché. Mais Aline, enceinte du deuxième enfant, se demande si elle tiendra longtemps ce statut d'équilibriste confronté quotidiennement aux bouchons sur les routes.
Ils habitent une maison charmante mais elle aimerait retrouver Genève, la proximité, les amis que l'on croise dans la rue, la vie de quartier.
La résistance
Face aux embouteillages légendaires du contournement de Genève aux heures de pointe, Éric Stauffer fulmine. A la tête du MCG, Mouvement Citoyen Genevois, c'est lui qui avait placardé en ville des affiches anti-frontaliers.
Dans sa voiture, à l'aube, il emmène la reporter de DQJM dans les campagnes genevoises en pointant les véhicules français qui roulent à grande vitesse dans les chemins agricoles. Il fait constater que les bus sont vides et fustige les élus politiques.
La politique
Dans son bureau de l'hôtel de ville, Robert Cramer, Conseiller d'État Vert chargé du département du territoire répond aux accusations du MCG et évoque la région franco-valdo-genevoise, qui comptera bientôt un million d'habitants.
Il parle du projet CEVA qui reliera Annemasse à la gare Cornavin et qui, comme l'autoroute entre Annecy à Genève, est en construction.
-------------------

Merci au MCG de défendre Genève et ses résidents

Écrit par : Caramba | 26/05/2008

Pour remplir les bus, il faudrait peut-être construire des parkings. Le problème est peut-être qu'on attend des Français qu'ils le fassent, alors que le portrait d'Aline montre qu'ils doivent déjà avec le reversement des impôts qu'ils perçoivent entretenir les routes et créer des places dans les écoles maternelles pour les salariés de Genève. Je ne pense pas que la Haute-Savoie ait les moyens de tout faire.

Écrit par : R.M. | 26/05/2008

Vous tous n'avez RIEN COMPRIS ! Dans toute ville normale, exemple Zurich, les gens mettent environ 30 minutes pour se rendre à leur travail.... A Genève, avec 30 minutes vous êtes A L'ETRANGER ! Je vous propose de déplacer la frontière comme cela il n'y aura plus de frontaliers ! Regardez l'agglomération de Zurich et vous verrez qu'en calculant les distances, il y aurait pleins de Zurichoi qui habiteraient à l'étranger ! Communes, déclassez vos terrains !!!!!!!!!!!!!!!! et faites en sortes que l'achat soit possible pour une personne de la classe moyenne ! Ce qui est très drôle, c'est que je connais beaucoup de cadres français qui ont des villas à Genève, alors que les genevois ont dû s'expatrier en France. Jetez un oeil dans le registre foncier et vous verrez le nombre de cadres français propriétaires à Genève !

Écrit par : Café | 26/05/2008

Oui, ce n'est pas une question de nationalité : les chefs d'entreprise français vivent à Genève, et les salariés genevois vivent en France. En fait, c'est plutôt une question de niveau social, de revenus.

Écrit par : R.M. | 26/05/2008

R.M. Enfin quelqu'un qui a compris quelque chose. En effet, les plus fortunés ont les moyens de s'acheter ou de louer un logement prés du centre, et les moins fortunés qui n'ont pas droits aux logements sociaux doivent s'éloigner du centre. C'est comme cela DANS TOUTES LES VILLES DU MONDE ! Sauf qu'à Genève, dès qu'on s'éloigne du centre, nous nous trouvons dans un autre pays!!!!!! Nulle part ailleurs c'est comme celà ! Sauf, pour Monaco 60% de frontaliers et Luxembourg 72% de frontaliers ! Vous voyez Genève a de la marge ! N'oubliez-pas Genève est enclavée en France ! Et il est vrai que depuis l'ouverture des frontières, les Genèvois se sont précipités en France et j'ai des amis qui attendent les votations de 2009 pour se légaliser en France. C'est une réalité, et ne faites pas semblant de ne pas la voir ! Car les Genevois de France en ont marre qu'on les dénigrent au profits des étrangers de Genève !

Écrit par : Café | 27/05/2008

De toutes façons, opposer le siège des entreprises aux employés qui vivent de l'autre côté de la frontière est à mon avis le contraire d'une pensée réellement moderne sur les entreprises, qui doivent être vues comme un tout. Les employés font somme toute autant partie de l'entreprise que les patrons. Pour qu'un employé se sente concerné, par la vie de l'entreprise, il ne faut pas qu'il ait l'impression que dès qu'il rentre chez lui, on ne veut plus entendre parler de lui.

D'ailleurs, je connais aussi des Français frontaliers, et je constate qu'ils acquièrent peu à peu une culture d'entreprise liée à la tradition genevoise. Par exemple, certains me demandent pourquoi je ne fais pas grève tel jour (je suis fonctionnaire en France), car ils pensent que la situation en France est mauvaise, et que le gouvernement favorise trop le capitalisme ; et alors, je leur demande pourquoi ils ne font pas grève, eux aussi, pour les mêmes raisons, et ils me répondent que c'est impossible, qu'en Suisse, on ne fait pas grève. Autrement dit, lorsqu'il s'agit de leur travail, ils se plient au modèle suisse ; le modèle français, c'est pour leurs loisirs.

Ce phénomène montre que la frontière physique n'est pas si importante, et que des employés d'entreprises suisses s'helvétisent spontanément. Si le droit, en matière d'acquisition de la nationalité, suivait la nature, pour ainsi dire, on aurait des paliers progressifs, et une élasticité considérable, en ce qui concerne les salariés, qui n'ont pas la responsabilité de l'entreprise, mais qui en adoptent quand même le modèle.

A mon avis, il faut regarder cela, et pas seulement le lieu de domicile ou la nationalité officielle. L'entreprise, avec son siège, son capital, ses patrons, ses employés, doit être regardée comme un tout cohérent, qui traverse les catégories héritées des temps anciens, de l'époque féodale.

Écrit par : R.M. | 27/05/2008

Je me suis penché sur la question pour arrêter de prendre ma bagnole de merde qui pollue comme toutes les voitures d'ailleurs. En tous cas largement moins que les 4x4 des gros riches qui se croient tous permis et qui font du 20 l/100 pour faire 2 à 3 kilomètre ds Genéve. C'est sur que pour ces gens la, se mêler à la classe populaire qui prends les transports en commun ou faire du vélo est impossible.
Moi de mon côté, je voudrai prendre le TER mais pas d'horaire adéquat car des trains ont étaient supprimés sur le tronçon Annecy-Genève; tous cela pour pousser les gens à prendre leur bagnoles et rembourser la future autoroute A41 N (courage pour Bardonnex).
Inadmissible, les rails sont des années 50 et les trains ne peuvent se croiser sur cette ligne, du coup les horaires ne sont pas en phases avec les travailleurs frontaliers.
Un accord vient d'être signé aprés une longue réfléxion de l'état Genevois pour un train transfontaliers qui va à Annemasse, 5km de Genève alors que la plupart des gens font 20km voir plus.
Alors à qui la faute ? à quoi servent nos impôts ? sans doute pas au gens qui veulent simplement travailler.

Écrit par : Reignerands | 27/05/2008

Comment avez vous fait pour transformer un article sur la pollution de l'air en argument xénophobe ?
Je vous félicite, le tour de passe passe est très fort !

Je vous rappelle que les masses d'air ne sont pas tenus de présenter leur passeport au dessus des frontières et qu'elles circulent librement, n'en déplaise à certains...
Et d'un point de vue plus scientifique, c'est plutôt la pollution de l'agglomération genevoise qui déborde sur la France... Ce n'est pas la campagne haut-savoyarde qui est la source de la pollution...

Mais peut être devrait on conseiller à nos amis suisses de mettre leur pays sous cloche, pour se protéger de l'air en provenance des pays étrangers. Cela aurait également le double avantage d'éviter que les billets de banque s'envolent par mégarde et de conserver tout l' arôme de vos délicieux fromages...

Écrit par : francesco | 09/06/2008

Les commentaires sont fermés.